Steve Jobs démissionne

Publié le 25/08/2011 à 07:26, mis à jour le 25/08/2011 à 07:26

Steve Jobs démissionne

Publié le 25/08/2011 à 07:26, mis à jour le 25/08/2011 à 07:26

Par Stéphane Rolland

Photo : Bloomberg

Le pdg d’Apple, Steve Jobs, a remis sa lettre de démission au conseil d’administration, a-t-il annoncé mercredi en soirée. Il recommande le directeur général Tim Cook pour lui succéder.

M. Jobs souhaite conserver son poste au conseil d’administration. «J’ai toujours dit que, si un jour je ne pouvais plus exercer mes fonctions, je démissionnerais, écrit le pdg. Malheureusement, ce jour est venu.»

M. Jobs, est en congé de maladie depuis le 17 janvier, son troisième depuis qu'il est à la tête de l'entreprise. Son problème de santé n'avait pas été spécifié, mais il a déjà souffert d'un cancer du pancréas par le passé et a aussi subi une transplantation du foie.

Gestionnaire vedette, M. Jobs suscite l’admiration pour avoir donné une seconde vie à la société qu’il a fondée lorsqu’il en a repris les rênes en 1997. Sous sa direction, la société a lancé de nombreux produits vedettes comme le iPod et le iPhone.

Les succès de M. Jobs ont semblé prendre de l'ampleur au fil des ans : après les colorés ordinateurs iMacs et les désormais omniprésents iPods, le iPhone a redéfini la catégorie des téléphones intelligents et le iPad a pratiquement créé le marché des ordinateurs tablettes.

Sa propre aura a semblé faire partie de l'attraction. Sur scène, lors des foires commerciales et des événements corporatifs, vêtus de ses jeans et de son col roulé noir, il présentait de nouveaux appareils, de nouvelles couleurs, de nouvelles fonctionnalités, amenant le tout à une grande finale précédée des simples mots "Encore une chose".

Âgé de 56 ans, Steve Jobs a guidé Apple, au départ une PME de deux employés, jusqu'à une nouvelle venue dans la Silicon Valley lorsque l'Apple II, le premier ordinateur véritablement personnel, a envoyé IBM et les autres joueurs à leurs tables à dessin pour mettre en marché leurs propres PC.

Depuis, Apple est devenue la deuxième plus importante capitalisation boursière, derrière Exxon Mobil.

Après un passage à vide d'Apple au milieu des années 1980, il a été remercié. Il a ensuite été chef de la direction de Next, une autre compagnie d'informatique, et de Pixar, la compagnie d'animation par ordinateur qui a produit "Histoire de jouets" (Toy Story) sous sa gouverne, au cours des ses 10 années d'absence d'Apple.

La santé de Steve Jobs a longtemps été un sujet d'inquiétude pour les investisseurs d'Apple, qui l'ont vu comme un oracle de l'industrie qui semblait savoir ce que les consommateurs voulaient avant ceux-ci.

Ancien d’IBM, Tim Cook est arrivé chez Apple en 1997 peu de temps après le retour de M. Jobs. C’est lui qui a pris les rênes de la compagnie durant les congés de maladie de son patron.

Le défi de M. Cook sera de prouver qu’Apple peut s’en tirer sans la contribution de son gestionnaire iconique.

Vers 19h15 hier, l’action d’Apple reculait de 6,88% à 350,29 $US sur le marché hors cote.

Avec La Presse canadienne.

 

À la une

Bourse: quelques bonnes nouvelles, pas de mauvaise, Wall Street clôture en forte hausse

Mis à jour à 17:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse pour une 5e séance consécutive.

À surveiller: Bombardier, Pfizer et BMO

Que faire avec les titres Bombardier, Pfizer et BMO? Voici quelques recommandations d’analystes.

Le patron de la Banque Royale évalue à «50-50» la probabilité d'une récession

La Banque Royale a affiché des revenus de 11,22 milliards de dollars pour le deuxième trimestre.