Astral veut que le CRTC encadre Netflix

Publié le 12/09/2011 à 18:06

Astral veut que le CRTC encadre Netflix

Publié le 12/09/2011 à 18:06

Par La Presse Canadienne

Photo : Bloomberg

Astral Media (TSX:ACM.A) estime que les concurrents étrangers présents sur le Web tels que le service de films et d'émissions de télévision Netflix devraient être sujets aux mêmes règles que les diffuseurs canadiens, faisant remarquer que les concurrents numériques ne contribuent pas à la programmation locale et ne payent pas d'impôts.

"Ils viennent ici et ne dépensent pas un cent", a déploré lundi le président et chef de la direction de l'entreprise montréalaise, Ian Greenberg, à la suite d'une allocution lors de laquelle il a parlé des 50 ans d'histoire d'Astral, société fondée en 1951.

"Ils n'ont pas de règles, a-t-il ajouté. Les impôts sont une autre histoire. Tout cet argent quitte le pays. Ça n'aide pas l'économie. Ça ne donne pas d'emplois aux gens."

Astral fournit des services de télévision tels que The Movie Network, qui compte près de deux millions d'abonnés, ainsi que son pendant francophone Super Écran.

Astral et la plupart des autres diffuseurs canadiens souhaitent que le gouvernement fédéral mette en place des règles plus rigides à l'intention de Netflix afin que tous les fournisseurs de films fassent jeu égal, peu importe qu'ils diffusent leur produit de façon conventionnelle, via le câble ou sur Internet.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a exempté de la réglementation de 2008 les nouveaux services de médias proposés sur le Web ou les appareils portables. Astral fait cependant partie d'un groupe d'une quarantaine de membres ayant demandé à l'organisme fédéral de tenir des audiences publiques sur la question.

Les services de télévision et les stations de radio d'Astral ont contribué 170 millions $ au contenu canadien, l'an dernier, a affirmé M. Greenberg dans le cadre de son discours prononcé au Cercle canadien de Montréal.

Le CRTC et le gouvernement doivent s'assurer que les règles en place mettent tous les diffuseurs, à la télévision et sur le Web, sur un pied d'égalité, a-t-il ajouté.

Netflix compte environ un million d'abonnés au Canada, mais M. Greenberg a indiqué ne pas être en mesure de prouver que son entreprise avait perdu des clients au profit du service.

Les actions d'Astral Media ont terminé la séance de lundi à 32 $ à la Bourse de Toronto, en baisse de 47 cents, ou un peu plus d'un pour cent, par rapport à leur précédent cours de clôture.

 

À la une

Mercedes investit 60 milliards d'euros en cinq ans dans sa transition électrique

Il y a 29 minutes | AFP

Le constructeur automobile s’était dit en juillet prêt à passer au tout électrique «avant la fin de la décennie».

Crise des approvisionnements: une solution 3D pour les PME manufacturières

Une entreprise veut aider les PME manufacturières à s'approvisionner en petits lots de pièces grâce à l'impression 3D.

Quand changer sans cesse de façon de travailler fait flipper...

MAUDITE JOB! «100% bureau. Puis 100% télétravail. Puis travail hybride. Au secours, mon équipe a le tournis!»