Industrie de l'aluminium: L'énergie au coeur de la bataille


Édition du 07 Juin 2014

Industrie de l'aluminium: L'énergie au coeur de la bataille


Édition du 07 Juin 2014

André Martel, chef de la direction de l’aluminerie Alouette

À lire aussi :
Cap sur le transport et les infrastructures
Après la canette, les camions en aluminium

Une moto électrique calquée sur les avions

La concurrence mondiale devient de plus en plus féroce dans la production d'aluminium, tirant les prix vers le bas. Pour y faire face, les producteurs du Québec veulent miser sur une électricité concurrentielle, mais aussi sur le développement de nouveaux marchés.

«Tous les producteurs d'aluminium se débattent avec la même réalité : la forte baisse du prix du matériau», lance André Martel, chef de la direction de l'aluminerie Alouette, de Sept-Îles. Les chiffres lui donnent raison. La tonne d'aluminium se négocie actuellement à environ 1 750 $ US, alors qu'en 2008, elle valait 3 300 $ US (3 640 en dollars américains constants). Cette baisse coupe l'oxygène aux producteurs.

Contrairement à une idée répandue, cette chute des prix de l'aluminium ne découle pas d'un effondrement de la demande, mais plutôt d'une explosion de l'offre et d'inventaires très volumineux. André Martel rappelle que ceux-ci se situaient à environ un million de tonnes avant 2009, alors qu'ils dépassent aujourd'hui les cinq millions de tonnes.

La consommation mondiale est passée de 18 millions de tonnes en 1990 à 40 millions en 2010, et devrait dépasser 70 millions de tonnes en 2020, selon le Commodities Research Unit (CRU), un groupe d'analystes de l'industrie minière et métallurgique. Cette hausse de la demande parvient, mais tout juste, à éviter la catastrophe que pourrait entraîner les inventaires trop importants.

André Martel souligne qu'au début des années 1990, la Russie s'était mise à déverser des tonnes d'aluminium dans un marché où la demande était beaucoup plus faible qu'elle ne l'est actuellement. En grimpant à 2,6 millions de tonnes, soit la moitié du total actuel, les inventaires avaient provoqué une gigantesque crise dans l'industrie. «Aujourd'hui, la demande est beaucoup plus forte, mais l'offre reste égale ou supérieure à celle-ci, donc les prix ne peuvent grimper.»

Concurrence mondiale

Dans un tel contexte, l'industrie mondiale de production de l'aluminium a souffert, et certaines entreprises ont eu de la difficulté à faire leurs frais, fermant même des usines. Certains espéraient que ces fermetures d'usines, en diminuant la production, contribueraient à faire remonter le prix de l'aluminium. Mais leurs plans ont été contrecarrés par des développements dans les pays du Golfe et par l'explosion de la production en Chine.

Si la Chine, où plus de 40 % de l'aluminium mondial est produit, destine sa production presque exclusivement au soutien de sa demande intérieure, le Moyen-Orient est au contraire résolument tourné vers l'exportation. Or, sa production a augmenté de 60 % entre 2009 et 2011, et devrait atteindre 5 millions de tonnes en 2015, selon le Conseil de l'aluminium du Golfe.

En Arabie saoudite, l'usine d'aluminium de Ras Al Khair pourra bientôt produire autant d'aluminium à elle seule que les trois usines québécoises d'Alcoa, rappelle Martin Brière, président d'Alcoa Groupes Produits primaire pour le Canada et l'Afrique. «Les nouveaux acteurs de cette région nous font une féroce concurrence sur les marchés européen, africain et même nord-américain», ajoute-t-il.

Le principal attrait de cette région est l'accès facile à des sources d'énergie, certes non renouvelables, mais pour l'instant très bon marché.

À lire aussi :
Cap sur le transport et les infrastructures
Après la canette, les camions en aluminium

Une moto électrique calquée sur les avions

À la une

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, mais le Nasdaq enchaîne un 5ème record d'affilée

Mis à jour il y a 7 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé dans le rouge.

Bourse: les gagnants et les perdants du 14 juin

Mis à jour il y a 39 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Tesla, AtkinsRéalis et Alithya

Que faire avec les titres Tesla, AtkinsRéalis et Alithya? Voici des recommandations d’analystes.