Nouveaux sommets depuis 2014 pour le pétrole

Publié le 26/01/2022 à 16:00

Nouveaux sommets depuis 2014 pour le pétrole

Publié le 26/01/2022 à 16:00

Par AFP

Déjà incandescent, le marché n’a pas été rassuré par le rapport hebdomadaire sur les stocks américains de pétrole. (Photo: 123RF)

New York — Les cours du pétrole ont atteint mercredi un nouveau sommet depuis plus de sept ans, grâce à la persistance de la crise ukrainienne et à quelques indicateurs inquiétants dans le rapport sur les stocks américains.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a gagné 1,99% pour finir à 89,96 $US. Plus tôt, il avait dépassé 90 $US, pour la première fois depuis octobre 2014, et grimpé jusqu’à 90,47 $US.

Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI), également pour échéance en mars, il a progressé de 2,04% pour clôturer à 87,35 $US. Le contrat de référence de la principale variété américaine d’or noir était même allé jusqu’à 87,95  en séance.

«Le marché intègre le risque de nouveaux épisodes géopolitiques à la frontière russo-ukrainienne», a pointé, dans une note, Bart Melek, responsable de la stratégie matières premières chez TD Securities.

Des développements éventuels «qui pourraient entraîner des sanctions, ce qui réduirait les quantités de gaz naturel et de pétrole disponibles au niveau mondial», a-t-il poursuivi.

Dans une lettre remise à la Russie mercredi, les États-Unis ont refusé d’écarter une adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, principale exigence russe pour parvenir à une issue à cette crise.

Par ailleurs, une réunion de négociateurs russes, ukrainiens, français et allemands mercredi à Paris n’a pas débouché sur une avancée concrète.

Déjà incandescent, le marché n’a pas été rassuré par le rapport hebdomadaire sur les stocks américains de pétrole.

Les réserves de brut ont augmenté beaucoup plus que prévu, de 2,4 millions de barils contre un million attendu, mais «si nous n’avions pas les réserves stratégiques, cela aurait moins bonne allure», a commenté Bill O’Grady, responsable de la recherche chez Confluence Investment Management.

Les réserves stratégiques ont en effet reculé de 1,2 million de barils durant la semaine achevée le 21 janvier.

Utilisées comme variable d’ajustement par le gouvernement Biden pour soulager les cours, les réserves stratégiques ont diminué de 30,5 millions de barils depuis début septembre.

«L’autre facteur» qui a fait réagir les opérateurs, «c’est que la production est en baisse», a souligné Bill O’Grady. Elle est passée de 11,7 millions de barils par jour à 11,6, très loin de son niveau d’il y a deux ans (13), avant le début de la pandémie.

«Nous sommes dans un monde étrange en ce moment, où les prix montent, mais ne font pas augmenter la production», s’est étonné Bill O’Grady. « Donc la seule façon dont nous allons équilibrer les marchés, c’est en réduisant la consommation.» Autre sujet de préoccupation, le faible niveau des stocks à Cushing (Oklahoma), lieu de livraison du WTI sur lequel sont basés les contrats à terme américains, a expliqué Matt Smith, responsable de l’analyse pétrole chez Kpler.

Sur le même sujet

L'oléoduc Trans Mountain génèrera une perte nette pour Ottawa, dit le DPB

Le nouveau rapport du DPB reflète également le fait que la date d’achèvement prévue du pipeline a été repoussée.

Glencore reconnaît s'être livrée à de la corruption liée à ses activités en Afrique

L’enquête du Bureau britannique a démontré que Glencore Energy avait versé plus de 28 millions $US en pots-de-vins.

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.