L'économie québécoise a progressé de 3,4% au deuxième trimestre, indique l'ISQ

Publié le 23/09/2021 à 14:52

L'économie québécoise a progressé de 3,4% au deuxième trimestre, indique l'ISQ

Publié le 23/09/2021 à 14:52

Par La Presse Canadienne

La demande intérieure du Québec a avancé de 1,3% au deuxième trimestre. (Photo: 123RF)

Québec — Le produit intérieur brut réel du Québec a progressé de 3,4% au deuxième trimestre, sur une base annualisée, pendant que l’économie canadienne dans son ensemble se contractait de 1,1%, a indiqué jeudi l’Institut de la statistique du Québec.

La croissance enregistrée par le Québec au deuxième trimestre marquait un ralentissement par rapport à celle enregistrée au premier trimestre, qui s’était élevée à 7,7%.

Pour les deux premiers trimestres de l’année, l’économie québécoise a progressé de 9,6% par rapport à la même période l’an dernier, comparativement à une croissance de 6,1% pour l’économie canadienne, a précisé l’ISQ.

La demande intérieure du Québec a avancé de 1,3% au deuxième trimestre, après avoir crû de 0,9% au premier. Selon l’agence statistique, cette progression s’explique «en bonne partie» par une hausse de 1,5% des dépenses de consommation des ménages, en particulier du côté des services, où cette progression a atteint 3,0%.

Les dépenses de consommation finale des administrations publiques ont quant à elles augmenté de 0,7%, a précisé l’ISQ.

Les exportations totales de biens et services du Québec ont diminué de 0,4% au deuxième trimestre, notamment en raison de la baisse de 1,2% des exportations internationales de biens, a noté l’ISQ. Pour ce qui est des importations totales, elles ont grimpé de 2,1% principalement en raison d’une hausse de 3,5% des importations internationales de biens.

«Les réouvertures graduelles amorcées au printemps ont enfin permis aux dépenses en services de rebondir», a pour sa part observé l’économiste Hélène Bégin, du service d’études économiques de Desjardins.

«Toutefois, celles-ci ont encore une longue pente à remonter, contrairement aux dépenses en biens qui se sont redressées rapidement après le grand confinement du printemps 2020.»

L’économiste Daren King, de la Financière Banque Nationale, a pour sa part souligné « l’apport positif de la construction résidentielle au Québec, +5,3».

« Les dépenses des ménages ont aussi été fortes au Québec, +6,1 », a poursuivi M. King.

Malgré la quatrième vague d’infections à la COVID-19, Mme Bégin croit qu’une nouvelle période de fermeture devrait être évitée grâce à la mise en place du passeport vaccinal.

«Les prochains trimestres s’annoncent positifs même si l’incertitude concernant l’évolution de la pandémie persiste», a-t-elle prédit.

 

Sur le même sujet

À la une

Crise des approvisionnements: une solution 3D pour les PME manufacturières

Une entreprise veut aider les PME manufacturières à s'approvisionner en petits lots de pièces grâce à l'impression 3D.

Quand changer sans cesse de façon de travailler fait flipper...

MAUDITE JOB! «100% bureau. Puis 100% télétravail. Puis travail hybride. Au secours, mon équipe a le tournis!»

Le Congrès américain se démène pour éviter une paralysie de l’État fédéral

Il y a 20 minutes | AFP

Les parlementaires américains n’ont plus qu’un jour et demi pour s’entendre sur une nouvelle loi de finances.