É-U: les stocks de pétrole chutent de façon inattendue

Publié le 17/11/2021 à 11:33

É-U: les stocks de pétrole chutent de façon inattendue

Publié le 17/11/2021 à 11:33

Par AFP

Les analystes tablaient sur une hausse de 1,2 million de barils sur la période achevée le 12 novembre. (Photo: Getty Images)

New York — Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont sensiblement reculé la semaine dernière, surprenant les analystes qui s'attendaient à une nouvelle hausse, selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

Durant la semaine achevée le 12 novembre, les stocks de brut ont chuté de 2,1 millions de barils pour s'établir à 433 millions de barils, alors que les analystes tablaient sur une hausse de 1,2 million de barils sur la période.

Bon signe pour la demande aux États-Unis, les réserves d'essence ont diminué aussi, dans la mesure des attentes des analystes reculant de 700 000 barils.

Les produits distillés comme le diesel montrent également des stocks en repli de 800 000 barils, un peu moins que les prévisions qui misaient sur une réduction d'un million.

Les cours du brut, déjà en baisse à l'ouverture craignant un prélèvement de l'Administration Biden sur les réserves stratégiques de brut pour lutter contre la hausse des cours, oscillaient autour de ces niveaux après la publication de ces données.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI), variété de référence aux États-Unis, lâchait 1,37% à 79,65 dollars américains à 11h00, heure du Québec, par rapport à la clôture de la veille.

Le baril de Brent de la mer du Nord abandonnait 0,85% à 81,73 $US. 

Les réserves stratégiques de pétrole brut ont diminué de 3,2 millions de barils, quasiment comme la semaine précédente alors que le marché bruisse de rumeurs concernant une ponction plus conséquente du gouvernement pour faire baisser les prix à la pompe. 

Le niveau de ces réserves d'urgence se situe désormais à 606,1 millions de barils.

Le prélèvement observé cette semaine correspond à des ventes déjà réalisées au cours des précédentes semaines et reflète son transport vers les raffineries.

La production américaine est restée presque la même à 11,4 millions de barils par jour (mb/j), reculant juste de 100 000 b/j. Le niveau d'utilisation des raffineries a accéléré à 87,9%, mais reste inférieur à la normale.

La consommation totale de produits pétroliers a bondi de 2,3 millions de barils par jour, reflétant le tirage sur les stocks, pour s'établir à 21,6 mb/j.

Les importations sont restées stables à 6,1 mb/j tandis que les exportations ont augmenté de 573 000 barils à 3,6 mb/j.

Sur le même sujet

La croissance des prêts s'est poursuivie à la Banque de Montréal au 2e trimestre

La banque versera désormais un dividende trimestriel de 1,39 $ par action.

Sommes-nous près du creux boursier?

Édition du 25 Mai 2022 | Jean Gagnon

LA BOUSSOLE BOURSIÈRE. Assisterons-nous bientôt à un renversement brusque de la direction des marchés?

OPINION Gagner en Bourse en payant plus cher
Édition du 25 Mai 2022 | Richard Langevin
Bourse: Wall Street conclut en hausse après les explications de la Fed
Mis à jour à 17:03 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Les nouvelles du marché
Mis à jour à 09:00 | Refinitiv

À la une

Québec investit 1,2 G$ pour développer l’hydrogène vert et les bioénergies

Québec espère à terme générer des investissements publics et privés qui pourraient atteindre près de 10 G$.

Bourse: Wall Street conclut en hausse après les explications de la Fed

Mis à jour à 17:03 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine en hausse.

À surveiller: Dollarama, Uni-Sélect, et Banque Scotia

Que faire avec les titres de Dollarama, Uni-Sélect et Banque Scotia? Voici quelques recommandations d’analystes.