MEC effectuera moins de mises à pied que prévu

Publié le 09/10/2020 à 10:56

MEC effectuera moins de mises à pied que prévu

Publié le 09/10/2020 à 10:56

Par La Presse Canadienne

(Photo: Alexander Tsang pour Unsplash)

Mountain Equipment Co-op a annoncé vendredi qu’elle effectuerait moins de mises à pied d’employés que prévu, et qu’un seul de ses magasins devait fermer dans la foulée de son rachat par une société d’investissement privée américaine.

La société établie à Vancouver a indiqué que 85 % de sa main-d’œuvre resterait au travail une fois la transaction conclue, alors qu’elle avait précédemment calculé qu’un minimum de 75 % des emplois seraient conservés par Kingswood Capital Management.

MEC comptait 1516 employés en date du 7 septembre, dont 1143 étaient principalement actifs en Colombie-Britannique et en Ontario, selon le rapport d’un contrôleur lorsque la société profitait de la protection de la cour contre ses créanciers.

Le rapport indiquait également que 197 travailleurs étaient en congé et que 176 avaient été mis à pied.

Kingswood prévoit de garder 21 de ses 22 magasins ouverts, alors que son plan initial prévoyait un minimum de 17 magasins.

Après avoir été aux prises avec des ventes stagnantes, des problèmes de stocks et une concurrence en ligne croissante, MEC a déposé une demande de protection contre les créanciers le 14 septembre et a annoncé sa vente à une filiale canadienne de la société californienne Kingswood.

 

Sur le même sujet

Mountain Equipment Company (MEC) de retour sur le droit sentier

Mis à jour le 13/10/2021 | Denis Lalonde

Un peu plus d'un an après s'être protégé de ses créanciers, Mountain Equipment Company a repris des couleurs.

MEC: la fin d'un rêve coopératif 

BLOGUE INVITÉ. Si l'organisation souhaite demeurer au Canada, elle aura fort à faire pour gagner la confiance.

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…