Vos factures s’empilent? Vous n’êtes pas les seuls

Publié le 29/09/2023 à 14:30

Vos factures s’empilent? Vous n’êtes pas les seuls

Publié le 29/09/2023 à 14:30

Le nombre de prêts personnels et de cartes de crédit dont les paiements sont en retard d’au moins 90 jours a augmenté de 8,01% à l’échelle nationale. (Photo: 123RF)

Les ménages canadiens naviguent dans des eaux financières dangereuses, car l’endettement croissant menace leur bien-être économique. Une étude récente de TransUnion et d’Equifax Canada révèle une tendance inquiétante à l’augmentation des prêts personnels, de l’utilisation des cartes de crédit et des retards de paiement. Le nombre de prêts personnels et de cartes de crédit dont les paiements sont en retard d’au moins 90 jours a augmenté de 8,01% à l’échelle nationale. La situation est particulièrement alarmante en Ontario, qui a connu la plus forte augmentation de 15,12% de l’encours de la dette. Au deuxième trimestre 2023, les soldes totaux des cartes de crédit ont atteint le niveau sans précédent de 107,4 milliards de dollars (G$), selon le rapport d’Equifax.

Ces résultats constituent un appel urgent à l’action, soulignant la nécessité pour les ménages canadiens de rechercher et d’obtenir des conseils pratiques et opportuns pour renforcer leurs finances et assurer leur avenir financier face à des niveaux d’endettement croissants.

De plus en plus de Canadiens ont du mal à gérer les coûts élevés de la vie quotidienne. Les prix élevés, qu’il s’agisse de l’épicerie ou de l’essence, obligent les consommateurs à se tourner souvent vers leurs cartes de crédit pour combler l’écart de capacité financière, explique Anne Arbour, éducatrice financière à la Credit Counselling Society, un service enregistré à but non lucratif destiné aux consommateurs.

 

Les principaux responsables de l’augmentation de la dette

L’escalade du coût de la vie fait que le Canadien moyen a du mal à joindre les deux bouts. Qu’il s’agisse du prix des denrées alimentaires, des frais de transport, du coût du logement, des frais de voyage ou d’autres dépenses essentielles, l’inflation galopante a eu des répercussions sur tous les aspects de l’économie. «La hausse des taux d’intérêt joue également un rôle certain, car les prêts à taux variable sont désormais plus chers, et lorsque les gens renouvellent leur prêt hypothécaire, ils voient souvent leurs paiements mensuels doubler ou plus», souligne Mme Arbour.

Tout cela, ajoute-t-elle, accroît la pression sur des budgets mensuels déjà très serrés et pousse les gens à augmenter le solde de leurs cartes de crédit, soit parce qu’ils les utilisent davantage, soit parce qu’ils ne sont pas en mesure de les rembourser intégralement.

 

Comment faire face à vos dettes

Un bon point de départ consiste à clarifier les chiffres réels de vos dépenses. «Qu’il s’agisse de rencontrer l’un de nos conseillers accrédités pour une analyse financière complète et gratuite, ou de vous asseoir à la table de votre cuisine et de noter toutes vos sources de revenus, toutes vos dépenses régulières et toutes les dépenses récentes non planifiées», explique Mme Arbour.

Une telle analyse pourrait révéler un trésor d’informations exploitables pour montrer où il serait possible de «faire quelques ajustements pour libérer de l’argent supplémentaire à consacrer à vos dettes», ajoute-t-elle.

Ensuite, dressez une liste de toutes vos dettes, de leur taux d’intérêt, des dates d’échéance et des paiements requis. Recherchez des options de consolidation avec l’un de vos créanciers à un taux d’intérêt plus bas. Pouvez-vous appeler votre fournisseur de cartes de crédit pour obtenir un taux d’intérêt plus bas? C’est peut-être un peu long, mais cela vaut la peine d’essayer. «Toute modification de vos coûts de portage vous aidera à rembourser vos dettes plus rapidement», affirme Mme Arbour.

Utilisez les nombreux sites en ligne consacrés à l’établissement d’un budget et à la gestion des dettes, qui offrent une mine d’informations. Des sources en ligne telles que mymoneycoach.ca offrent des conseils pratiques pour classer les dettes par ordre de priorité. L’utilisation des méthodes de remboursement avalanche ou boule de neige peut vous aider à progresser, note Mme Arbour.

 

L’argent économisé est de l’argent gagné

L’une des façons dont les familles canadiennes peuvent se préparer aux défis économiques et se construire un avenir financier plus sûr est la pratique ancestrale de l’épargne.

«La solution la plus simple consiste à faire de l’épargne une habitude», explique Mme Arbour. «Il n’est pas nécessaire que le montant soit élevé — même de la petite monnaie dans un bocal s’accumule — mais il faut que vous vous mettiez dans la tête que l’épargne doit faire partie intégrante de votre budget mensuel, et non pas être une réflexion après coup.»

Ceux qui vivent au jour le jour savent que le mois dure généralement plus longtemps que l’argent, et qu’attendre de voir ce qu’il reste ne fonctionne pas vraiment», ajoute-t-elle. Dans ce genre de situation, il est beaucoup plus efficace de rendre l’épargne automatique. «Placer l’argent sur un compte dont l’accès n’est pas trop commode est un bon moyen de se protéger de soi-même», affirme Mme Arbour.

 

Il n’y a pas de meilleur moment pour l’éducation financière

Dans le paysage financier complexe d’aujourd’hui, l’éducation financière est l’outil qui permet au consommateur moyen de naviguer en toute confiance vers un avenir financier plus sûr. Elle décode le langage cryptique de la finance et permet aux individus de prendre des décisions en connaissance de cause et de tracer leur propre destin financier.

L’information, c’est le pouvoir. «L’argent peut être une chose très intimidante pour de nombreuses personnes. S’armer de connaissances est donc la première étape pour renforcer la confiance et les capacités», déclare Mme Arbour.

GetSmarterAboutMoney.ca, le Programme de littératie financière de l’ACP et l’Agence de la consommation en matière financière du Canada sont quelques-uns des sites web d’éducation financière les plus populaires au pays, qui fournissent des informations sur un éventail de sujets, notamment l’inflation, les services bancaires, les finances personnelles, l’investissement et l’établissement d’un budget. «Il y a tellement d’options disponibles aujourd’hui pour l’apprentissage en personne ou en ligne qu’il y en a vraiment pour tous les goûts», déclare Mme Arbour.

Elle met toutefois en garde contre les dangers de suivre les conseils de spécialistes des médias sociaux non qualifiés: il existe de nombreux «finfluencers» et «Fintokers» qui ne sont pas forcément la meilleure source d’information», dit-elle.

 

Le confort est essentiel

La période actuelle est difficile sur le plan financier pour beaucoup d’entre nous, mais il existe un soutien pour tous ceux qui se sentent dépassés ou stressés par l’argent. «Il suffit d’un coup de fil ou d’un clic pour nous contacter et bénéficier d’un soutien gratuit et sans jugement», exhorte Mme Arbour.

Trouvez une source fiable et assurez-vous que vous êtes à l’aise avec le plan, ajoute-t-elle.

 

Abonnez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

Attention aux pièges du partage des dépenses dans le couple

22/05/2024 | Dany Provost

EXPERT INVITÉ. L'équité, dans les dépenses d'un couple, va bien au-delà du salaire de l'un et de l'autre.

Mesdames, prévoyez le futur maintenant

16/05/2024 | Charles Poulin

IL ÉTAIT UNE FOIS... VOS FINANCES. Plusieurs femmes seront seules pour prendre les décisions financières.

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

La main-d'oeuvre reste un défi pour les détaillants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Plus d'un poste vacant sur dix au Québec se trouve dans le secteur du commerce de détail.

Des clients avides de rabais

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent s'ajuster aux nouvelles attentes des consommateurs.