Que faire de votre boni annuel?

Publié le 12/01/2024 à 12:55

Que faire de votre boni annuel?

Publié le 12/01/2024 à 12:55

Par Charles Poulin

Il faut évaluer ses besoins financiers à court et à long terme, puis prendre la décision en fonction des objectifs fixés. (Photo: Erik Mclean pour Unsplash)

C’est la période du boni annuel pour plusieurs employés québécois. À quelques semaines de la fin de la période de cotisation pour les REER, il faut faire vite et optimiser la somme selon ses principaux objectifs de placements.

Février est traditionnellement le mois des évaluations annuelles pour bon nombre d’employés, et il est coutume que l’employeur propose de verser directement la somme du boni dans un REER. Est-ce une bonne décision?

Tout dépend de ses objectifs et de son horizon de placement, estime Alexandre Hunault, fiscaliste pour la Financière des professionnels. Il faut évaluer ses besoins financiers à court et à long terme, puis prendre la décision en fonction des objectifs fixés.

«Avec la forte inflation, on voit que le réflexe des gens est beaucoup de tenter de diminuer ses dettes, indique-t-il. Ce n’est pas un mauvais réflexe à avoir, mais ce n’est peut-être pas toujours optimal.»

Il donne en exemple une personne dont l’horizon de retraite est de dix ans, et qui doit économiser 10 000$ par année d’ici là. Il se pourrait que son objectif soit mis en péril s’il décide d’utiliser son boni pour baisser son montant d’hypothèque ou sa marge de crédit.

Il faut également se demander «En ai-je besoin rapidement?» Si la réponse est que vous devez payer les factures ou que vous avez prévu un voyage dans quelques mois, immobiliser les sommes pour une période à moyen ou long terme ne sera pas la meilleure chose à faire.

Quelques options

Alexandre Hunault avance quelques options pour tenter d’optimiser son boni.

REER

Le REER est habituellement le plus optimal pour le boni parce qu’il permet d’obtenir du rendement, dont l’imposition est reportée à la retraite et fort probablement à un taux d’imposition marginal moins élevé, tout en vous faisant bénéficier d’un remboursement d’impôt.

Il faut toutefois faire attention, prévient le fiscaliste. Si vous placez votre boni dans votre REER en janvier ou février 2024, mais prenez la déduction pour l’année fiscale 2023, vous pourriez avoir une petite surprise lors de votre déclaration de revenus l’an prochain.

«Le boni est calculé dans le revenu, rappelle Alexandre Hunault. Si on obtient un boni chaque année, on ne s’en rend probablement pas compte. Mais si ce n’est pas le cas, vous pourriez avoir une dette d’impôt à payer pour 2024.»

REEE

Si votre REER est maximisé, le Régime enregistré d’épargne-études s’avère un choix intéressant. Il procure un rendement supplémentaire à l’abri de l’impôt (si l’enfant visé par le REEE poursuit des études postsecondaires), en plus de permettre d’aller chercher des subventions et de sécuriser l’éducation de votre enfant.

CELI

Le compte d’épargne libre d’impôt n’offre pas de remboursement d’impôt, mais il met vos placements à l’abri du fisc. C’est l’endroit idéal pour se constituer un fonds d’urgence ou encore économiser pour des projets à plus court terme.

«C’est une option qui offre beaucoup de flexibilité à son détenteur», note Alexandre Hunault.

DETTES

Alternative peu populaire avant l’augmentation rapide des taux d’intérêt en 2022, rembourser ses dettes prend du galon. L’équation entre la baisse des rendements boursiers et la hausse des frais d’intérêt a dirigé beaucoup de gens vers cette solution d’utilisation de leur boni.

«L’économie sur la dépense d’intérêt est assez importante actuellement, souligne le fiscaliste. Si votre REER vous rapporte 6% et votre taux d’intérêt est de 4%, le REER est votre principal outil. Mais si votre marge de crédit a grimpé à 7% ou 9%, ça vaut la peine de la réduire.»

La seule dette à ne pas rembourser, rappelle-t-il, est votre dette étudiante. Les intérêts sont déductibles d’impôt.

DON

Il est également possible de faire un don avec l’argent de votre boni.

«Vous ne serez pas plus riche, mais vous viendrez en aide à un organisme qui en a besoin, et le coût du don sera à la baisse grâce à un crédit d’impôt.»

Le taux du crédit d’impôt est de 20% pour les premiers 200$ de dons. Pour la partie des dons qui dépasse 200$, le taux du crédit d’impôt est de 24% ou de 25,75%, selon le cas, indique Revenu Québec.

 

Cet article est une mise à jour. L'article original a été publié sur le site de Les Affaires le 24 février 2023.

 

Abonnez-vous à notre infolettre thématique:

Finances personnelles — Tous les vendredis

Inspirez-vous des conseils de nos experts en planification financière et de toutes les nouvelles pouvant affecter la gestion de votre patrimoine.

Sur le même sujet

Télétravail à l’étranger: attention aux conséquences fiscales

Édition du 10 Avril 2024 | Charles Poulin

IL ÉTAIT UNE FOIS... VOS FINANCES. Attention aux conséquences fiscales qui découlent du télétravail à l'étranger.

Le CELI de Jean-Simon Carrier: penser à la maison

Édition du 20 Mars 2024 | Jean Décary

PLEINS FEUX SUR MON CELI. Ce comptable dans la vingtaine était ravi de son retour dans sa région natale.

À la une

Bourse: Wall Street craint une escalade au Moyen-Orient

Mis à jour il y a 46 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto a perdu près de 160 points, plombé par la faiblesse des actions du secteur de l’énergie.

À surveiller: Quincaillerie Richelieu, Cogeco Communications et Constellation Brands

10:10 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Richelieu, Cogeco et Constellation Brands ? Voici quelques recommandations d'analystes.

Bourse: les gagnants et les perdants du 15 avril

Mis à jour il y a 45 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.