Quelques conseils pour l'investisseur autonome

Publié le 03/09/2021 à 11:09

Quelques conseils pour l'investisseur autonome

Publié le 03/09/2021 à 11:09

Par Institut québécois de planification financière
Un investisseur autonome

L’argent a une signification différente pour chacun. L’investisseur, qu’il soit autonome ou non, devrait déterminer les objectifs financiers reliés à ses placements. (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. En 2020, les ménages canadiens ont accumulé 100 milliards $ de plus en épargne qu’ils ne l’auraient fait sans la pandémie. Avec un niveau d’épargne qui a si fortement progressé, plusieurs ont envie de faire fructifier leur argent de façon autonome. Comment faire en sorte que cette expérience soit la plus positive possible? Voici 5 incontournables pour avoir une expérience positive en tant qu’investisseur autonome.

 

1. Se fixer des objectifs

L’argent a une signification différente pour chacun. L’investisseur, qu’il soit autonome ou non, devrait déterminer les objectifs financiers reliés à ses placements. Pourquoi veut-il investir? Est-ce pour la retraite, l’achat d’une nouvelle maison ou encore pour un projet spécifique?

Plus l’objectif sera clair, précis et motivant pour l’investisseur, plus il sera facile de lui consacrer le temps et les sommes nécessaires pour l’atteindre.

De plus, l’investisseur autonome doit s’assurer que son objectif est réalisable considérant l’état de ses finances personnelles.

 

2. S’informer

Les connaissances sont à la base du succès de l’investisseur autonome. Cela veut dire comprendre comment fonctionnent les marchés boursiers, en plus d’avoir une connaissance de base des termes techniques utilisés, des différents véhicules de placement, des plateformes d’investissement et des frais de ces plateformes (incluant les frais de transaction). Il ne faut pas oublier non plus que différentes règles fiscales s’appliquent pour chaque type d’investissement.

L’investisseur autonome fait lui-même le choix de ses placements. Il est son propre conseiller. Il doit être capable de prendre une décision quant à l’achat ou la vente d’un placement en se basant sur ses connaissances et l’analyse qu’il aura faite.

 

3. Investir plutôt que spéculer

La ligne peut être mince entre l’investissement et la spéculation. L’investissement consiste à faire fructifier une somme d’argent dans un placement en fonction du niveau de risque qu’une personne est prête à accepter. Cet investissement est relié à un objectif.

La spéculation est une opération financière visant à tirer profit des fluctuations du marché en tentant de prévoir les prix.

Bien entendu, autant dans un processus d’investissement que dans un processus de spéculation, l’investisseur peut voir une forte diminution de son capital. Mais généralement, il y a davantage de risque que cette situation se produise lorsque l’on parle de spéculation.

 

4. Respecter sa tolérance au risque

La tolérance au risque correspond en gros au niveau de variabilité (hauts et bas) des rendements qu’un investisseur est prêt à accepter. En général, plus un placement est risqué, plus son rendement potentiel devrait être élevé également. La tolérance au risque a donc un impact sur le rendement espéré.

La tolérance personnelle au risque dépend de nombreux facteurs, tels que le revenu annuel, l’horizon de placement, le niveau d’endettement, la présence de personnes à charge et les besoins en liquidités. La tolérance au risque aide aussi à déterminer le type de placement qui conviendrait le plus, qu’il s’agisse d’obligations à faible risque, d’un fonds négocié en bourse ou encore, d’actions cotées sur le marché boursier.

 

5. Ne pas se laisser guider par les émotions

Un des plus grands défis de l’investisseur autonome est de faire fi de ses émotions, de ne pas succomber à la peur, à la panique ou encore à la frénésie qui semble parfois s’emparer des marchés boursiers. Il peut être tentant d’acheter le titre dont la valeur vient d’augmenter ou de se débarrasser de celui qui ne performe pas. Pourtant, le principe même de l’investissement en bourse, c’est d’acheter bas et revendre lorsque le prix a augmenté! Pour éviter de tomber dans le piège de la course aux rendements, il faut établir une politique de placement et la respecter.

Un planificateur financier pourrait vous aider dans toutes ces étapes.

 

Amine Chbani, MBA, Pl. Fin.

 

Sur le même sujet

AmEx GBT se prépare à entrer en Bourse à 5,3 G$US

03/12/2021 | AFP

AmEx Global Business Travel va entrer à Wall Street en fusionnant avec une filiale du fonds d'investissement Apollo.

Le CELI d'Étienne Charest: un emprunt et de l'audace

03/12/2021 | Jean Décary

PLEINS FEUX SUR MON CELI. En mars 2020, Étienne Charest a emprunté pour investir dans son CELI.

À la une

Les nouvelles du marché

08:43 | Refinitiv

Des Rohingyas poursuivent Facebook, traitement de GSK-Vir, Intel, les pétrolières et American Airlines.

Titres en action: American Airlines, Intel, Airbus, ABB

Mis à jour il y a 5 minutes | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Main-d'oeuvre: les 60-74 ans ne seront pas une panacée pour le secteur manufacturier

01/12/2021 | François Normand

SECTEUR MANUFACTURIER. Il faut par exemple avoir de bonnes capacités physiques pour travailler dans une aluminerie.