La spéculation boursière crée-t-elle la même dépendance que les jeux d'argent?

Publié le 09/11/2023 à 10:50

La spéculation boursière crée-t-elle la même dépendance que les jeux d'argent?

Publié le 09/11/2023 à 10:50

Las Vegas peut être excitant, l’investissement ne devrait pas l’être. (Photo: 123RF)

Vous avez 23 ans et vous sortez de l’université. Vous avez décroché votre premier emploi et touché un bon salaire. Quelle est la prochaine étape ? Vous voulez peut-être investir : après tout, votre ami a gagné beaucoup d’argent lorsque les actions de GameStop sont montées en flèche. De plus, vous avez regardé Le Loup de Wall Street, et la prison n’est pas un moyen de dissuasion suffisant pour vous empêcher de négocier des actions individuelles.

Ou alors, vous pouvez emmener votre argent à Las Vegas et tenter de gagner gros. Les chances que cela se produise sont minces, et vous risquez de tout perdre. Les hauts des jeux d’argent font rêver, et les bas peuvent vider votre compte en banque. Mais attendez. Pourquoi parlons-nous des jeux d’argent ? Parce qu’au niveau neurochimique, les jeux d’argent, le «day trading» et la spéculation ne sont pas très différents. Pour comprendre pourquoi cela se produit, il faut d’abord comprendre les fondements de ce qui nous pousse à faire quoi que ce soit : la motivation, la pulsion et la récompense. 

 

Pourquoi nous sentons-nous si bien lorsque nos actions montent ?

Commençons par une seule molécule : un neurotransmetteur. Les neurotransmetteurs sont les messagers chimiques de votre corps. Ils sont responsables de toutes sortes de fonctions et, ce qui est important pour investir, ils font partie intégrante de notre comportement. La dopamine est un neurotransmetteur qui joue un rôle dans notre centre de récompense en stimulant «la récompense agréable et la motivation», selon la Cleveland Clinic. La dopamine déclenche également la production d’adrénaline par les glandes surrénales. L’adrénaline est une hormone responsable de la sensation d’excitation que vous ressentez lorsque vous jouez. Ainsi, même si vous avez l’impression que vous allez faire un gros coup, vous n’êtes pas en train de jeter les dés de façon équitable. 

Comme pour les substances addictives, lorsque vous jouez, le centre de récompense de votre cerveau s’allume. Les sensations fortes sont plus fortes en raison de la grande quantité de dopamine qui inonde votre système. Les jeux d’argent créent une dépendance particulière. «Le jeu, contrairement à toute autre dépendance, est associé à des distorsions cognitives», explique UCLA Health. «Les gens se disent que s’ils continuent à jouer, ils finiront par gagner… La distorsion cognitive se produit souvent chez les personnes qui ont perdu de grosses sommes d’argent ou d’autres biens à cause du jeu. Parfois, leur fierté, leur ego ou leur sentiment de désespoir les poussent à jouer davantage, dans l’espoir de récupérer ce qu’ils ont perdu.»

 

Pourquoi le «day trading» s’apparente-t-il à un jeu de hasard ?

Quel est le rapport avec l’investissement ? D’un point de vue neurochimique, les jeux d’argent, le day trading et la spéculation ne sont pas très différents. Sarah Newcomb, économiste comportementale, affirme qu’«il existe certainement des raisons légitimes d’effectuer des transactions occasionnelles. Certaines opérations sont le résultat d’une planification à long terme et de l’exécution d’une stratégie solide. Cependant, des études répétées, dont le rapport annuel Mind the Gap de Morningstar, démontrent que les investisseurs qui négocient activement ont tendance à se sous-classer par rapport au marché».

Prenons un peu de recul. Quelle est la différence entre les transactions et la spéculation ? John Rekenthaler, de Morningstar, cite la définition de la spéculation donnée par le dictionnaire de Cambridge : «acheter quelque chose en espérant que sa valeur augmentera, puis vendre à ce prix plus élevé afin de réaliser un bénéfice.» John Rekenthaler cite ensuite Investopedia, qui définit la spéculation comme «une transaction financière qui comporte un risque substantiel de perte de valeur, mais aussi l’espoir d’un gain significatif.»

Qu’en est-il de la négociation d’actions individuelles ? Selon le glossaire des placements de Morningstar’s, la négociation d’actions est l’acte d’acheter et de vendre des actions d’une société publique sur le marché libre. La définition précise en outre que les investisseurs peuvent tirer profit de la négociation d’actions en achetant des actions à bas prix et en les revendant plus tard à un prix plus élevé. Il existe toute une série de stratégies différentes pour la négociation d’actions. Certains investisseurs achètent des actions dans l’espoir que leur prix augmentera à long terme. D’autres achètent et vendent des actions tout au long de la journée pour profiter de la croissance à court terme (c’est ce qu’on appelle le day trading).» 

 

Pourquoi négocier et spéculer sur les actions alors que c’est risqué ?

Alors, pourquoi faire du commerce ou de la spéculation quand c’est risqué ? Ce n’est pas très différent des raisons qui poussent les joueurs à s’adonner aux jeux d’argent. Sarah Newcomb met en évidence quatre facteurs clés : la peur, l’avidité, l’excès de confiance et la recherche de sensations. «Lorsqu’ils sont confrontés à la douleur d’une perte importante, certains investisseurs sont prêts à s’écarter de leur stratégie à long terme afin de réduire l’incertitude du moment. À long terme, il s’agit généralement d’une mauvaise idée, étant donné que les marchés ont toujours rebondi et récompensé les investisseurs qui ont maintenu le cap. Sur le moment, le sentiment de puissance que procure l’action et la certitude que procure la réduction de l’exposition au risque peuvent sembler plus précieux que la possibilité abstraite de rebonds futurs», explique Sarah Newcomb. 

Lorsque vous passez à l’acte, que vous prenez des risques et que vous vous écartez de vos stratégies à long terme, la dopamine allume le centre de récompense de votre cerveau et vous ressentez du plaisir à l’idée d’un gain potentiel important, même si cela nuit à vos performances à long terme. 

L’excès de confiance est également important pour la spéculation. Selon Sarah Newcomb, «l’excès de confiance est le degré auquel un investisseur surestime sa capacité à générer des rendements». Il faut croire que l’on peut déjouer les pronostics, sinon on n’essaierait pas. C’est l’état d’esprit d’un joueur. «L’ironie de la chose, c’est que l’excès de confiance conduit à des transactions fréquentes, et que les transactions fréquentes conduisent à un sous-classement.»

 

Existe-t-il un moyen sûr de spéculer ?

Existe-t-il donc un moyen sûr de spéculer ? Selon Sarah Newcomb, «on entend beaucoup parler du comportement irrationnel des investisseurs, et la plupart du temps, on l’attribue à des phénomènes grisants comme l’excès de confiance et d’autres biais cognitifs». Mais qu’en est-il de la bonne vieille cupidité et de l’excitation du jeu ? 

 

Trois conseils pour «jouer de manière responsable» avec votre portefeuille

Voici ce que dit Sarah Newcomb pour «jouer de manière responsable» : surtout, ne jouez pas avec de l’argent que vous ne pouvez pas vous permettre de perdre.

Elle propose également quelques conseils :

1.       Mettez de côté une somme d’argent dont vous pouvez vous séparer et utilisez-la pour spéculer. Cela permet de continuer à jouer sans que le manque à gagner se transforme en pertes qui peuvent vous ruiner. Vous pouvez toujours gagner beaucoup d’argent de cette manière, mais vous ne perdrez pas votre vie ou vos moyens de subsistance en cours de route.

2.       Ne jouez pas avec de l’argent qui ne vous appartient pas. Si vous partagez vos finances ou gérez de l’argent pour d’autres personnes, veillez à séparer vos spéculations de ces fonds. La seule exception serait que vous ayez le consentement éclairé de l’autre partie.

3.       Ne spéculez pas sur la marge. En d’autres termes, n’empruntez pas d’argent pour jouer sur le marché. Emprunter pour jouer rend la ruine financière plus probable à long terme. Il est préférable d’utiliser l’effet de levier lorsque vous disposez de toutes les informations et du temps nécessaires pour réduire votre exposition au risque. 

Car soyons réalistes : Las Vegas peut être excitant, l’investissement ne devrait pas l’être.

 

Un texte de Jessica Bebel pour Morningstar

Sur le même sujet

Quand un CELI est-il préférable à un REER?

21/02/2024 | Morningstar

En général, lorsque votre revenu est plus faible, le CELI est un meilleur choix.

Le rachat de Discover par Capital One change le secteur du crédit

20/02/2024 | AFP

Principalement développé aux États-Unis, Discover est le quatrième réseau de cartes de crédit.

À la une

Le prix du carbone grimpe à près 57$ la tonne au Québec

Mis à jour il y a 7 minutes | François Normand

Le prix du carbone est en hausse de 6,5% par rapport à la précédente vente aux enchères en novembre.

Le «B2B» et le «B2C» sont-ils morts sur les réseaux sociaux?

EXPERTE INVITÉE. En suivant ces règles d'or, nous avons réussi à passer de 0 à 600 000 abonnés sans dépenser un sou.

Norea Capital mise sur Versacom

Seulement au Canada, le marché dans lequel Versacom évolue est évalué à 3,5 milliards de dollars.