Immobilier résidentiel: Chiara plaide pour de l’aide gouvernementale aux promoteurs

Publié le 26/02/2024 à 15:30, mis à jour le 27/02/2024 à 12:48

Immobilier résidentiel: Chiara plaide pour de l’aide gouvernementale aux promoteurs

Publié le 26/02/2024 à 15:30, mis à jour le 27/02/2024 à 12:48

Par Charles Poulin

Financer 2% du taux d'intérêt pour 100 000 logements coûterait au gouvernement environ 1,6 G$ sur deux ans, estime Vincent Chiara. (Photo: courtoisie le Cercle canadien)

Vincent Chiara croit qu’une seule chose pourra convaincre les promoteurs immobiliers de relancer la construction résidentielle, et c’est une aide financière des gouvernements provincial ou fédéral, une aide qui pourrait prendre la forme d'un financement d'une partie du taux d'intérêt.

Le président et fondateur du Groupe Mach estime que ni l’abolition pure et simple de la TVQ, ni des améliorations réglementaires du côté de l’obtention de permis de construction résidentielle, ni augmenter les seuils de densité ni donner des congés de taxe ne sont des mesures qui, à elles seules, pourraient faire « bouger l’aiguille » des promoteurs pour qu’ils remettent leurs projets en attente sur les rails.

« Nous voyons ce genre de mesure être mise en place dans des endroits comme Longueuil ou Gatineau, a-t-il indiqué lors d'une allocution devant le Cercle canadien. Et, pourtant, vous ne voyez pas de file d’attente à ces endroits pour démarrer des projets. Vous n’avez pas vu non plus de construction massive dans les autres provinces parce qu’elles ont aboli leur taxe de vente sur les constructions neuves. Parce que ces mesures sont insuffisantes à elles seules. »

 

Financer 2% du taux

Ce que propose plutôt Vincent Chiara, c’est une aide financière temporaire qui s’adresserait aux promoteurs.

Il suggère que les gouvernements (provincial ou fédéral ou les deux) financent temporairement 2% du taux d’intérêt en vigueur jusqu’à ce que les taux passent sous la barre de 4%, qui constitue selon lui le point d’équilibre financier pour un projet résidentiel.

« À mon avis, ça, tout seul, c’est un game changer », laisse-t-il tomber.

Le président et fondateur du Groupe Mach évalue à 400 000$ le coût moyen d’une porte (un logement ou une maison) au Québec.

« Si on finance 2% de 400 000$ pour 100 000 portes, ça coûterait au gouvernement 800 M$ par année, souligne-t-il. Donc, peut-être 1,6 G$ sur deux ans, le temps que les taux d’intérêt reviennent sous les 4%. »

 

Problème sérieux

Ce montant peut sembler faramineux, concède-t-il. Mais il pointe du côté de l’usine Northvolt et du financement de plusieurs milliards de dollars accordé par Québec pour mettre les choses en perspective.

« Le taux d’inoccupation est sous la barre du 1% dans la majorité des grandes villes du Québec, remarque-t-il. C’est un problème sérieux, mais les gouvernements ne semblent pas en réaliser l’ampleur de la chose. Il faudrait accélérer la cadence et construire plus de 150 000 logements par an (NDLR d’ici 2030), et nous en avons démarré moins de 40 000 l’an dernier. Des milliers de projets sont sur les tablettes et les promoteurs n’attendent seulement que les chiffres fassent du sens avant de les lancer. »

 

Abonnez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

Logement: Ottawa impose de bonnes conditions

11/04/2024 | Jean Sasseville

EXPERT INVITÉ. Transformons les conditions du fédéral en solutions communes.

Un budget marqué par l'imprévoyance fiscale et la précarité financière

Édition du 20 Mars 2024 | Jean-Paul Gagné

Le déficit de 2024‑2025 atteindra 11G$, soit 8 G$ de plus qu'annoncé. On n’aurait pas dû en arriver là.

À la une

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.