Main-d’œuvre: et si c’était surtout la faute des clients?

Publié le 16/11/2023 à 12:00

Main-d’œuvre: et si c’était surtout la faute des clients?

Publié le 16/11/2023 à 12:00

Par Dominic Gagnon

La plupart des employés aiment la liberté offerte par la pandémie, mais beaucoup d’employeurs n’ont pas su s’adapter à ce fait après la pandémie. (Photo: Bimo Luki pour Unsplash.com)

EXPERT INVITÉ. J’ai au moins entendu cent fois cette phrase dans la dernière année: «Plus personne ne veut travailler!» Même avec les nombreuses mises à pied dans les dernières semaines, il y a clairement des secteurs d’activités dans lesquels il semble impossible de trouver des gens — principalement dans le milieu des services.

Cela m’a amené à me poser une question: si tout le monde embauche, comment se fait-il que personne ne soit embauché? Mais où sont donc passés tous ses gens qui travaillaient avant la pandémie? Ont-ils disparu? Car même avec les nombreuses mises à pied des derniers mois, il y a clairement des secteurs d’activités dans lesquels il semble impossible de trouver des gens, entre autres, dans le milieu des services.

La pandémie aurait donné à beaucoup un avant-goût de ce qu’est la liberté, et plus que jamais, plusieurs personnes ne sont plus disposées à renoncer à leur liberté pour un travail. Je pense, par exemple, à mon amie Catherine, 28 ans, qui travaille dans le milieu du service à la clientèle et aimerait travailler pour une grande chaîne, mais souhaite avoir la possibilité de faire son propre horaire pour avoir un meilleur équilibre travail-famille ou encore Simon, un ingénieur expérimenté qui a adoré travailler à domicile pendant la pandémie, et qui n’est aucunement ouvert à travailler pour une entreprise qui ne lui permet pas cet avantage.

La plupart des employés aiment la liberté offerte par la pandémie, mais beaucoup d’employeurs n’ont pas su s’adapter à ce fait après la pandémie.

Voici quelques raisons pour lesquelles le secteur des services peine à trouver de la main-d’œuvre.

 

La majorité des gens aimerait travailler à domicile

Tous les emplois ne peuvent pas être effectués à distance. Il faut être transparent, éviter d’aller au bureau est un luxe que la plupart des travailleurs ne peuvent pas se permettre et que la plupart des employeurs ne peuvent pas offrir.

Oui, si vous êtes un ingénieur informatique, c’est plus facile de travailler de la maison, mais c’est totalement impossible pour les personnes occupant des emplois dans les services, le manufacturier, les secouristes, les commis d’épiceries, les soins de santés, etc. Imaginez appeler une ambulance et vous faire répondre: «désolé, je suis à la maison aujourd’hui donc je vais vous assister par téléphone.»

Par conséquent, les travailleurs du domaine des services sont manifestement ceux qui souffrent le plus, laissant ce secteur dans un état épouvantable. Les restaurants, les magasins de détail, les écoles et les garderies ne trouvent pas d’employés et les employeurs ne peuvent pas proposer d’options de travail à domicile. Les employeurs sont conscients du problème d’équité et de disparité économique que crée le travail à domicile, mais les clients eux n’en ont aucune idée et par conséquent, continuent d’être intransigeants envers ces employés déjà épuisés.

 

Manque de gratification

C’est assez facile à constater, je ne crois pas avoir vu un seul restaurant dans la dernière année qui n’a pas une affiche qui mentionne «employés recherchés». Le Tim Hortons au coin de la rue est fermé une fois sur deux par manque de personnel. J’ai l’impression que tous les restaurants, sans exception, manquent de personnel.

Le secteur des services est en difficulté, et ce n’est pas parce que les gens sont paresseux.

Trop de gens pensent que les employés sont paresseux et préfèrent encaisser des chèques de chômage plutôt que de travailler pour gagner leur vie. Je ne peux pas nier que certaines personnes ont profité des généreux chèques du gouvernement, mais pour la plupart, le problème est plus important qu’un chèque.

C’est simple, la plupart des employés du secteur de la restauration ne trouvent plus leur travail gratifiant. Il manque de personnel, mais les clients ne s’en soucient pas: ce n’est pas leur problème après tout. Par conséquent, ils les maltraitent pour leur service lent et ne leur laissent aucun pourboire. C’est du moins ce que m’ont raconté plusieurs personnes qui œuvrent dans la restauration en ce moment. Même dans des boutiques d’objets à bas prix près de la maison, j’ai observé des affiches «nous n’accepterons pas de violence verbale envers nos employés». C’est fou! Par conséquent, beaucoup d’employés ont réalisé que cela ne valait plus le coup de travailler dans une industrie qui n’offre souvent pas d’avantages sociaux ni d’équilibre travail-vie personnelle pour se faire traiter de cette manière.

Selon moi, les clients devraient savoir que travailler dans le secteur des services est difficile et ils devraient traiter les employés avec respect. Sans quoi, le problème ne va qu’empirer et personne n’en sortira gagnant.

Les employés essentiels ne gagnent pas un salaire suffisant

Pendant la pandémie, la société a demandé à des centaines de milliers de personnes avec des salaires très bas de nous protéger de la COVID-19 sans leur offrir un salaire décent.

Les employés essentiels étaient aux prises avec des problèmes de santé personnels, des salaires bas, des funérailles, des problèmes de garderie, un roulement de personnel élevé et le manque d’avantages sociaux. En conséquence, ces employés ont commencé à démissionner et à trouver d’autres emplois qu’ils pouvaient exercer à distance sans interagir en face à face avec les clients. Et aujourd’hui, on se surprend de voir le manque d’enseignant au début de l’année scolaire ou l’incapacité du réseau de la santé à recruter des gens. Le conflit de travail entre le gouvernement et de nombreux employés de l’état n’aide pas à la cause. Il expose encore plus à quel point les gens sont fatigués et n’ont pas l’impression d’être bien traités.

C’est évident, pour attirer des employés essentiels, nous devons les traiter avec respect et leur offrir de meilleures conditions de travail. 

 

Ce n’est pas juste une question d’argent!

Beaucoup de salariés ont pris conscience de leur valeur, et celle-ci n’est plus à vendre.

Ils ont apprécié leur temps libre avec leur famille et l'absence de déplacements domicile-travail. Ainsi, si on souhaite les inciter à retourner au travail, nous devons concevoir un environnement de travail qui leur permet de dire facilement «Oui».

Et non, ce n’est pas uniquement une question d’argent même si oui, l’argent fait partie de l’équation. Tel que l’indique l’auteur Daniel Pink dans son livre «Drive», les employés cherchent aujourd’hui trois choses : autonomie, maîtrise et objectif.

  • Autonomie: les salariés veulent avoir le sentiment d’être autonomes et avoir une liberté dans leur travail.
  • Maîtrise: les employés veulent avoir la possibilité d’évoluer et de bénéficier d’un encadrement et d’une rétroaction continus.
  • Objectif: les employés veulent savoir qu’ils travaillent pour une organisation qui rend le monde meilleur.

Les employés veulent également un emploi qui leur permet de bien gagner leur vie.

Alors, laissez-moi vous expliquer pourquoi les entreprises embauchent, mais personne n’est embauché. La principale raison est que beaucoup d’employés recherchent des emplois pour lesquels les employeurs n’embauchent pas.

La plupart des gens veulent travailler, mais ils souhaitent travailler pour une organisation qui leur offre de meilleurs avantages sociaux, plus de liberté et une plus grande flexibilité. Cependant, beaucoup d’employeurs ne semblent pas avoir reçu le mémo.

Tout le monde souhaite travailler à domicile, mais tous les travaux ne peuvent pas être effectués à distance. Nous devons comprendre que pour les gens obligés d’être au bureau cinq jours par semaine qui côtoient des gens en télétravail, un sentiment d’injustice est présent.

Les emplois dans le secteur des services sont très difficiles, et plus personne ne veut se faire manquer de respect. Alors, devrions-nous être surpris de voir les restaurants manquer de personnel? Pas vraiment!

Les employés veulent plus que de l’argent, mais la plupart des employeurs utilisent le salaire comme seul outil de recrutement. Par conséquent, ils ne trouvent pas!

Et à la fin de tout ça, si en plus en tant que clients, vous ne respectez pas les personnes du milieu des services, cette crise n’est pas près de se terminer!

Sur le même sujet

À la une

Décès de Brian Mulroney, le «p'tit gars de Baie-Comeau»

Mis à jour il y a 25 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Sa fille Caroline en a fait l'annonce sur le réseau social X, jeudi en fin de journée.

La relance d'un journal: «On était cowboys, on n'avait peur de rien»

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. Au début des années 1980, «Les Affaires» devient en un an un incontournable du milieu des affaires.

Ce qu'en disent nos lecteurs...

Édition du 21 Février 2024 | Les Affaires

SPÉCIAL 95 ANS.  «Il y a eu une promotion en 1977 au cégep de Trois-Rivières et je le lis depuis bientôt 47 ans...»