La réduction des frais de carte de crédit saluée

Publié le 28/03/2023 à 18:35

La réduction des frais de carte de crédit saluée

Publié le 28/03/2023 à 18:35

Par Emmanuel Martinez

Jasmin Guénette, vice-président aux affaires nationales de la FCEI (Photo: Courtoisie)

Annoncée dans le budget fédéral, l’entente entre Ottawa et Visa ainsi que Mastercard pour réduire les frais liés aux transactions par carte de crédit a été bien accueillie par le milieu des affaires.

Le Conseil du patronat du Québec et la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) sont parmi les organisations qui ont salué cet accord.

«C’est une bonne nouvelle, même si les mesures concrètes n’ont pas encore été détaillées», affirme le président et chef de la direction du Conseil du patronat du Québec, Karl Blackburn, en entrevue téléphonique.

Décarbonation de l’économie

Ce dernier s’est aussi réjoui des mesures pour favoriser la transition vers une économie verte qui prévoit des crédits d’impôts pour les entreprises qui pourraient atteindre plus de 80 milliards de dollars (G$) sur dix ans.

«C’est un plan costaud pour la transition verte, précise Karl Blackburn. C’est une réponse plus importante que ce à quoi on aurait pu s’attendre. Cela permet de faire face aux imposantes initiatives annoncées par le gouvernement américain dans ce créneau.»

La présidente-directrice générale des Manufacturiers et Exportateurs du Québec, Véronique Proulx, a également souligné la réponse d’Ottawa face à l’Inflation Reduction Act de la Maison-Blanche qui a mis sur pied des mesures à hauteur de 378G$ US, notamment dans le domaine de la transition énergétique.

«Il y a une réciprocité face aux Américains, donc c’est positif, déclare-t-elle. Les mesures ciblées pour la production de technologiques vertes et les crédits d’impôts pour l’énergie renouvelable sont bien.»

La FCEI s’est cependant dite déçue concernant la taxe carbone qui passera comme prévu de 50$ à 65$ le premier avril, une hausse de 23%.

«On reste sur notre faim au niveau de la taxe carbone, soutient Jasmin Guénette, vice-président aux affaires nationales de la FCEI. Pour les entreprises qui sont soumises à la taxe carbone, il n’y a pas de répit. Cela augmente, même si les elles font face à d’énormes pressions financières.»

De son côté, l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) a émis des doutes sur la pertinence de ces initiatives présentées par Ottawa dans ce domaine.

«Sur le plan économique, le budget opte pour une transition menée par le secteur privé et elle se montre très généreuse à son endroit. Et sur le plan écologique, il mise naïvement sur les miracles technologiques que fait miroiter l’industrie fossile», déplore Colin Pratte, chercheur à l’IRIS, par communiqué. Cette organisation mentionne par exemple que les pétrolières pourront se prévaloir de crédits d’impôt pour du captage et de la séquestration de carbone. Selon elle, celle n’affectera pas la hausse de la production de gaz naturel et de pétrole qui devrait croître de 20% d’ici 2040. «Contrairement à l’idée reçue de ce que devrait être une transition énergétique, le budget Freeland maintient le cap sur cette trajectoire où les énergies renouvelables viennent simplement s’additionner à une industrie fossile croissante», poursuit-il.

Autres bonnes nouvelles

Parmi les choses qui lui ont plu dans ce budget présenté par la ministre des Finances Chrystia Freeland, la FCEI souligne qu’il n’y a aucun coût supplémentaire pour les employeurs pour le régime d’assurance-emploi. «Les cotisations de l’employeur vont rester stables pour les sept prochaines années, affirme Jasmin Guénette. Les petits employeurs pourront mieux gérer ces coûts.»

Il est aussi heureux du plafonnement pour un an de la taxe d’accise sur l’alcool qui n’augmentera que de 2%. «Cela a un impact sur les producteurs de vin, de bière et de spiritueux canadiens, mais également pour tout l’écosystème des restaurants et des bars.»

Trinquer pourrait permettre d’oublier certains développements plus inquiétants. Karl Blackburn du CPQ fait valoir que le déficit qui est beaucoup plus élevé que prévu et que l’abandon d’une cible pour le retour à l’équilibre budgétaire ne constitue «pas une bonne nouvelle». Il n’y a non plus aucune mesure pour élargir de manière importante le bassin de travailleurs pour endiguer la pénurie de main-d’œuvre, tandis que la FCEI remarque qu’il n’y a pas d’actions pour alléger le fardeau fiscal général des PME.

SUIVANT: les autres réactions du milieu des affaires.

Sur le même sujet

Logement: Ottawa impose de bonnes conditions

11/04/2024 | Jean Sasseville

EXPERT INVITÉ. Transformons les conditions du fédéral en solutions communes.

Un budget marqué par l'imprévoyance fiscale et la précarité financière

Édition du 20 Mars 2024 | Jean-Paul Gagné

Le déficit de 2024‑2025 atteindra 11G$, soit 8 G$ de plus qu'annoncé. On n’aurait pas dû en arriver là.

À la une

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.

Bourse: les gagnants et les perdants du 12 avril

Mis à jour le 12/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.