G20 YEA 2023: prendre sa place

Publié le 11/09/2023 à 19:24

G20 YEA 2023: prendre sa place

Publié le 11/09/2023 à 19:24

Par lesaffaires.com

«Au-delà des affaires, c’est la confiance et le respect mutuel qui renforcent les collaborations à long terme et créent une réelle valeur ajoutée» - Charles-Antoine Hallé. (Photo: Courtoisie)

L’Alliance des jeunes entrepreneur.es du G20 (G20 YEA) est un rendez-vous annuel qui se déroule à la veille du Sommet des leaders. L’édition 2023 a permis de rassembler «des centaines des meilleurs jeunes entrepreneur.es à travers le monde afin d’établir et de faire avancer l’entrepreneuriat de la jeunesse comme moteur de croissance économique, d’innovation, et de changements sociaux», selon Futurpreneur Canada. L’organisme est un des membres fondateurs de l’événement, créant un réseau mondial de plus de 500 000 jeunes entrepreneurs.

Chacun des membres de la délégation québécoise a accepté de répondre à un questionnaire fourni par Les Affaires au sujet de leur expérience lors du Sommet en Inde.

Voici la série de portraits des 10 jeunes entrepreneurs de la délégation québécoise du G20 YEA.


Nom: Charles-Antoine Hallé

Âge: 24 ans

Entreprise: Apprends & Entreprends

Domaine d’activité: éducation

 

Pour vous, que représente le thème de cette année «Hum» (mot hindi pour «nous») et comment l’appliquez-vous dans votre entreprise?

Le thème de cette année, «Hum», revêt une signification profonde pour moi et pour mon entreprise. Il incarne l’essence même de l’unicité et de la collaboration à toutes les échelles. Au sein de notre entreprise, nous appliquons ce principe en encourageant un travail d’équipe solidaire, où chacun contribue au progrès collectif, en étant responsable de ses actions et en étant fiers des résultats accomplis ensemble.

«Hum» nous inspire à être davantage que des individus isolés, mais plutôt un organisme cohésif et collaboratif. Nous comprenons que les défis complexes du monde moderne exigent une approche concertée et coordonnée. En rassemblant nos forces, nos idées et nos compétences, nous pouvons créer un impact positif bien plus grand que si nous agissions de manière fragmentée.

 

Qu’avez-vous appris du savoir-faire indien en matière entrepreneuriale pendant votre séjour?

Mon séjour en Inde m’a apporté des enseignements précieux en matière entrepreneuriale, mettant en lumière l’importance de la culture, de l’héritage et des relations personnelles dans le monde des affaires.

Tout d’abord, j’ai été frappé par l’importance accordée à la culture et à l’héritage dans le tissu entrepreneurial indien. Les entrepreneurs indiens ont un profond respect pour leurs valeurs traditionnelles et leur patrimoine, ce qui guide souvent leurs décisions et leur vision à long terme. Cela m’a confirmé l’importance de nos propres valeurs en tant qu’entreprise, car elles constituent notre boussole éthique dans un environnement en constante évolution.

Un autre aspect significatif que j’ai découvert est l’accent mis sur les relations personnelles dans la culture d’entreprise indienne. Les entrepreneurs indiens tissent souvent des liens personnels solides avec leurs partenaires, clients et collaborateurs, allant au-delà des transactions commerciales purement formelles. Au-delà des affaires, c’est la confiance et le respect mutuel qui renforcent les collaborations à long terme et créent une réelle valeur ajoutée.

 

Selon vous, quels seront les enjeux principaux spécifiques à votre génération d’entrepreneurs?

Selon moi, les entrepreneurs de ma génération font face à trois grands enjeux:

La mondialisation et la technologie: la facilité d’accès à l’information et à l’internationalisation des marchés donne l’impression que nous maîtrisons toutes les technologies de l’information. Cependant, nous devons être conscients que les réalités sociales et culturelles des marchés internationaux ne peuvent être pleinement comprises derrière un écran d’ordinateur. Le dialogue direct avec les marchés reste essentiel pour une compréhension approfondie et une commercialisation réussie.

La responsabilité sociale des entreprises: notre génération d’entrepreneurs est fortement consciente de l’importance de la responsabilité sociale des entreprises. Il est impératif pour les entreprises de s’engager envers leurs communautés et de contribuer positivement à la société pour prospérer dans le climat des affaires actuel. 

De prendre notre place dans la société: il est temps que notre génération prenne pleinement sa place dans les prises de décisions et les débats actuels. Nous ne sommes pas seulement l’avenir, mais le présent, et les décisions prises aujourd’hui auront un impact direct sur notre génération. Nous appelons à une représentation intergénérationnelle dans les gouvernements, les conseils d’administration et les sommets internationaux pour créer des politiques et des stratégies inclusives.

Au-delà de ces enjeux, nous devons accepter les défis et les responsabilités qui nous incombent. Il faut faire face à ces derniers avec ouverture, engagement social et détermination pour contribuer positivement à la société et à l’économie mondiale.

 

Que pensez-vous avoir amené à la cohorte de Futurpreneur 2023?

Je crois avoir apporté à la cohorte de Futurpreneur 2023 une énergie débordante et un enthousiasme communicatif qui ont su créer une atmosphère propice à l’échange et à la collaboration.

Mon profil atypique en tant qu’entrepreneur, chroniqueur et étudiant en droit civil à l’Université d’Ottawa a été un atout. Ça m’a permis d’apporter des perspectives variées lors des discussions et des débats, enrichissant ainsi les réflexions collectives. J’ai ainsi pu partager des expériences concrètes liées à l’entrepreneuriat et susciter des réflexions sur les opportunités et les défis auxquels font face les jeunes entrepreneurs.

 

Quel sujet discuté lors de votre participation au G20 YEA 2023 a-t-il le plus attiré votre attention et pourquoi?

J’ai été particulièrement intrigué par les discussions sur le rôle essentiel de l’entrepreneuriat dans le développement humain à l’échelle mondiale. En dehors des sujets officiels, j’ai également eu de nombreuses discussions enrichissantes avec les délégués internationaux sur divers sujets. Ces échanges informels m’ont permis de comprendre les différentes perspectives et réalités mondiales, renforçant ainsi l’importance du dialogue international pour un avenir économique et social plus harmonieux et prospère.

Sur le même sujet

La compétitivité du Canada dépend d'une implication constante avec la Chine

COURRIER DES LECTEURS. «Nous espérons que nos gouvernements reprendront le dialogue.»

Quatre leçons d’affaires à retenir de l'empire portugais

EXPERT INVITÉ. Un bestseller de l'historien britannique Roger Crowley peut être une source d'inspiration pour les PDG.

À la une

Quand les Québécois découvraient la Bourse dans nos pages

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. «Des entreprises comme Cascades et Couche-Tard, elles sont extrêmement reconnaissantes envers le REA.»

95 ans d'ambition et d'innovation

Édition du 21 Février 2024 | Marine Thomas

BILLET. Cela fait déjà 95 ans que le journal «Les Affaires» informe les décideurs du Québec.

Bourse: Wall Street reprend son souffle et finit en baisse

Mis à jour à 18:30 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé en baisse.