Bourse: Wall Street reste dans le vert malgré l'inflation et la Fed

Publié le 13/10/2021 à 09:42, mis à jour le 13/10/2021 à 17:07

Bourse: Wall Street reste dans le vert malgré l'inflation et la Fed

Publié le 13/10/2021 à 09:42, mis à jour le 13/10/2021 à 17:07

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé globalement dans le vert mercredi grâce à de premiers bons résultats trimestriels d’entreprises et malgré l’inflation américaine soutenue et les projets de la Fed de réduire le soutien monétaire.

Une reprise généralisée alimentée par les secteurs des technologies de l'information et des matériaux a permis à l'indice de référence de la Bourse de Toronto d'avancer mercredi, malgré un recul du cours du pétrole brut.


Les indices 

À Toronto, le S&P/TSX a récolté 181,35 points (+0,89%) à 20 618,47 points.

À New York, le S&P 500 a monté de 13,15 points (+0,30%) à 4 363,80 points.

Le Nasdaq a avancé de 105,71 points (+0,73%) à 14 571,64 points.

Le DOW a terminé en baisse de 0,53 point (-0,00%) à 34 377,81 points.

Le huard a pris 0,0015 $US (+0,18%) à 0,8039 $US.

Le pétrole a perdu 0,10 $US (-0,12%) à 80,54 $US.

L'or a haussé de 33,60 $US (+1,91%) à 1 792,90 $US.

 

 

Le contexte

«Le marché est resté globalement en hausse, malgré la mauvaise nouvelle de l’inflation et les minutes de la Fed qui ont indiqué une probable diminution du soutien monétaire au milieu de novembre, ce qui n’est pas une surprise», a commenté pour l’AFP Peter Cardillo, de Spartan Capital Securities.

La hausse des prix à la consommation est repartie de plus belle en septembre aux États-Unis, l’inflation étant notamment tirée par les prix de l’énergie qui ne cessent de grimper et par les perturbations mondiales de la chaîne d’approvisionnement.

En septembre, l’inflation a accéléré à 0,4% sur un mois, contre 0,3% en août, selon l’indice CPI. Par rapport à septembre 2020, les prix augmentent de 5,4%, plus que les 5,3% de hausse sur un an observés en août.

En outre, la Banque centrale a publié le compte-rendu (les « minutes ») de sa dernière réunion qui montrent qu’elle est prête à diminuer ses achats d’actifs à la mi-novembre ou mi-décembre. Les membres du Comité monétaire escomptent terminer ces achats d’ici le milieu de l’année prochaine.

Pour Peter Cardillo, la réduction du soutien monétaire «est en fait une bonne chose pour le marché»:  «cela montre que l’économie est assez forte pour marcher toute seule et cela diminue la perspective d’une forte inflation».

 

Saison des résultats

Les investisseurs ont surtout focalisé leur attention sur l’ouverture de la saison des résultats avec JPMorgan Chase, BlackRock et Delta Air Lines qui ont tous dépassé les attentes.

«Le marché se réchauffe à l’idée des résultats d’entreprises qui devraient dans l’ensemble être bons», a indiqué l’analyste de Spartan Capital. «Cela devrait sortir le marché de cette humeur précautionneuse dans laquelle il se trouve depuis un mois».

Toutefois, JPMorgan (JPM) a perdu 2,38% à 161,43 $US, ses bons résultats du troisième trimestre ayant été rendus possibles par une réduction de ses réserves de crédit, de 2,1 milliards de $US.

Quant à la compagnie aérienne Delta (DAL), en chute de 5,76% à 41,03 $US, le rétablissement de ses bénéfices a été occulté par la perspective de prix du carburant plus chers qui pourraient peser sur son bilan d’ici la fin de l’année.

De juillet à septembre, l’entreprise a réalisé un bénéfice net de 1,2 milliard de $US (soit 1,89 dollar par action), moins que le résultat de 1,5 milliard réalisés à la même période en 2019, avant le début de la pandémie.

BlackRock (BLK), le premier gestionnaire d’actifs au monde, a été salué (+3,78% à 867,81 $US) après avoir fait part de résultats trimestriels meilleurs que prévu, profitant de la santé solide des marchés boursiers et donc de la hausse des revenus issus de ses commissions.

Le groupe dirigé par Larry Fink a réalisé entre juin et septembre un chiffre d’affaires de 5,05 milliards de $US, en hausse de 16% sur un an et supérieur aux anticipations des analystes (4,9 milliards).

Apple (AAPL), la plus grosse valorisation boursière, a flanché, perdant 0,42% à 140,91 $US alors que le groupe risque de ne pas atteindre ses objectifs de production pour son nouvel iPhone avant les fêtes, à cause de la pénurie mondiale de puces électroniques, d’après Bloomberg News.

Le géant de l’électronique avait prévu de fabriquer 90 millions d’iPhone d’ici la fin de l’année, mais il devra se contenter de 80 millions, ses fournisseurs comme Texas Instruments (-0,73% à 187,10 $US) ne pouvant répondre à la demande.

Les taux obligataires sur les bons du Trésor à 10 ans se sont détendus à 1,53% contre 1,57% la veille, mais ceux sur les bons du Trésor à deux ans ont grimpé à 0,35%, contre 0,33% mardi.

 

Sur le même sujet

Le bitcoin s'envole, le régulateur américain envisage d'ouvrir un peu plus le marché

15/10/2021 | AFP

Le gendarme boursier américain envisage d'autoriser des fonds indiciels (ETF) liés à la cryptomonnaie.

Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

15/10/2021 | lesaffaires.com

Voici les titres boursiers et rapports d'analystes qui ont retenu l'attention cette semaine.

À la une

Bourse: Wall Street termine la semaine en forme, meilleure semaine depuis juin

Mis à jour le 15/10/2021 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse avec le cours du pétrole brut.

À surveiller: Nuvei, Target et Air Canada

15/10/2021 | Catherine Charron

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.

Le bitcoin s'envole, le régulateur américain envisage d'ouvrir un peu plus le marché

15/10/2021 | AFP

Le gendarme boursier américain envisage d'autoriser des fonds indiciels (ETF) liés à la cryptomonnaie.