Dollarama déclare un bénéfice et des ventes en hausse au quatrième trimestre

Publié le 04/04/2024 à 08:40, mis à jour le 04/04/2024 à 18:35

Dollarama déclare un bénéfice et des ventes en hausse au quatrième trimestre

Publié le 04/04/2024 à 08:40, mis à jour le 04/04/2024 à 18:35

Par La Presse Canadienne

(Photo: La Presse Canadienne)

Le nouveau directeur financier de Dollarama affirme que la démarque inconnue ― une mesure utilisée par l’entreprise pour suivre les pertes de stock dues au vol, aux dommages et à la fraude ― a augmenté, mais qu’elle montre des signes d’apaisement.

Patrick Bui n’a pas voulu fournir de chiffres aux analystes lors d’une conférence téléphonique qui s’est tenue jeudi et au cours de laquelle on lui a demandé quelle était l’ampleur de la démarque inconnue par rapport aux années précédentes et ce que l’entreprise faisait pour y remédier, mais il a déclaré que les caisses automatiques «pourraient être l’un des domaines sur lesquels nous nous penchons».

Il a décrit l’augmentation de la démarque inconnue observée dans la chaîne de magasins à un dollar comme un «phénomène de l’industrie de la vente au détail».

«Ce n’est pas rare dans ce secteur, a-t-il dit. La gestion de la démarque inconnue est une priorité pour Dollarama, et nous avons mis en place une série d’initiatives pour lutter contre la démarque inconnue.»

L’augmentation de la démarque inconnue survient alors que l’inflation reste supérieure à l’objectif de 2% fixé par la Banque du Canada et que les clients sont aux prises avec les prix élevés des produits.

Parallèlement, des rapports font état d’une augmentation des vols à l’étalage, ce qui a poussé certains détaillants à supprimer la technologie des caisses automatiques et d’autres à renforcer le personnel, les caméras et les capteurs installés sur les kiosques.

La hausse des pertes de Dollarama n’a pas pesé lourd sur son dernier trimestre, dont les résultats ont été publiés jeudi.

Le détaillant a augmenté son dividende trimestriel de près de 30% après avoir annoncé son bénéfice du quatrième trimestre. Il a aussi enregistré une hausse de ses ventes par rapport à l’année dernière.

L’entreprise indique qu’elle versera désormais un dividende trimestriel de 9,2 cents par action, contre 7,08 cents par action.

L’augmentation du paiement aux actionnaires intervient alors que Dollarama déclare avoir gagné 323,8 millions de dollars (M$), ou 1,15$ par action diluée, pour le trimestre clos le 28 janvier.

Le résultat est en hausse par rapport au bénéfice de 261,3M$, ou 91 cents par action diluée, un an plus tôt.

Les ventes pour la période de 13 semaines ont totalisé 1,64 milliard de dollars (G$), contre 1,47G$ un an plus tôt.

Les ventes des magasins comparables ont augmenté de 8,7% alors que le nombre de transactions a augmenté de 11,2%, mais le montant moyen des transactions a diminué de 2,2%.

Irene Nattel, analyste chez RBC Marchés des capitaux, a indiqué dans une note aux investisseurs qu’elle considérait les résultats comme la preuve que Dollarama est «une entreprise remarquable dans le secteur de la vente au détail au Canada» parce que les chiffres reflètent une «position de valeur solide» qui est «particulièrement recherchée dans le contexte actuel d’inflation élevée».

Le chef de la direction, Neil Rossy, a appuyé ce point de vue en affirmant que les chiffres indiquent que Dollarama connaît une «forte demande de la part de la clientèle», ce qui s’est traduit par une augmentation de l’achalandage en magasin et du nombre de clients qui gagnent plus de 100 000$ par année, qui ont un faible revenu ou qui sont des immigrants nouvellement arrivés au pays.

Nombreux sont ceux qui ont été attirés par l’éventail plus large de marchandises que Dollarama a été en mesure d’offrir au cours de la dernière décennie, en augmentant progressivement les prix. Ses articles les plus chers coûtent aujourd’hui 5 dollars.

À la question de savoir si l’entreprise a réfléchi à la prochaine fourchette de prix qu’elle pourrait introduire, M. Bui a répondu: «Pour l’instant, nous n’avons pas l’intention d’introduire d’autres fourchettes de prix».

Si Dollarama devait introduire des prix supérieurs à 5 dollars, elle serait probablement confrontée à la concurrence d’un plus grand nombre de détaillants.

L’entreprise s’efforce plutôt de surmonter les difficultés liées aux taux d’intérêt élevés et à l’inflation qui gênent les consommateurs.

«Pour l’avenir, la trajectoire de l’économie reste incertaine, tant pour les entreprises que pour les consommateurs, a déclaré M. Rossy. Il est donc d’autant plus difficile de prédire le comportement futur des consommateurs.»

Pour faire face à la situation, il a ajouté que Dollarama se concentrera sur des éléments fondamentaux tels que le rafraîchissement continu de la marchandise de l’entreprise.

Le titre de Dollarama a clôturé en hausse de 10% jeudi, à 110,37$.

 

Tara Deschamps, La Presse Canadienne

 

 

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les défis qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

Dollarama vise le Mexique

Mis à jour le 12/06/2024 | La Presse Canadienne

Dollarama veut poursuivre son expansion à l’étranger.

Bourse: Dollar Tree, Dollarama et... Donald Trump!

07/06/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les investisseurs devraient ignorer les élections américaines, dit François Rochon.

À la une

Le troisième lien Québec-Lévis de François Legault vu par trois experts

Il y a 5 minutes | La Presse Canadienne

Le premier ministre François Legault a annoncé, jeudi dernier, qu’il relançait son projet de troisième lien autoroutier,

Réglementation des logiciels utilisant l’IA

EXPERT INVITÉ. Quelles seront les conséquences sur l’innovation?

Ottawa ne veut pas dire si les entreprises d'IA paieront des redevances aux médias

Pascale St-Onge affirme qu'il appartiendra au CRTC de déterminer si les entreprises d'IA reprennent les informations.