À surveiller: NVIDIA, Telus et Canadian Natural Resources

Publié le 08/08/2023 à 08:57

À surveiller: NVIDIA, Telus et Canadian Natural Resources

Publié le 08/08/2023 à 08:57

Par Jean Gagnon

Lorsqur Nvidia annoncera ses résultats du 2e trimestre à la fin du mois, il faut s’attendre à une réaction plus mesurée, croient les analystes de la BofA. (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres de NVIDIA, Telus et Canadian Natural Resources? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

NVIDIA (NVDA-NASDAQ, 454,17 $US): Ne pas s’attendre à une réaction semblable à celle du trimestre précédent selon les analystes de la BofA. 

Rappelons que le titre du spécialiste dans la conception de processeurs, de cartes et de puces graphiques pour PC et consoles de jeux avait bondi de 25% alors que ses résultats du 1er semestre divulgués à la fin du mois de mai avaient pris un peu tout le monde par surprise et avaient fait réaliser l’impact du développement de l’intelligence artificielle sur ses ventes. Depuis ce jour, le cours de l’action a ajouté 18% de plus à ce gain spectaculaire.

Lorsqu’elle annoncera ses résultats du 2e trimestre à la fin du mois, il faut s’attendre à une réaction plus mesurée, croient les analystes de la BofA. Non pas que la demande pour ses produits aura diminué. Il sera plutôt question d’offre insuffisante, et plus important encore, du rythme des fournisseurs de services cloud (SCP) aux États-Unis à s’adapter aux besoins de l’intelligence artificielle (IA) générative.

Pour le 2e trimestre, les gens de BofA prévoient que les ventes totales de NVIDIA seront de 11 milliards (G) de dollars américains ($US), sensiblement ce que la direction prévoit. Pour le 3e trimestre, les ventes s’accéléreront à nouveau pour atteindre 12,1 G$US, soit une hausse de 10% sur le trimestre précédent, mais une d’augmentation de 100% sur l’année précédente.

À long terme, les analystes de BofA prévoient que la croissance du nombre de serveurs d’intelligence artificielle augmentera à un taux annuel composé de 37% et qu’ils passeront de 1,23 million(M) en 2023 à 4,4 M$ en 2027.

À la suite des résultats du 2e trimestre, il faut s’attendre surtout à une consolidation du cours de l’action étant donné que celui-ci est déjà en hausse de 200% depuis le début de l’année, comparativement à 46% pour l’indice des semi-conducteurs, suggèrent les analystes de la BofA.

Ils recommandent toujours l’achat du titre, et leur objectif de prix est de 550 $US.

 

Telus (T, 22,97 $): Des coupures maintenant pour assurer de meilleurs résultats plus tard.

En divulguant ses résultats du 2e trimestre la semaine dernière, la troisième plus importante firme de télécommunications au Canada annonçait un programme de restructuration majeur impliquant une réduction de personnel de 6000 employés. Ce programma permettra une réduction des coûts de 325 M$ par année pour un investissement de 475 M$, explique Jerome Dubreuil, analyste chez Valeurs mobilières Desjardins.

La direction a modifié ses prévisions de flux de trésorerie libre pour l’année 2023 qui passe de 2,0 G$ à 1,5 G$.

Bien que cette restructuration restreindra la croissance des revenus dans un premier temps, le programme s’avère un investissement intéressant dont les bénéfices ne tarderont pas à se faire sentir, estime l’analyste de Desjardins.

Les résultats consolidés pour le 2e trimestre indiquent des revenus de 4,95 G$ sensiblement ce que le consensus des analystes avait prévu.

Les bénéfices avant intérêts, impôts et amortissement ajustés (BAIIA) ont été de 1,70 G$ ce qui était inférieur aux attentes des analystes qui tablaient sur 1,75 G$. Mais cet écart est probablement imputable au fait que certains analystes n’avaient peut-être ajusté leurs prévisions en fonction des révisions que la direction avait pour sa part annoncées en juillet.

Jerome Dubreuil recommande l’achat du titre en vue d’un cours cible de 27,50 $.

 

Canadian Natural Resources (CNQ, 81,51 $): Parce que le titre est suffisamment élevé, l’analyste de la Nationale abaisse sa recommandation et son cours cible.

L’exploitant des sables bitumineux de l’Alberta a été une des sociétés les plus performantes de son secteur au cours des dernières années. Mais comme l’évaluation boursière du titre reflète ces succès, Travis Wood, analyste à la Financière Banque Nationale, croit qu’il est temps pour lui de réduire sa recommandation de Surperformance à Performance égale au secteur, tout en abaissant son cours cible de 93,00 $ à 90,00 $.

Présentement, le titre se négocie à un multiple de 5,3 fois la valeur de l’entreprise sur les flux de trésorerie ajustés pour la dette, alors que ses concurrents ne négocient en moyenne à 4,2 fois ce même multiple, estime l’analyste. La performance du cours de l’action de Canadian Natural Resources a été de 14% supérieure jusqu’à maintenant cette année à celle du fonds négocié en bourse XEG qui calque la performance de l’indice S&P/TSX Energy.

Dans l’ensemble, les résultats du 2e trimestre ont satisfait les attentes. La production moyenne a été de 1,194 million de barils équivalent pétrole par jour, ce qui s’avérait être 9% de moins qu’au trimestre précédent et 1% de moins que l’année précédente. Ces diminutions s’expliquent principalement par les interruptions de pipeline de tierces parties et par les impacts des feux de forêt, note l’analyste.

Les flux de trésorerie par action ont été de 2,48 $, soit 20% de moins qu’au trimestre précédent et de 47% inférieur à l’année dernière, ce que l’analyste avait d’ailleurs prévu.

 

Sur le même sujet

Bourse: vendre ou ne pas vendre, telle est la question!

22/02/2024 | Pierre Théroux

SE LANCER EN BOURSE. Acheter des actions est relativement facile, mais les vendre c'est une autre paire de manches.

Bourse: «blue chip» et petite capitalisation

08/02/2024 | Pierre Théroux

SE LANCER EN BOURSE. Quelle est l’importance de s’intéresser à la capitalisation boursière des sociétés?

À la une

La start-up de Sherbrooke qui veut commercialiser un médicament

03/03/2024 | Emmanuel Martinez

«Les gens pensent que l’argent coule à flots pour les start-ups, parce qu’on nous montre des exceptions.»

La start-up qui voulait faire économiser 1G$ en soins à l'Amérique du Nord

01/03/2024 | Émilie Parent-Bouchard

Une start-up de Sherbrooke propose des solutions aux victimes d'un traumatisme crânien qui doivent être opérées.

Pas de démondialisation, à l’exception des semi-conducteurs

01/03/2024 | François Normand

ANALYSE. Aucun «ralentissement durable» de la mondialisation, mais on observe une incertitude techno-géopolitique.