Comment survivre à une explosion des coûts de 600%

Publié le 24/07/2023 à 09:00

Comment survivre à une explosion des coûts de 600%

Publié le 24/07/2023 à 09:00

L’environnement des affaires change et ces pressions haussières seront ainsi portées par trois grandes tendances : le vieillissement de la population, la transition énergétique et les effets d’une mondialisation chancelante. (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. Les coûts d’exploitation des entreprises ont fortement augmenté ces dernières années, comme ont pu le constater bon nombre de dirigeants de PME, qui ne s’attendaient certainement pas à une explosion des frais de 600% des matières premières, de la main-d’œuvre, des machines et de l’énergie, ou encore d’autres dépenses liées à la production!

La situation est d’autant plus inquiétante qu’elle a des répercussions négatives sur les activités d’une majorité (65%) d’entre elles, indique une récente étude réalisée par BDC. Or, les entreprises devront malheureusement s’y faire, car nous ne reviendrons plus en arrière. Même si l’inflation devrait éventuellement reculer à un taux plus près de sa fourchette cible, les entreprises risquent en effet d’être confrontées à des coûts plus élevés et volatils qui vont subsister à long terme et devenir la nouvelle norme.

L’environnement des affaires change et ces pressions haussières seront ainsi portées par trois grandes tendances : le vieillissement de la population, la transition énergétique et les effets d’une mondialisation chancelante.

Le vieillissement de la population pèse très lourd sur les entreprises. Les départs à la retraite vont augmenter, alors que l’arrivée des jeunes sur le marché du travail sera insuffisante pour les remplacer. Le manque d’employés devrait donc perdurer et faire pression sur le coût de la main-d’œuvre. D’ailleurs, parmi les pays membres de l’OCDE, le Canada a connu une des plus fortes croissances du coût de la main-d’œuvre qui, en 2021, s’élevait à 4,3% par heure travaillée comparativement à seulement 2,3% aux États-Unis et 0,5% au sein de l’Union européenne.

De plus, des investissements massifs sont encore nécessaires pour assurer le virage vert. Or, l’importante demande en matériaux critiques pour réussir cette transition, jumelée à leur offre limitée, fera également grimper les prix. Enfin, si la mondialisation avait permis aux entreprises de réduire leurs coûts et d’accroître leur productivité, force est de constater que les perturbations dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, l’escalade des tensions géopolitiques et la multiplication des restrictions au commerce international qui ont sévi ces dernières années ont mis en évidence la fragilité de cet écosystème. Les acquis de la mondialisation ne sont pas nécessairement perdus, mais il serait surprenant à l’avenir de voir davantage de bénéfices en matière de réduction des coûts.

 

Les solutions 

Les entrepreneurs et les dirigeants ne doivent pas pour autant rester les bras croisés devant ce constat. L’augmentation des prix de leurs produits ou de leurs services n’est pas le seul remède à tous ces maux. La modernisation des processus, au moyen de la technologie, est une des solutions qui permet aux entreprises d’améliorer leur efficacité et d’augmenter leurs revenus plus rapidement que les coûts.

La réduction de l’empreinte carbone, malgré les investissements nécessaires, aide aussi à réduire les coûts liés à l’énergie, à améliorer l’efficacité et à rejoindre un marché plus vaste. Les clients, de même que les grands donneurs d’ordre, sont en effet plus enclins à se tourner vers des entreprises qui offrent des produits et des services respectueux de l’environnement.

La mise en place d’un système rigoureux de suivi de l’ensemble des coûts et des sources de revenus s’avère aussi efficace. Les entreprises sont devenues une véritable mine d’or d’informations qu’elles peuvent exploiter à leur avantage pour faire une gestion proactive de leurs coûts.

Les entreprises qui optent pour ces solutions étaient d’ailleurs plus susceptibles d’afficher une profitabilité élevée et une forte croissance de leurs revenus, et ce, malgré le contexte difficile des dernières années, conclut l’étude de BDC.

Sur le même sujet

IA: le Canada est un leader, mais loin derrière les États-Unis

Édition du 22 Mai 2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Ottawa prévoit présenter un projet de loi sur les gains en capital avant l’été

Mis à jour le 21/05/2024 | La Presse Canadienne

Le budget fédéral présenté en avril propose de rendre imposables les deux tiers des gains en capital.

Blogues similaires

Électricité: les Forges de Sorel déplore une incohérence

10/05/2024 | François Normand

ANALYSE. On taxe le carbone, il faut décarboner, mais il manque d’électricité, dit l’entreprise d’économie circulaire.

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

17/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Mise à jour économique: nuages gris à l'horizon

BLOGUE INVITÉ. Pour la première fois depuis 2008, l’économie du Québec pourrait plonger en récession.