Informatique: un labo pour détecter les pirates avant intrusion

Publié le 09/11/2023 à 12:10

Informatique: un labo pour détecter les pirates avant intrusion

Publié le 09/11/2023 à 12:10

Par AFP

À l’intérieur du «laboratoire de haute sécurité» (LHS), des écrans d’ordinateur avec lesquels les chercheurs écoutent «les bruits de fond» des données, en partenariat avec le National Institute of Information and Communications Technology de Tokyo. (Photo: 123RF)

Détecter l’attaque informatique avant même qu’elle se concrétise: près de Nancy en France, des chercheurs analysent le mode de fonctionnement des cybercriminels dans un programme de recherche unique en Europe. 

Au sous-sol du Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications (Loria), à Villers-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), est située une salle de recherche «hautement sécurisée» : ses fenêtres pourraient résister à sept coups de hache.

À l’intérieur du «laboratoire de haute sécurité» (LHS), des écrans d’ordinateur avec lesquels les chercheurs écoutent «les bruits de fond» des données, en partenariat avec le National Institute of Information and Communications Technology de Tokyo. Concrètement, des mouvements sont repérés sur des adresses IP «qui ne devraient pas être utilisées», ce qui peut présager d’une attaque à venir.

Et avec leur technique du «pot de miel», les universitaires attirent déjà au quotidien les attaquants dans des pièges, pour ensuite analyser leur mode de piratage.

La France compte deux laboratoires de haute sécurité, l’autre se trouve à Rennes.

Fini le temps où les antivirus permettaient de protéger ses données face au pirate de base qui lançait ses attaques «au fond d’un garage», souligne Jean-Yves Marion, ancien directeur du Loria. Ils sont désormais plus organisés.

Ces dernières années, la menace s’est «démultipliée» selon lui, rendant «indispensable une mobilisation universitaire (…) en lien constant avec le monde de l’entreprise et des pouvoirs publics».

 
Attaques sophistiquées

Depuis la création du Loria en 2010, les chercheurs ont collecté plus de 35 millions de programmes malveillants. Si cela leur permet de les analyser et de les tester, «c’est insuffisant», insiste M. Marion.

Désormais, un nouveau programme de recherche lancé en juin, le «DefMal», pour «Défense contre les programmes malveillants», vient s’inscrire «dans une stratégie d’accélération annoncée par le président de la République», souligne Lorraine Université d’Excellence.

Présenté comme unique en Europe, un budget «inédit» de 5 millions d’euros sur six ans lui a été attribué. «Il permettra surtout d’embaucher des doctorants et des ingénieurs», selon Jean-Yves Marion.

L’enjeu, aujourd’hui, est «de détecter ces logiciels malveillants avant qu’ils ne passent à l’attaque».

Une attaque débute par l’exfiltration des données, qui sont ensuite chiffrées.

Certaines peuvent durer des mois, insistent les chercheurs : l’exfiltration se fait par petits morceaux, pour ne pas alerter.

Et signe de la professionnalisation des cybercriminels, les attaques sont de plus en plus sophistiquées, souligne Régis Lhoste, président de la société Cyber-Detect, qui a été créée dans la continuité des travaux du Loria : les programmes malveillants sont «aujourd’hui conçus spécifiquement pour attaquer votre entreprise», sur mesure, tout en reprenant quelques structures déjà vues par le passé.

 
Entreprises et institutions

Sa jeune pousse travaille avec de nombreuses entreprises ou institutions, leur proposant son expertise pour anticiper les attaques ou les comprendre, via des analyses des virus informatiques semblables à celles utilisées dans la recherche médicale.

Abdelkader Lahmadi, enseignant-chercheur au Loria et co-fondateur, avec d’autres chercheurs, de la jeune pousse Cybi, explique que les grandes entreprises «sont submergées» par les rapports de failles de vulnérabilité qui se multiplient.

La solution mise au point par les chercheurs et désormais commercialisée, fondée sur l’intelligence artificielle, permet de «révéler les chemins d’attaque» qui pourraient être utilisés : cela peut, par exemple, débuter par le piratage d’une caméra de surveillance sur un stationnement, pour ensuite porter atteinte à toute l’unité de production d’un industriel.

Avec DefMal, les universitaires vont aller plus loin, en cherchant à déterminer le mode de fonctionnement des organisations cybercriminelles : comment recrutent-elles et communiquent-elles? Comment blanchissent-elles l’argent?

Cette analyse nécessite un travail «main dans la main» avec juristes et économistes, selon Jean-Yves Marion.

Les chercheurs du Loria travaillent aussi avec la police ou la gendarmerie sur certaines enquêtes.

 

 

À la une

(1939-2024) Brian Mulroney est décédé

Mis à jour il y a 5 minutes | Les Affaires

Sa fille Caroline en a fait l'annonce sur le réseau social X, jeudi en fin de journée.

La relance d'un journal: «On était cowboys, on n'avait peur de rien»

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. Au début des années 1980, «Les Affaires» devient en un an un incontournable du milieu des affaires.

Ce qu'en disent nos lecteurs...

Édition du 21 Février 2024 | Les Affaires

SPÉCIAL 95 ANS.  «Il y a eu une promotion en 1977 au cégep de Trois-Rivières et je le lis depuis bientôt 47 ans...»