Près d’un gestionnaire sur trois n’ose parler de santé mentale

Publié le 08/05/2024 à 07:19, mis à jour le 08/05/2024 à 07:36

Près d’un gestionnaire sur trois n’ose parler de santé mentale

Publié le 08/05/2024 à 07:19, mis à jour le 08/05/2024 à 07:36

Par Catherine Charron

Le tiers des employés sondés veulent que leurs dirigeants en fassent davantage pour leur santé mentale. (Photo: LinkedIn sales solutions pour Unsplash)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l’on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. Vous n’osez parler de santé mentale avec vos employés, n’ayant pas l’impression que cela améliorera leur sort ou que cela créera un malaise? Vous n’êtes pas les seuls.

Selon l'édition 2024 de «Voice of the Workplace Rebort», rapport annuel de la plateforme méditative de Calm, ce sont 55% des gestionnaires sondés qui croient pouvoir aborder ce genre de sujet avec les membres de leur équipe immédiate. Le tiers ne se sent carrément pas outillé pour le faire, apprend-on dans le document d’une trentaine de pages.

Près de 40% se taisent craignant de ne pas avoir les bons mots, ou de faire un faux pas, s’ils en parlaient avec leurs subalternes. Le tiers ne savent tout simplement pas par quel bout commencer, alors que 32% sont tout simplement d’avis qu’ils empièteraient sur la vie personnelle de leur travailleur.

Pourtant le tiers des 4000 employés sondés pour le compte de Calm aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Inde en septembre 2023 souhaitent que leurs dirigeants en fassent davantage pour prendre soin de leur santé mentale, et ça va bien au-delà que d’aborder ce qui les tracasse.

À (re)lire: Risques psychosociaux: avez-vous demandé l'avis de vos employés?

Ils désirent des gestionnaires qui nourrissent un climat de travail bien moins stressant, qui font davantage preuve d’empathie, qui les appuient même lorsque des erreurs sont commises, qu’ils tiennent plus à leur bien-être et qu’ils s’assurent que le travail n’empiète pas sur leur vie personnelle.

Le tiers des répondants aimeraient aussi que leur patron prenne plus le temps de s’assurer que tout se passe bien pour eux sur une base régulière, qu’il module leur charge de travail lorsqu’elle est trop intense, qui permet de prendre plus souvent de pauses quotidiennement et qu’il montre l’exemple.

 

Un muscle qui s’entraine

Les entreprises semblent bien au fait de ce phénomène, toujours d’après le coup de sonde passé par la plateforme, et certaines tentent de mieux outiller leurs gestionnaires intermédiaires afin qu’ils se sentent plus aptes à épauler les employés qui éprouvent des défis de santé mentale.

Présentement, 67% des organisations interrogées les exhortent tout simplement à montrer l’exemple et à prendre du temps personnel. Ce sont 41% des gestionnaires qui le feraient réellement selon leurs employés, alors que 28% aimeraient qu’ils prennent plus de congés.

Les suivis sur le bien-être des employés sont aussi encouragés par 56% des entreprises, tout comme de mettre en place une structure pour s’assurer que leur charge de travail leur permet de respecter un équilibre entre travail et vie personnelle.

La moitié recommandent aussi de bâtir des frontières très hermétiques entre ces deux sphères de la vie des membres de leur équipe.

Près d’un employeur sur 10 investira aussi d’ici un à deux ans dans le développement de gestionnaires plus soucieux de la santé mentale des membres de leur équipe, en les formant afin qu’ils reconnaissent mieux ceux qui vivent de la détresse psychologique.

Des mots pour leur permettre de mieux s’exprimer à propos de leur propre santé mentale leur seront aussi envoyés.

 

 

Télétravailler ou ne pas télétravailler, telle est la question qui cause des émois dans bien des entreprises.

Partagez votre opinion avec nos lecteurs en remplissant ce formulaire.


Sur le même sujet

Rassurez vos employés avant de déployer cet outil d’IA

Mis à jour le 14/06/2024 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. 40% des répondants pensent que leur niveau de stress augmentera avec son déploiement.

Vous avez peut-être tout faux en matière de retour au bureau

Mis à jour le 12/06/2024 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Le «FOMO» serait votre meilleur allié.

À la une

Un gouvernement du RN menacerait nos entreprises en France

14/06/2024 | François Normand

ANALYSE. Les droites radicale et populiste minent l’économie et le niveau de vie des pays, selon des études empiriques.

Banque du Canada: jusqu'à cinq baisses de taux d'ici juin 2025

14/06/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les données américaines sur l’inflation pourraient conforter la Banque du Canada dans ses baisses de taux.

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, mais le Nasdaq enchaîne un 5ème record d'affilée

Mis à jour le 14/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé dans le rouge.