Arrêtez de donner votre 110%, donnez plutôt votre 85%!

Publié le 08/12/2022 à 07:30

Arrêtez de donner votre 110%, donnez plutôt votre 85%!

Publié le 08/12/2022 à 07:30

Par Olivier Schmouker

À 85% de ses capacités, on est plus efficace, et donc plus performant... (Photo: Alexander Redl pour Unsplash)

MAUDITE JOB! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos interrogations les plus croustillantes [et les plus pertinentes] sur le monde de l’entreprise moderne… et, bien sûr, de ses travers. Un rendez-vous à lire les mardis et les jeudisVous avez envie de participer? Envoyez-nous votre question à mauditejob@groupecontex.ca

Q. – «Au travail, on s’attend à ce que je donne mon 110%, tous les jours, tout le temps. Mais c’est complètement ridicule, il est impossible d’être à 110% dans la durée, ça va finir en burn-out. Comment expliquer à mon boss que cet objectif est irréaliste, et nuit même à ma performance?» – Charles

R. – Cher Charles, votre boss est exigeant et il compte sur vous pour donner le meilleur de vous-même au travail. Il exprime tout cela à l’aide d’une formule classique : «donner son 110%». Mais il y a effectivement un problème si jamais il prend l’expression au pied de la lettre, s’il fait sans cesse pression sur vous pour vous forcer à aller au bout de vos capacités, jour après jour.

La solution? Je pense en avoir trouvé une, dans un tweet récent de Dan Go (@FitFounder), un coach pour entrepreneurs suivi sur Twitter par quelque 335 000 personnes. Son conseil est simple et efficace: oubliez le 110%, misez plutôt sur le 85%.

Dan Go prend l’exemple de l’athlète américain Carl Lewis, neuf fois médaillé d’or aux Jeux olympiques. Il n’a jamais donné son 110%. Il était connu pour être lent au démarrage (la plupart du temps, il était l’avant-dernier à quitter les cales de départ!), mais le plus rapide aux deux-tiers du parcours, pour finir par relâcher complètement son effort avant même d’avoir franchi la ligne d’arrivée.

Comment se fait-il qu’il ait gagné autant de courses sans jamais être à fond du début à la fin du 100 m ou du 200 m? Oui, comment se fait-il que le 85% soit plus efficace que le 110%?

Le coach explique que lorsqu’on est à 110%, on donne tout, on ne pense qu’à une chose: forcer toujours plus, le plus vite possible. En revanche, lorsqu’on est à 85%, on se donne la possibilité d’observer ce qui se passe en nous et autour de nous, de consacrer davantage d’efforts là où le besoin s’en fait sentir, de s’adapter à l’imprévu. Autrement dit, à 85%, on agit avec intelligence, ce qui ne peut pas être le cas lorsqu’on est à 110%.

En résumé, dit-il, à 85%, on peut jouer avec son rythme de travail, avec l’intensité de ses efforts et même avec la finition que l’on veut donner à la tâche qu’on accomplit. Et cela fait toute la différence entre ceux qui, par exemple, participent à une finale olympique du 100 m en courant à plein régime et celui qui remporte la médaille d’or en donnant son 85%.

Maintenant, comment s’y prendre pour donner son 85%? Au travail, Dan Go préconise de ne pas se lancer à plein régime lorsqu’on s’attaque à une tâche: «Tout d’abord, prenez votre temps, réfléchissez à la façon dont vous allez procéder», dit-il. Puis, «relâchez la pression», en recourant par exemple à la technique du 4-7-8 (inspirer profondément pendant 4 secondes par le nez, retenir son souffle pendant 7 secondes et expirer par la bouche pendant 8 secondes; et ce, trois fois de suite). Enfin, lancez-vous calmement, en soignant ce que vous faites, en y consacrant 85% de votre énergie mentale, pas plus.

Cette façon de faire va vous permettre de vous mettre en situation idéale pour, une fois dans le cœur du sujet, donner le meilleur de vous-même sans même que vous le réalisiez. Vous atteindrez ainsi ce qu’on appelle un état de «flow», un peu comme l’état dans lequel on se trouve lorsqu’on conduit, sans penser à chacun de nos mille petits gestes (tourner le volant, appuyer sur la pédale, jeter un coup d’œil au rétroviseur, etc.), avec une simplicité et une efficacité parfaites, tout en étant prêts à réagir au quart de seconde en cas d’imprévu.

D’où les cinq recommandations de Dan Go pour donner son 85%:

1. Détendez-vous

2. Concentrez-vous sur la tâche à accomplir

3. Réglez votre esprit et votre corps sur une intensité de 85%

4. Travaillez toujours un peu en dessous de votre capacité maximale (gardez-en toujours sous le pied, n’appuyez jamais à fond sur la pédale)

5. Arrêtez-vous si jamais vous sentez que vous frôlez le 100%

Lorsque vous en ferez une habitude, vous aurez alors toujours la sensation que votre travail est facile et se fait sans effort particulier!

 

 

Sur le même sujet

Un truc génial pour gagner en performance et en bien-être!

07/02/2023 | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «Je rêve de progresser dans ma job, en devenant plus performant et heureux. Est-ce possible?»

Comment mettre en valeur votre savoir-être?

02/02/2023 | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «Quelles softskills mettre en avant en entretien d'embauche? Et surtout, comment?»

À la une

Bourse: Wall Street clôture en baisse

Mis à jour le 08/02/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Fed et les prévisions des entreprises inquiètent.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 08/02/2023 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Pourquoi la Banque du Canada a relevé son taux directeur?

La Banque du Canada a relevé son taux directeur d’un quart de point de pourcentage, le 25 janvier dernier.