Glencore et Teck Resources: la saga en 10 moments clés

Publié le 15/06/2023 à 15:48, mis à jour le 22/02/2024 à 13:38

Glencore et Teck Resources: la saga en 10 moments clés

Publié le 15/06/2023 à 15:48, mis à jour le 22/02/2024 à 13:38

Par Dominique Talbot

Après avoir échoué de mettre la main sur Teck Resources, Glencore essaie maintenant d'acheter ses activités de charbon sidérurgique. (Photo: 123RF)

C’est le sujet de l’heure dans l’industrie minière au Canada et à l’international : la tentative de Glencore d’acheter la minière canadienne Teck Resources pour la somme de 22,3 milliards US$. Et les multiples rebondissements qui ont suivi.

Les Affaires vous proposent un retour sur les événements des derniers mois qui ont marqué l’offensive de la société établie en Suisse pour mettre la main sur Teck.

16 février

Teck Resources annonce qu’elle songe à se départir de ses activités de charbon sidérurgique. La société dit notamment réfléchir à céder les parts de l’entreprise à ses actionnaires. À ce moment, 60% des 14,3G$ de revenus de Teck proviennent de cette ressource qui sert surtout à la production de l’acier et non au chauffage.

La minière établie à Vancouver exprime vouloir se repositionner sur des ressources qui seront recherchées «dans un monde à faibles émissions de gaz à effet de serre.»

21 février

Créer deux entreprises distinctes: c’est le plan que propose Teck Resources dans sa volonté d’isoler le charbon sidérurgique de ses autres activités minières comme le cuivre et le zinc.

Ainsi, Teck Metals se consacrerait aux activités métallurgiques et Elk Valley Resources sur celles provenant du charbon sidérurgique.

«Pour l’instant, ensemble, la valeur de Elk Valley et de Teck est moindre de ce qu’elle sera dans le futur. C’est pour ça qu’ils veulent séparer les deux entités. Ils savent qu’ils vont créer de la valeur pour les actionnaires. En ce moment, il y a un rabais dans la valeur de Teck, car il y a du charbon. Si tu sors le charbon, tu dépénalises Teck», analyse André Gaumont, ex-président de Mine Virginia, lors d'une entrevue avec Les Affaires.

3 avril

Teck dit non à une offre d’achat non sollicitée de la part du géant suisse Glencore. 

Cette offre, d'une valeur de 22,3G$ US, représente une prime de 20% par rapport à sa valeur boursière à la fin mars.

Le président et chef de la direction de Teck, Jonathan Price, fait valoir que la proposition de Glencore «exposerait les actionnaires de Teck à une grande entreprise de charbon thermique et à une entreprise de négoce de pétrole, ce qui serait contraire aux engagements environnementaux pris par Teck.» L’entreprise dit croire que son plan propose plus de valeur pour les actionnaires que l’offre de Glencore.

De son côté, le chef de la direction de Glencore, Gary Nagle, soutient que la fusion permettrait d’obtenir des synergies d’une valeur d’au moins 4,25G$ américains après impôts.

«Des fonds ne voudront pas de Elk Valley. Mais ce n’est pas grave, car c’est très profitable et les besoins sont énormes. L’entité sera donc payante en elle-même. Les marges sont très très fortes pour le charbon sidérurgique. Ceux pour qui ça ne dérange pas d’avoir le mot charbon dans leur portefeuille et qui veulent de bons rendements vont en acheter», exprime André Gaumont, à propos de ce qui deviendrait Elk Valley Resources après une éventuelle scission de Teck en deux entreprises.

11 avril

Glencore revient à la charge avec une offre révisée.

Cette fois, les actionnaires de Teck recevraient 24% du regroupement des activités métallurgiques des deux sociétés. Surtout, Glencore ajoute un paiement en espèce de 8,2G$ US, essentiellement pour racheter aux actionnaires de Teck leur exposition au charbon. Pourquoi? Dans le projet de Glencore, les activités de charbon sidérurgique de Teck fusionneraient avec celles de charbon thermique de l’entreprise suisse. Cette dernière reconnaît ainsi que de nombreux actionnaires de Teck souhaitent sortir du charbon.

13 avril

Le conseil d’administration de Teck refuse l’offre révisée de Glencore, tout en la qualifiant d’«opportuniste» et d’«irréaliste».

«Teck a clairement exprimé qu’être acquise par Glencore et fusionner avec vos activités de charbon thermique ou de commerce de pétrolier ne représentait pas l’intérêt supérieur de nos actionnaires», écrit alors Sheila Murray, présidente du conseil de Teck, dans une communication envoyée au conseil de Glencore.

«Puisque vous avez publiquement affirmé que vous êtes prêts à essaimer vos activités de charbon thermique, nous vous suggérons d’aller de l’avant avec ce projet, de séparer vos activités pétrolières, et puis de recontacter Teck Metals une fois que notre scission aura été complétée», ajoute Mme Murray.

19 avril

Encore une fois, Glencore revient à la charge.

La minière suisse se dit prête à bonifier son offre, mais les actionnaires de Teck devraient d’abord rejeter le plan de scission de ses activités métallurgiques de celles liées au charbon sidérurgique.

«Glencore n’a jamais affirmé que sa proposition était la meilleure et dernière, écrit le chef de la direction de l’entreprise, Gary Nagle, dans une lettre ouverte aux actionnaires de Teck. Nous pensons qu’en nous engageant, nous pourrions améliorer les conditions et la valeur de notre proposition, ce qui serait dans l’intérêt de tous les actionnaires de Teck.»

Le chef de la direction de Teck, Jonathan Price, réplique en disant que la proposition de Glencore était «une distraction — une tentative transparente et opportuniste de perturber notre plan de séparation avec une proposition mal définie et très incertaine».

20 avril

Un actionnaire clé de Teck Resources, Sumitomo Metal Mining, annonce qu’il votera pour le plan de la société de Vancouver de scinder en deux ses opérations.

La Japonaise ne possède pas moins de 18,9% des actions de catégorie A (à votes multiples) de Teck et 0,1% de ses actions de catégorie B. Elle possède également une participation de 49% dans Temagami Mining, qui détient 55% des actions de catégorie A de Teck.

Un peu plus tard dans la journée, la firme montréalaise de gestion de placements Lekto Brosseau annonce elle aussi qu’elle votera en faveur du plan de Teck Resources.

26 avril

À la surprise de tous, Teck annule le vote tant attendu quelques heures avant le début de l’assemblée des actionnaires.

Jonathan Price affirme que la société a reçu un appui solide de ses actionnaires, mais, a-t-il affirmé : « Nous avons aussi écouté et entendu la rétroaction de certains actionnaires qui auraient préféré une approche plus directe pour la séparation. […] Notre plan pour l'avenir consistera à privilégier une séparation plus simple et plus directe, qui représentera le meilleur chemin pour libérer la pleine valeur de Teck pour nos actionnaires ».

Quelques jours auparavant, le 20 avril, le premier ministre de la Colombie-Britannique, David Eby, déclare être inquiet d’une éventuelle prise de contrôle de Teck par Glencore. Il craint notamment que des projets en attente de Teck soient délaissés par le géant suisse.

12 juin

Glencore revient à la charge. Mais cette fois l’offre ne concerne que les activités de charbon sidérurgique de Teck.

Dans un communiqué, la minière canadienne affirme que « le degré élevé d’intérêt exprimé par un large éventail de parties souligne la valeur des actifs de charbon sidérurgique à marge élevée et à longue durée de vie de Teck», ajoutant que le fait qu’elle soit en contact avec des parties intéressées ne signifiait pas qu’une transaction aura lieu.

Aucun montant par rapport à l’offre n’est dévoilé. Cependant, rappelle l’analyste Orest Wowkodaw, de chez Scotia Capital, Glencore offrait 8,2 milliards pour le segment charbon de Teck dans sa première offre hostile.

 

14 Novembre

Glencore fini par décrocher une participation dans le charbon de Teck Resources après un féroce bras de fer avec le groupe canadien, moyennant 6,93 milliards de dollars américains (G$US) pour s’en emparer.

Le groupe suisse va obtenir une participation de 77% dans Elk Valley Resource (EVR), qui regroupe le charbon de Teck Resources, au côté du sidérurgiste japonais Nippon Steel Corporation qui prendra 20% des parts, annonce-t-il dans un communiqué.

Avec les informations de La Presse canadienne

Sur le même sujet

Glencore: le bénéfice net chute de 75% en 2023 avec la normalisation du marché de l'énergie

21/02/2024 | AFP

Les actifs miniers du groupe ont accusé une baisse de 52% de leur excédent brut d’exploitation, à 13,2 G$US.

Glencore finit par décrocher une participation dans le charbon de Teck Resources

14/11/2023 | AFP

Le groupe suisse va obtenir une participation de 77% dans Elk Valley Resource, qui regroupe le charbon de Teck.

À la une

L'art de composer avec la météo sur les terrains de golf

20/03/2024 | Claudine Hébert

INDUSTRIE DU GOLF. Les clubs de golf doivent ajuster leur mode d'opération et leurs stratégies marketing.

Cinq suggestions pour «pimper» votre tournoi de golf

20/03/2024 | Claudine Hébert

INDUSTRIE DU GOLF. Voici cinq entreprises qui ont ce qu'il faut pour surprendre vos participants.

L'Iran a lancé une attaque de drones contre Israël

13/04/2024 | AFP

L’Iran a juré de «punir» Israël après une frappe le 1er avril contre son consulat à Damas.