Une nouvelle minière dans le groupe Osisko

Publié le 26/06/2017 à 16:58

Une nouvelle minière dans le groupe Osisko

Publié le 26/06/2017 à 16:58

Par François Normand

Sans tambour ni trompette, la famille Osisko s’est récemment élargie avec la création de Métaux Osisko (OM, 0,85$), une entreprise dédiée à l’exploration et la production de métaux de base, au premier chef le zinc, au Québec et au Nouveau-Brunswick.

Le titre se transige officiellement depuis ce lundi 26 juin à la Bourse de croissance TSX. En fait, aucune nouvelle entreprise n’a été créée: Bowmore Exploration (BOW, O,85$) a changé de nom pour s’appeler Métaux Osisko, dans laquelle Redevances aurifères Osisko (OR, 16,34$) détient 20,5% du capital-action.

La nouvelle entité, qui a récolté 25 millions de capitaux le 23 juin, a consolidé ses actions en raison de trois pour une.

Métaux Osisko détient 42 000 hectares de concessions minières au Québec (notamment dans le sud de la province et en Gaspésie) et 40 000 hectares dans le camp minier de Bathurst, dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Une stratégie de marketing

Bowmore Exploration a pris le nom d’Osisko, car il raisonne bien dans les milieux financiers.

«Le nom Osisko est bien reconnu. Les investisseurs et les fonds institutionnels savent exactement qui on est et comment on gère nos activités», dit Robert Wares, président du conseil d’administration de Métaux Osisko, et aussi vice-président exécutif, exploration et développement des ressources chez Minière Osisko (OSK, 4,56$).

Minière Osisko est spécialisée dans l’exploration et la production de métaux précieux (l’or), dans laquelle Redevances aurifères Osisko détient 18,5% du capital. Elle possède par exemple 100% du gîte aurifère Windfall, situé entre Val-d’Or et Chibougamau.

Métaux Osisko n’est toutefois pas officiellement une filiale ou une division de Redevances aurifères Osisko, car celle-ci n’y a qu’une participation minoritaire (comme du reste dans Minière Osisko).

Par contre, il y a aura des liens administratifs entre Redevances Aurifères Osisko, Minières Osisko et Métaux Osisko, précise Robert Wares. «C’est une nouvelle entreprise qui fait partie du groupe Osisko.»

Le nouveau pdg de Métaux Osisko est Jeff Hussey, un géologue comptant plus de 30 ans d’expérience dans le secteur minier, principalement pendant 20 ans chez Noranda et Falconbridge.

Il travaillait aussi chez Xstrata lorsque la société espagnole a fermé la mine de zinc Brunswick, dans la région de Bathurst, en 2013.

Le président sortant de Bowmore Exploration, Paul Dumas, devient quant à lui le vice-président finance et chef de la direction financière de Métaux Osisko.

Conditions favorables pour produire du zinc

Métaux Osisko a été mis sur pied afin de profiter de la montée du prix du zinc sur les marchés mondiaux. Actuellement, la livre de zinc (contrat de 3 mois) s’échange à 1,23$US sur le London Metal Exchange (LME).

Cette remontée s’explique par le déclin de l’offre de zinc dans le monde dans la foulée de la fermeture de mines de zinc, dont la mine Brunswick ou la mine Century en Australie, propriété de la minière chinoise MMD.

«Dans ce contexte, la possibilité d’augmenter la production est plus faible qu’il y a une dizaine d’années», souligne Jeff Hussey.

Pour Métaux Osisko, le meilleur espoir de produire un jour du zinc se trouve dans le camp minier de Bathurst, selon le pdg de l’entreprise.

Actuellement, seule la minière Trevali y exploite un gisement de zinc, soit la mine Caribou.

Métaux Osisko débutera les travaux d’exploration dans les prochaines semaines dans le camp minier de Bathurst. Elle aimerait bien y découvrir d’un à trois dépôts de zinc.

Et si tout passe bien, la minière pourrait y produire du zinc sur un horizon de 6 à 10 ans.

 

 

À la une

L'enfer du travail à la maison avec un TDAH

Il y a 16 minutes | Dominic Gagnon

EXPERT INVITÉ. Le travail à la maison peut être difficile avec un TDAH, mais voici des conseils pour y arriver.

L'actif de la Caisse de dépôt et placement du Québec en hausse de 32 milliards de dollars

Mis à jour à 11:07 | Dominique Talbot

Selon la direction, l’année 2023 a été marquée par une forte volatilité.

CDPQ: la valeur de son portefeuille immobilier a reculé de 6,2% en 2023

Mis à jour il y a 37 minutes | Denis Lalonde

Le portefeuille immobilier de la Caisse a connu une année 2023 difficile, mais moins que son indice de référence.