Joe Biden au Canada: faisons grandir la coopération économique avec les États-Unis

Publié le 17/03/2023 à 07:37

Joe Biden au Canada: faisons grandir la coopération économique avec les États-Unis

Publié le 17/03/2023 à 07:37

Par Courrier des lecteurs

«Dans quelques jours à peine, le président des États-Unis Joe Biden sera en visite au Canada pour rencontrer son homologue et discuter des enjeux qui unissent nos deux pays.» (Photo: Getty Images)

Un texte de Michel Belval, président de la Chambre de commerce américaine au Québec (AmCham) et de Karl Blackburn, président et chef de la direction du CPQ.

 

COURRIER DES LECTEURS. Dans quelques jours à peine, le président des États-Unis Joe Biden sera en visite au Canada pour rencontrer son homologue et discuter des enjeux qui unissent nos deux pays. En période de ralentissement et d’incertitude économique, la fragilité engendrée par l’après COVID-19 et les tensions géopolitiques dans le monde devraient être au cœur des discussions entre le président et le premier ministre.

C’est que l’environnement d’affaires s’est radicalement transformé depuis la dernière fois que le président américain a mis les pieds en sol canadien, en janvier 2021. La guerre en Ukraine n’avait pas encore commencé et la menace de récession était une perspective encore lointaine. L’Inflation Reduction Act (IRA) n’avait pas encore été adoptée.

Aujourd’hui, le milieu des affaires est inquiet.

L’IRA, une loi massue qui met le pied sur l’accélérateur dans l’investissement dans les technologies vertes, est déjà en train de bousculer les manufacturiers québécois et canadiens. Dans certains cas, ce pourrait être une impulsion bienvenue pour les entreprises d’ici. Dans d’autres cas, elle agit plutôt comme une menace. Elle pourrait faire perdre d’importantes parts de marché à nos employeurs. L’étude de l’Alliance Switch sortie récemment fait justement état des nombreuses conséquences qui attendent l’économie québécoise et canadienne.

M. Trudeau et M. Biden doivent résister au penchant protectionniste. Les discours de fermeture et de repli sur soi sont devenus une tendance en politique, mais ils ne devraient pas venir limiter les échanges entre nos économies si interdépendantes.

Il est vrai que, de part et d’autre de la frontière, la tentation est forte d’adopter des mesures pour privilégier et protéger nos économies respectives.

Par exemple, l’été dernier, le gouvernement Trudeau a instauré un programme d’interdiction d’achat de propriété pour les étrangers pour deux ans. Cette mesure rebute plusieurs travailleurs qualifiés et investisseurs américains qui étaient intéressés à venir ici et à stimuler notre marché du travail.

Il faut non seulement qu’on reste ouvert au commerce international, mais qu’on renforce nos liens économiques.

Nous avons l’opportunité par exemple de créer un corridor nord-est dans la production de semi-conducteurs. Il y a une manière de conjuguer nos forces et nos expertises pour diminuer notre dépendance à la production asiatique.

Il faut également rapprocher nos chaînes d’approvisionnement pour qu’elles soient plus résilientes et plus nord-américaines.

Le prochain budget du gouvernement du Canada devra tenir compte de tous ces éléments, car nous sommes à la croisée des chemins.

Sur le même sujet

IA: le Canada est un leader, mais loin derrière les États-Unis

Édition du 22 Mai 2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Ottawa prévoit présenter un projet de loi sur les gains en capital avant l’été

Mis à jour le 21/05/2024 | La Presse Canadienne

Le budget fédéral présenté en avril propose de rendre imposables les deux tiers des gains en capital.

À la une

TotalEnergies étudie une cotation en actions à New York

Il y a 47 minutes | AFP

Mais pas une «cotation principale», selon le PDG du groupe pétrolier français Patrick Pouyanné.

Les bonnes (et moins bonnes) raisons de démissionner

EXPERTE INVITÉE. Avant de démissionner, il est recommandé d’en parler avec les bonnes personnes

Malade, vaut-il mieux rester chez soi ou aller au bureau?

MAUDITE JOB! «L'autre jour, j'étais malade comme un chien. Je suis quand même allé au bureau. Ai-je eu raison ou tort?»