Moins de 8% des employés du ministère veulent être transférés à Santé Québec

Publié le 05/02/2024 à 11:33, mis à jour le 05/02/2024 à 17:06

Moins de 8% des employés du ministère veulent être transférés à Santé Québec

Publié le 05/02/2024 à 11:33, mis à jour le 05/02/2024 à 17:06

Par La Presse Canadienne

(Photo: La Presse Canadienne/Jacques Boissinot)

Québec — Moins de 8% des employés du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) veulent être transférés à Santé Québec dans les conditions actuelles.

C’est le résultat d’un sondage publié lundi par le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ).

Le syndicat affirme que les employés du MSSS sont «réticents» à se porter volontaires pour aller travailler à Santé Québec parce qu’ils savent qu’ils vont s’appauvrir.

Les employés transférés seront soumis aux conditions de travail du réseau de la santé, ce qui est «désavantageux» pour eux, explique en entrevue le président du SPGQ, Guillaume Bouvrette.

Le personnel du ministère gagne actuellement de 7% à 14% de plus que celui du réseau de la santé.

«Les gens vont […] se retrouver hors échelle, affirme M. Bouvrette. Par la suite, ils ne vont bénéficier que de la moitié des augmentations annuelles jusqu’à ce que l’échelle salariale les rattrape.

«Avec des écarts de 7% à 14%, ça peut prendre très très longtemps et ça a un impact énorme notamment sur les rentes de retraite. À long terme, c’est dramatique», a-t-il ajouté.

Or, selon le SPGQ, 63% des employés du ministère seraient prêts à aller travailler à Santé Québec s’ils conservaient leur convention collective et conditions de travail actuelles.

Santé Québec a été instaurée en vertu de l’adoption du projet de loi 15 par l’Assemblée nationale, en décembre dernier. L’agence sera chargée de coordonner les opérations du réseau.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, est actuellement à la recherche d’un président et chef de la direction.

Au printemps dernier, il avait estimé que de 30% à 40% des 1200 employés du ministère migreraient, de façon volontaire, vers Santé Québec.

Selon M. Bouvrette, le ministre Dubé «s’en va dans le mur». «Il devrait mettre en place des solutions. À ce jour, il n’y en a pas, alors qu’on arrive à la création de l’agence», déplore-t-il.

En cas de transferts forcés, «une large majorité» des membres du SPGQ prévoient utiliser leur droit de retour dans la fonction publique, prévient le chef syndical.

Par ailleurs, le SPGQ signale que, ne sachant pas s’ils seront transférés ou non, les employés du MSSS vivent de l’«insécurité». Près du tiers d’entre eux, selon le sondage, se cherchent un nouvel emploi.

«En plus de nuire à la mise en place de la réforme, le ministre est en train de fragiliser son propre ministère», a déclaré M. Bouvrette. Il accuse M. Dubé d’avoir «négligé des détails» dans son «empressement» à créer l’agence.

Le bureau du ministre Dubé n’avait pas encore répondu aux questions de La Presse Canadienne, lundi après-midi.

Caroline Plante, La Presse Canadienne

 

Abonnez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

À la une

Budget fédéral 2024: Ottawa pige 19,4G$ dans les poches des ultrariches et des entreprises

16/04/2024 | Denis Lalonde

BUDGET FÉDÉRAL 2024. La mesure devrait servir à éponger le déficit de 39,8 G$ prévu pour 2024-2025.

Budget fédéral 2024: Ottawa veut encourager les régimes de retraite à investir au Canada

16/04/2024 | Denis Lalonde

BUDGET FÉDÉRAL 2024. Ottawa veut inciter les régimes de retraite à investir au pays, mais sans y consacrer d’argent.

Ce budget écrit à l'encre rouge foncé ne fera pas que des heureux

16/04/2024 | Sandra Aubé

EXPERTE INVITÉE. Les contribuables les mieux nantis passent à la caisse.