Salaire des civils des bases militaires: discrimination contre les francophones?

Publié le 10/05/2024 à 14:31, mis à jour le 10/05/2024 à 15:45

Salaire des civils des bases militaires: discrimination contre les francophones?

Publié le 10/05/2024 à 14:31, mis à jour le 10/05/2024 à 15:45

Par La Presse Canadienne

«Lorsqu’on met toutes les conventions collectives sur la table, on s’aperçoit que les gens déjà mal payés… ceux qui sont les moins bien payés, ce sont ceux des bases militaires au Québec», a lancé Yvon Barrière, vice−président exécutif régional pour le Québec à l’AFPC. (Photo: La Presse Canadienne

L’Alliance de la fonction publique du Canada se demande s’il n’y a pas une «discrimination fondée sur la langue» dans le fait que les civils qui travaillent aux bases militaires du Québec sont moins payés que leurs homologues des autres provinces faisant les mêmes tâches. 

Ceux du Québec sont encore en grève, et ce, pour une 117e journée, alors que les civils des bases militaires des autres provinces ont accepté, en avril, l’entente de principe qui leur avait été soumise pour renouveler leur convention collective.

«Lorsqu’on met toutes les conventions collectives sur la table, on s’aperçoit que les gens déjà mal payés… ceux qui sont les moins bien payés, ce sont ceux des bases militaires au Québec. J’aurais envie de vous demander s’il n’y a pas une discrimination fondée sur la langue», a lancé Yvon Barrière, vice−président exécutif régional pour le Québec à l’AFPC, en conférence de presse.

Appuyée par le Bloc québécois, l’AFPC a expliqué que les augmentations offertes à ces civils dans les bases militaires du pays ont été présentées en pourcentages. Or, au départ, les salaires diffèrent considérablement d’une base militaire à l’autre pour le même poste.

Ainsi, une augmentation uniforme de 13% ne donnera pas le même salaire à un employé qui touchait 20 dollars ($) l’heure et à un autre qui touchait 30 $ l’heure pour le même titre d’emploi dans deux provinces différentes, a fait valoir M. Barrière.

Une des syndiqués touchés, Karine Côté, relate qu’une adjointe en services financiers gagne 20,44 $ au maximum de son échelle salariale, à la base de Bagotville, alors qu’un homologue à Ottawa touchera 30,41 $ l’heure.

Un commis comptable à Valcartier gagnera 20,99 $ au maximum de son échelle salariale, contre 28,60 $ dans une autre base, a-t-elle illustré.

Ce traitement salarial différent résulte du fait que traditionnellement, le ministère de la Défense négociait les conditions de travail base militaire par base militaire. Au fil du temps, des écarts ont été créés. Et cela frappe durement les civils des bases militaires de Bagotville, Saint−Jean et Valcartier.

«Les iniquités sont vraiment flagrantes. On constate les iniquités entre le Québec et les provinces canadiennes sur les salaires. Et ça, ça justifie qu’on élève la voix», a lancé la députée bloquiste Christine Normandin, aux côtés de l’AFPC. 

Aussi, ces civils ne sont pas considérés comme faisant partie de la fonction publique fédérale.

La grève des civils des bases militaires du Québec se poursuit donc. «Ils vont rentrer au travail le jour où ils seront payés comme les autres bases militaires. Sinon, ils ne vont pas rentrer travailler, parce que c’est injuste», s’est exclamé Yvon Barrière.

Lia Lévesque, La Presse Canadienne

À la une

Réglementation des logiciels utilisant l’IA

EXPERT INVITÉ. Quels seront les conséquences sur l’innovation?

Ottawa ne veut pas dire si les entreprises d'IA paieront des redevances aux médias

Pascale St-Onge affirme qu'il appartiendra au CRTC de déterminer si les entreprises d'IA reprennent les informations.

L’IA peut rendre l’agriculture plus efficace, disent des experts

Il y a 19 minutes | La Presse Canadienne

Les agriculteurs ont déjà adopté des technologies telles que les drones et les capteurs pour les aider dans des tâches.