Le PQ fait peu de cas de la perte de l’appui éditorial du journal «Le Devoir»

Publié le 01/10/2022 à 12:05, mis à jour le 02/10/2022 à 21:14

Le PQ fait peu de cas de la perte de l’appui éditorial du journal «Le Devoir»

Publié le 01/10/2022 à 12:05, mis à jour le 02/10/2022 à 21:14

Par La Presse Canadienne

Paul St-Pierre Plamondon (Photo: La Presse Canadienne)

 

Le PQ fait peu de cas de la perte de l’appui éditorial du journal Le Devoir
 
Trois-Rivières — Le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, a fait peu de cas du fait qu’il n’a pas obtenu l’appui de l’éditorial du journal «Le Devoir», une tradition électorale qui a pourtant longtemps favorisé la formation souverainiste.
«Dans les prochains jours, vous allez entendre plein de gens qui se prononcent (pour dire) on devrait voter pour qui, répond-il lors d’une mêlée de presse à Trois-Rivières. Je pense que c'est aux gens de déterminer s'ils veulent encourager qui au terme de cette campagne. Je ne commenterai pas chaque analyste. »
Dans son éditorial, le directeur du journal «Le Devoir», Brian Myles, appuie la Coalition avenir Québec (CAQ) pour former le gouvernement et Québec solidaire pour former l’opposition officielle. M. Myles rompt ainsi avec une tradition de longue date d’appui au PQ.
Rappelons que si l’éditorial du quotidien se prononce sur l’issu souhaité de la campagne, le travail de ses journalistes n’est pas influencé par cette ligne éditoriale.
S’il a perdu le soutien du quotidien, M. St-Pierre Plamondon espère convaincre les indécis.
Il a profité de son passage à Trois-Rivières pour demander aux électeurs péquistes de convaincre des membres de leur entourage d'aller voter pour leur parti. «Le défi, c'est de transformer cette vague de sympathie en résultat. Il reste qu'une fin de semaine. »
Il a évoqué le souvenir de l’ «opération convaincre» en 1995 où le premier ministre péquiste, Jacques Parizeau, a lancé le défi aux électeurs péquistes de convaincre un indécis. «Il faut aller parler à ceux qui peut-être n'iront pas voter. Aller parler de l'importance d'aller voter et de voter pour une démocratie qui est saine et une opposition qui est forte et constructive, celle du Parti québécois.»
Par Stéphane Rolland

 

Trois-Rivières — Le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, a fait peu de cas du fait qu’il n’a pas obtenu l’appui de l’éditorial du journal Le Devoir, une tradition électorale qui a pourtant longtemps favorisé la formation souverainiste.

«Dans les prochains jours, vous allez entendre plein de gens qui se prononcent [pour dire] on devrait voter pour qui, répond-il lors d’une mêlée de presse à Trois-Rivières. Je pense que c'est aux gens de déterminer s'ils veulent encourager qui au terme de cette campagne. Je ne commenterai pas chaque analyste. »

Dans son éditorial, le directeur du journal Le Devoir, Brian Myles, appuie la Coalition avenir Québec (CAQ) pour former le gouvernement et Québec solidaire pour former l’opposition officielle. M. Myles rompt ainsi avec une tradition de longue date d’appui au PQ.

Rappelons que si l’éditorial du quotidien se prononce sur l’issu souhaité de la campagne, le travail de ses journalistes n’est pas influencé par cette ligne éditoriale.

S’il a perdu le soutien du quotidien, M. St-Pierre Plamondon espère convaincre les indécis.

Il a profité de son passage à Trois-Rivières pour demander aux électeurs péquistes de convaincre des membres de leur entourage d'aller voter pour leur parti. «Le défi, c'est de transformer cette vague de sympathie en résultat. Il reste qu'une fin de semaine. »

Il a évoqué le souvenir de l’ «opération convaincre» en 1995 où le premier ministre péquiste, Jacques Parizeau, a lancé le défi aux électeurs péquistes de convaincre un indécis. «Il faut aller parler à ceux qui peut-être n'iront pas voter. Aller parler de l'importance d'aller voter et de voter pour une démocratie qui est saine et une opposition qui est forte et constructive, celle du Parti québécois.»


Par Stéphane Rolland

Sur le même sujet

À la une

Bourse: Wall Street termine hésitante, plutôt dans le rouge, avant un discours de la Fed

Mis à jour à 16:55 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en légère hausse grâce aux gains de l'énergie.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour à 17:35 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Dollarama, BRP et Banque Scotia

Que faire avec les titres de Dollarama, BRP et Banque Scotia? Voici quelques recommandations d’analystes.