CDPQ: Charles Emond veut investir en faisant mieux pour les générations futures

Publié le 28/03/2023 à 18:58

CDPQ: Charles Emond veut investir en faisant mieux pour les générations futures

Publié le 28/03/2023 à 18:58

Par La Presse Canadienne

Le PDG de la Caisse, Charles Emond, a donné mardi une véritable leçon de gestion de portefeuille durable aux quelque 500 convives réunis à l’invitation du Conseil des relations internationales de Montréal pour discuter d’économie mondiale. (Photo: La Presse Canadienne)

Investir vert, de manière socialement responsable et dans des entreprises dont la gouvernance est irréprochable est non seulement payant, mais c’est aussi ce qui permettra aux dirigeants de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) de regarder leurs descendants avec le sentiment du devoir accompli.

Le PDG de la Caisse, Charles Emond, a donné mardi une véritable leçon de gestion de portefeuille durable aux quelque 500 convives réunis à l’invitation du Conseil des relations internationales de Montréal pour discuter d’économie mondiale.

«Il y a ceux qui parlent et il y a ceux qui agissent. La réalité, c’est qu’on a décidé d’être dans le camp de ceux qui agissaient.»

«T’étais où?»

«Nous, dans 30 ans, on veut être capables de se regarder dans le miroir quand la nouvelle génération nous dira: T’étais où, qu’est-ce que tu faisais quand tu pouvais faire une différence? Étais-tu juste sur le bord des lignes de côté à espérer que t’en fasses le moins possible ou t’as essayé de faire quelque chose qui allait changer les choses?»

Charles Emond ne cache pas que l’expansion internationale de la caisse, dont les trois quarts de ses 400 milliards de dollars (G$) d’actifs sont investis à l’étranger, repose en grande partie sur sa réputation. La CDPQ a d’ailleurs été identifiée comme le fonds de l’année parmi plus de 400 fonds de pension à travers le monde par Global SWF et numéro un mondial en investissement durable par le World Benchmark Alliance.

Il déplore d’ailleurs l’incompréhension et même l’hostilité que provoque la question des critères ESG (Environnementaux, Sociaux, de Gouvernance) dans certains milieux: «Il y a une polarisation par rapport au concept de l’ESG. Il est un peu surutilisé, manipulé. Il n’y a plus de nuances.»

«Aux États-Unis, raconte-t-il, il y a à peu près un peu plus du tiers des États américains qui ont une sorte de loi, une législation quelconque anti-ESG en ce qui concerne l’investissement par des fonds publics.»

Le résultat est qu’il y a des groupes militants «qui veulent tout mettre là-dedans, s’en servir pour pousser leur agenda et de l’autre côté, il y en a qui ne veulent pas y toucher avec un pôle de 12 pieds».

Un faux débat

Or, il s’agit d’un faux débat pour une institution comme la CDPQ, qui doit plutôt rattacher ces critères «à notre mandat de fiduciaire, c’est-à-dire d’obtenir des rendements optimaux pour nos clients et aussi de faire du développement économique durable au Québec».

Il fait valoir qu’un lien a été démontré entre le fait que les entreprises qui font attention à ces critères ont des rendements supérieurs ou gèrent leurs risques d’une meilleure façon.

Il souligne que le côté environnemental rebute les investisseurs, qui craignent des coûts élevés et des rendements faibles — ce qui est faux, dit-il — mais oublient souvent le côté social, où une entreprise qui ne se soucie pas de la sécurité de son produit ou qui ne paie pas sa juste part d’impôt verra sa réputation sévèrement malmenée en 2023. Aussi, une mauvaise gouvernance mènera également à une érosion de confiance à terme.

«Les gens aiment les choses binaires. Une compagnie est ESG, et l’autre n’est pas ESG. Il n’y a rien entre les deux», avance-t-il avertissant que rien n’est plus faux.

Soutenir la transition

«Nous, ce qu’on essaie d’amener, c’est un élément de transformation», explique-t-il, soulignant que la Caisse a un fonds de transition de 10G$. C’est cet argent qui lui permet, par exemple, d’acheter à bas prix une entreprise en Inde qui fonctionne au charbon, de financer sa transition pour en rehausser la valeur de manière exponentielle.

«Il y a une façon de faire ce qui est bon pour la planète, bon pour la société, en même que ce qui est bon pour nos clients et bon pour les entreprises. Est-ce que c’est exigeant? Oui c’est exigeant, mais ça peut se faire et on prouve que ça peut se faire», a-t-il expliqué.

À l’issue de son allocution, présentée sous forme d’entrevue dirigée par la vice-présidente de CGI, Julie Godin, l’ex-premier ministre Pierre-Marc Johnson a salué les propos de Charles Emond, qualifiant ceux-ci de «classe de maître» pour l’auditoire venu l’entendre.

À la une

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.

Multiplier la déduction pour gain en capital, c'est possible?

19/04/2024 | WelcomeSpaces.io

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Quelle est l'avantage de cette stratégie?