Les clubs de golf s'adaptent à l'inflation

Publié le 20/03/2024 à 11:32

Les clubs de golf s'adaptent à l'inflation

Publié le 20/03/2024 à 11:32

Par Claudine Hébert

Les clubs organisent de moins en moins de tournois. (Photo: 123RF)

INDUSTRIE DU GOLF. La clientèle qui fréquente les parcours de golf remarquera sans doute une hausse des tarifs de jeu allant de 1 % à 5 % au cours de l’été 2024.

En fait, les tarifs ont grimpé d’au moins 10 % à 15 % depuis l’été 2019, saison avant la pandémie. Certains droits de jeu, principalement aux heures les plus populaires, ont même augmenté de près de 25 %.

Il faut dire que les clubs de golf ont subi d’importantes augmentations en termes de salaires et de dépenses annuelles, défend le président de l’Association des clubs de golf du Québec, Martin Ducharme. « Juste en produits d’entretien, les clubs ont subi des hausses de coûts allant de 30 % à 40 % », signale-t-il.

Au Club de golf de L’Île de Montréal, la directrice générale, Isabelle Plourde, reconnaît que les hausses de tarifs vont sans doute se traduire par une ou deux visites de moins par golfeur. « Mais, l’été dernier, nous avons constaté que ces visites en moins ont été comblées par une toute nouvelle clientèle. Au bout du compte, nos visiteurs continuent de représenter 60 % de nos revenus golf annuels », mentionne la gestionnaire.

 

Des changements de gestion

Pour minimiser les effets de l’inflation sur les tarifs de jeu, cette dirigeante, tout comme plusieurs autres à travers la province, a revu ses pratiques de gestion. Depuis un an, dit-elle, son club applique une multitude de petites mesures qui favorisent le maintien des tarifs de jeu abordables. Des exemples ? Terminée l’offre de petits-déjeuners du lundi au jeudi. Ce qui permet de mieux gérer les coûts de nourriture et les heures de travail des employés de la restauration.

Autre mesure efficace qui sourit à son club de golf (et plusieurs autres, confirme le président de l’ACGQ), c’est la validation des réservations de temps de jeu la veille de chaque visite auprès des clients. Une stratégie qui permet aux clubs de maximiser les horaires de jeu… et leurs revenus.

 

Moins de tournois

Les nouvelles pratiques de gestion de certains clubs passent aussi par de nouvelles mesures concernant les tournois sur leurs parcours. « Et c’est voulu », soutient le président de l’ACGQ. Plusieurs clubs, dit-il, se montrent désormais moins enclins à négocier et vont imposer davantage de conditions pour accepter ce type d’événements dans leur cour.

Mentionnons que le retour en grand de la clientèle individuelle, fidèle au rendez-vous, rend les administrations de clubs beaucoup moins dépendantes aux organisateurs de tournois. « Bien que les tournois soient nécessaires à nos revenus, la clientèle individuelle a pour avantage d’exiger moins de personnel », fait souligner le directeur général du Golf Montpelier Lac Simon, Ron Téoli.

Faute de personnel, des clubs comme celui de La Madeleine, en Montérégie, ont même carrément cessé d’accueillir ce type d’événements qui pouvaient monopoliser les deux parcours. Mentionnons que ce complexe de 36 trous présentait plus de 80 tournois par été avant la COVID-19. « Nous continuons tout de même d’accepter des tournois de petits groupes allant de 12 à 32 personnes », soutient la directrice générale des lieux Catherine Coderre. D’ailleurs, elle précise accueillir au moins deux à trois groupes chaque week-end de l’été.

Soulignons que le Club de golf l’Île de Montréal a, lui aussi, réduit le nombre de tournois de 30 % depuis la Covid-19. Ces événements, qui généraient plus de 15 % des revenus annuels de golf du complexe de deux parcours, ne représentent plus que 10 % de ces derniers. Mais attention, avise sa gestionnaire Isabelle Plourde, les tournois demeurent une source importante de revenus en matière de restauration. Des revenus, estime-t-elle, qui constituent près de 30 % au sein de ce département.

Sur le même sujet

Harmonie sur le «green»

08/05/2024 | Les Affaires

INDUSTRIE DU GOLF. Il s’agit d’un niveau supérieur pour ce partenariat, qui a d’abord vu le jour en 2021.

Des «bidous» pour les «birdies» en Estrie

08/05/2024 | Les Affaires

INDUSTRIE DU GOLF. L'aide financière devrait assurer la consolidation d'attraits touristiques.

À la une

Comment générer des revenus passifs avec ses cryptos

Il y a 10 minutes | François Remy

La méthode de l’«airdrop» peut constituer un placement initiatique et lucratif.

Le troisième lien Québec-Lévis de François Legault vu par trois experts

Il y a 41 minutes | La Presse Canadienne

Le premier ministre François Legault a annoncé, jeudi dernier, qu’il relançait son projet de troisième lien autoroutier.

Réglementation des logiciels utilisant l’IA

EXPERT INVITÉ. Quelles seront les conséquences sur l’innovation?