L'industrie pétrolière canadienne défend ses intérêts lors de la COP28 à Dubaï

Publié le 29/11/2023 à 15:04

L'industrie pétrolière canadienne défend ses intérêts lors de la COP28 à Dubaï

Publié le 29/11/2023 à 15:04

Par La Presse Canadienne

L'Alliance nouvelles voies affirme se rendre au sommet parce qu'elle reconnaît que les sables bitumineux sont un important émetteur de gaz à effet de serre. (Photo: 123RF)

Des cadres et des dirigeants du secteur pétrolier et gazier canadien se rendent à Dubaï pour les prochaines négociations sur le climat dans le cadre de la COP28 des Nations unies. Le consortium Alliance nouvelles voies, qui regroupe des entreprises du secteur des sables bitumineux, et l'Association canadienne des producteurs pétroliers font partie des groupes qui représenteront l'industrie des combustibles fossiles du pays au sommet sur le climat.

L'Alliance nouvelles voies affirme se rendre au sommet parce qu'elle reconnaît que les sables bitumineux sont un important émetteur de gaz à effet de serre (GES).

Le groupe dit vouloir dire au monde qu'il s'est engagé à faire partie de la solution. Il est impatient de parler de certains de ses plans de réduction des émissions, notamment d'une proposition visant à dépenser 16,5 milliards de dollars pour construire un réseau massif de captage et de stockage du carbone dans le nord de l'Alberta.

Janetta McKenzie, du groupe de réflexion sur les énergies propres Pembina Institute, estime que le secteur pétrolier et gazier reconnaît de plus en plus qu'il doit faire davantage pour lutter contre les émissions de GES s'il veut rester compétitif à l'avenir.

Mais elle ajoute que les observateurs de la COP28 doivent être attentifs à l'écoblanchiment, car de nombreuses entreprises pétrolières et gazières ont jusqu'à présent fait beaucoup de promesses sur le climat, mais n'ont pas encore investi les dizaines de milliards de dollars nécessaires pour concrétiser ces promesses.

À la une

La start-up de Sherbrooke qui veut commercialiser un médicament

03/03/2024 | Emmanuel Martinez

«Les gens pensent que l’argent coule à flots pour les start-ups, parce qu’on nous montre des exceptions.»

La start-up qui voulait faire économiser 1G$ en soins à l'Amérique du Nord

01/03/2024 | Émilie Parent-Bouchard

Une start-up de Sherbrooke propose des solutions aux victimes d'un traumatisme crânien qui doivent être opérées.

Pas de démondialisation, à l’exception des semi-conducteurs

01/03/2024 | François Normand

ANALYSE. Aucun «ralentissement durable» de la mondialisation, mais on observe une incertitude techno-géopolitique.