Canada: nous sommes plus productifs

Publié le 10/06/2011 à 11:07, mis à jour le 10/06/2011 à 11:11

Canada: nous sommes plus productifs

Publié le 10/06/2011 à 11:07, mis à jour le 10/06/2011 à 11:11

Par La Presse Canadienne

La productivité du travail dans les entreprises canadiennes s'est accrue de 0,4 pour cent au premier trimestre, après une hausse de 0,3 pour cent au trimestre précédent.

Les entreprises ont accéléré à la fois le rythme de leur production et le nombre d'heures travaillées.

Leur PIB réel a augmenté de 1,2 pour cent au cours des premiers mois de l'année. Il s'agit de leur plus importante progression en un an.

Tant les entreprises productrices de biens que les sociétés qui fournissent des services ont contribué à cette hausse.

Le nombre d'heures travaillées a grimpé de 0,7 pour cent, tandis que la croissance de l'emploi s'accélérait. Le nombre d'heures travaillées par emploi ont quant à elles décliné de 0,2 pour cent.

D'après Statistique Canada, la hausse de productivité des entreprises est entièrement attribuables à celles qui produisent des biens.

Le secteur de la construction (2,2 pour cent) et celui de la fabrication (0,8 pour cent). Le domaine des mines et de l'extraction pétrolière et gazière ont quant à eux reculé de 3,2 pour cent.

Dans les entreprises produisant des services, la productivité est demeurée inchangée.

Aux États-Unis, la productivité des entreprises a augmenté de 0,2 pour cent au premier trimestre, comparativemet à 0,7 pour cent pendant les trois derniers mois de 2010.

À la une

La start-up de Sherbrooke qui veut commercialiser un médicament

03/03/2024 | Emmanuel Martinez

«Les gens pensent que l’argent coule à flots pour les start-ups, parce qu’on nous montre des exceptions.»

La start-up qui voulait faire économiser 1G$ en soins à l'Amérique du Nord

01/03/2024 | Émilie Parent-Bouchard

Une start-up de Sherbrooke propose des solutions aux victimes d'un traumatisme crânien qui doivent être opérées.

Pas de démondialisation, à l’exception des semi-conducteurs

01/03/2024 | François Normand

ANALYSE. Aucun «ralentissement durable» de la mondialisation, mais on observe une incertitude techno-géopolitique.