Bell a dû verser plus de 230M$ en indemnités de départ au premier trimestre

Publié le 02/05/2024 à 09:07, mis à jour le 02/05/2024 à 18:40

Bell a dû verser plus de 230M$ en indemnités de départ au premier trimestre

Publié le 02/05/2024 à 09:07, mis à jour le 02/05/2024 à 18:40

Par La Presse Canadienne

La société a signalé un bénéfice net de 457 M$ pour son trimestre clos le 31 mars, en baisse de 42,0%. (Photo: La Presse Canadienne)

Bell Canada Entreprises (BCE) a dû verser plus de 230 millions de dollars (M$) en indemnités de départ lors de son premier trimestre de l’exercice 2024, soit plus que lors de tout son exercice 2023, dans la foulée de sa réduction d’effectifs annoncée cet hiver.

La plus grande entreprise canadienne de communications a indiqué jeudi que ses coûts liés aux indemnités de départ ont atteint 234M$ au premier trimestre. À titre comparatif, ces coûts avaient été de 29M$ pour la même période un an plus tôt, et de 134M$ pour l’ensemble de l’exercice 2023.

En février, BCE avait annoncé la suppression de 4800 emplois, soit 9% de ses effectifs, y compris des journalistes et d’autres travailleurs de sa filiale Bell Média, dans le cadre de sa «plus grande initiative de restructuration de l’effectif en près de 30 ans».

Une fois que cette restructuration sera complétée, BCE s’attend à ce que les réductions de personnel permettent des économies de 150 à 200M$ par année en 2024. À terme, les indemnités de départ liées à cette opération pourraient s’élever à environ 400M$.

Pour justifier ces coupes au sein de sa main-d’œuvre, l’entreprise avait cité des politiques du gouvernement fédéral et des décisions réglementaires de plus en plus défavorables, une économie marquée par des taux d’intérêt élevés et une inflation persistante, ainsi que l’intensification de la concurrence.

Selon l’entreprise, la hausse des coûts liés aux indemnités de départ a d’ailleurs eu un impact sur ses profits au premier trimestre, qui ont chuté de 42% d’une année à l’autre.

Les dirigeants talonnés en assemblée

Le mécontentement suscité par les suppressions d’emplois s’est déplacé jeudi lors de l’assemblée générale annuelle de l’entreprise. Des investisseurs et des employés ont interrogé les dirigeants sur leur rémunération en cette période de restrictions budgétaires pour le personnel.

Le président du conseil d’administration, Gordon Nixon, et le président et chef de la direction de Bell Canada, Mirko Bibic, ont défendu cette décision. Le premier a qualifié la dernière année de «difficile, mais aussi très transformationnelle» pour le géant montréalais des télécommunications et des médias.

Le jour même de l’annonce des licenciements, BCE a augmenté son dividende trimestriel de trois cents par action ordinaire, pour le porter à 99,75 cents par action ordinaire.

Lors de la réunion de jeudi, il a été demandé aux dirigeants de l’entreprise d’expliquer cette décision dans «une période économique si difficile». Il a été soulevé qu’il y a un décalage entre les milliers de suppressions d’emplois et le fait que BCE a déclaré plus de 2,3 milliards de dollars (G$) de bénéfices annuels pour 2023 et a augmenté son dividende.

M. Nixon a reconnu qu’il s’agissait d’une «question logique».

«Ces bénéfices sont importants, mais comme vous le savez, ils n’ont pas augmenté au rythme que nous souhaiterions en tant qu’entreprise pour que nos actions augmentent et que notre dividende augmente même à un rythme plus élevé», a-t-il déclaré.

«Notre capacité, en tant que société publique, à croître, à investir, à attirer des capitaux, à réaliser des investissements en capital, dépend de notre capacité à accroître nos bénéfices, à accroître nos dividendes et à performer», a-t-il ajouté.

M. Bibic a soutenu que l’entreprise avait supprimé un certain nombre de postes vacants dans le cadre des réductions afin de minimiser l’impact sur le personnel actuel et avait également proposé aux employés syndiqués des départs volontaires.

À savoir si les postes supprimés affectaient uniquement les niveaux inférieurs de la main-d’œuvre, M. Bibic a répondu qu’il y avait des changements «à tous les niveaux de l’entreprise».

Le nombre de vice-présidents chez BCE a diminué de 20% depuis 2020 et «nous réduisons également les postes de direction dans l’ensemble de l’entreprise», a-t-il indiqué.

Certains ont visé la rémunération de M. Bibic, demandant si BCE envisageait une réduction de son salaire alors que d’autres perdaient leur emploi. Aucun changement n’est prévu dans la rémunération cible de M. Bibic pour 2024, selon les documents.

M. Nixon a fait valoir que BCE est «bien en dessous» de ses concurrents en ce qui concerne la rémunération du PDG et la rémunération des dirigeants dans leur ensemble. Il a souligné que l’entreprise détermine les salaires grâce aux conseils d’un consultant engagé pour évaluer les performances et l’environnement concurrentiel.

«Nous pensons qu’en tant que conseil d’administration, nous avons fait un très bon travail au sein de notre comité de rémunération en reconnaissant à la fois les défis et le fait que nous voulons nous assurer de conserver les meilleurs talents, pas seulement au poste de PDG, mais aussi au niveau des cadres supérieurs dans l’ensemble du conseil d’administration», a-t-il soutenu.

Le syndicat Unifor, qui représente environ 19 000 travailleurs des télécommunications chez BCE et 2100 membres chez Bell Média, avait exhorté les actionnaires dans une lettre ouverte mercredi à faire pression sur l’entreprise pour obtenir des réponses.

Bénéfice net en baisse

Plus tôt dans la journée, la société a signalé un bénéfice net de 457M$ pour son trimestre clos le 31 mars, en baisse de 42,0% par rapport à celui de 788M$ rapporté pour la même période l’an dernier.

Les revenus de l’entreprise ont aussi été en baisse, alors qu’ils sont passés de 6,054G$ au premier trimestre de 2023 à 6,011G$ un an plus tard.

Dans un communiqué, M. Bibic s’est tout de même réjoui de voir que le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA) a progressé de 1,1% en un an, atteignant 2,565G$ au plus récent trimestre.

À son avis, les résultats publiés jeudi «sont le reflet de la capacité continue de l’équipe de Bell à naviguer dans un contexte de concurrence accrue».

Chez Bell Services de communications et de technologies, les revenus ont atteint 5,375G$, en hausse de 0,1%. Bell a entre autres ajouté 31 078 nouveaux abonnés nets à ses services internet, en hausse de 13,9% d’une année à l’autre, soit son meilleur résultat à ce chapitre en un trimestre depuis 2007.

De son côté, Bell Média a vu ses revenus diminuer de 7,1% d’une année à l’autre, pour s’établir à 725M$, en raison d’une baisse des revenus tirés des abonnements.

Ses revenus publicitaires ont augmenté de 1,6% grâce à la diffusion du Super Bowl LVIII et de la demande pour la publicité numérique, à la radio et sur les panneaux extérieurs.

Cette hausse a été contrebalancée par la faible demande des annonceurs dans le secteur de la télévision traditionnelle, que l’entreprise attribue à la conjoncture économique défavorable et au report de certains contenus scénarisés dans la foulée de la grève des scénaristes d’Hollywood qui a eu lieu l’an dernier.

Mathieu Paquette et Sammy Hudes, La Presse Canadienne

 

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les défis qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

À surveiller: Dollarama, Manuvie et Canadian Natural Resources

13/06/2024 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Dollarama, Manuvie et Canadian Natural Resourc? Voici quelques recommandations d’analystes.

À surveiller: First Solar, Boralex et BCE

12/06/2024 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de First Solar, Boralex et BCE? Voici quelques recommandations d’analystes.

À la une

Le troisième lien Québec-Lévis de François Legault vu par trois experts

Il y a 8 minutes | La Presse Canadienne

Le premier ministre François Legault a annoncé, jeudi dernier, qu’il relançait son projet de troisième lien autoroutier,

Réglementation des logiciels utilisant l’IA

EXPERT INVITÉ. Quelles seront les conséquences sur l’innovation?

Ottawa ne veut pas dire si les entreprises d'IA paieront des redevances aux médias

Pascale St-Onge affirme qu'il appartiendra au CRTC de déterminer si les entreprises d'IA reprennent les informations.