SNC-Lavalin: une reprise bien en place

Publié le 11/08/2023 à 12:20

SNC-Lavalin: une reprise bien en place

Publié le 11/08/2023 à 12:20

Les déboires de SNC-Lavalin au cours des dernières années ont été en partie causés par la présence de contrats clé en main à honoraires forfaitaires qui ont entraîné de lourdes pertes. (Photo: La Presse Canadienne)

La BOUSSOLE BOURSIÈRE est une rubrique qui traite d’un événement marquant et de son effet sur le marché boursier en s’appuyant sur l’analyse d’experts. Cette analyse pourra être autant fondamentale que technique.

Il faut souvent beaucoup de temps à une entreprise pour regagner la confiance des investisseurs lorsque certains événements ont occasionné une chute importante du cours de l’action.

La firme de génie-conseil québécoise SNC-Lavalin a connu une véritable descente aux enfers lorsqu’en 2018 elle a eu affaire à des accusations de corruption et de pots-de-vin. Entre l’été 2018 et octobre 2019, le cours de l’action est passé de 60$ à 15$. Allait-elle s’en remettre?

 

Lire aussi: SNC-Lavalin surpasse les attentes au 2e trimestre grâce à la demande aux États-Unis

Il semble bien que oui, s’il faut en croire l’analyse de Monica Rizk, analyste technique senior pour les publications Phases & Cycles. En 2019, le titre amorça un premier rallye qui le ramena à 35$. Mais COVID aidant, il retomba rapidement à 17$. Mais les investisseurs n’ont pas lancé la serviette, et une seconde poussée ramena le titre à nouveau à 35$ à l’automne 2021. Il faut croire que la base n’était pas suffisamment solide, et les vendeurs se sont à nouveau présentés en grand nombre, et le titre retomba jusqu’à 22$ à l’été 2022.

En début d’année, le titre amorça un nouveau rallye, et il semble bien que cette fois-ci soit la bonne. Les tentatives de reprises des quatre dernières années présentent une formation technique en W qui constitue généralement une solide base pouvant soutenir une hausse du titre à partir du moment où celui-ci traversera la ligne de résistance sur laquelle s’étaient arrêtés les rallyes précédents, soit autour de 35$, explique Monica Rizk. Et nous y sommes.

Les résultats trimestriels divulgués la semaine dernière ont certainement plu aux investisseurs, et le titre a bondi jusqu’à 41$, bien au-delà de la ligne de résistance. Dans un rapport publié le mois dernier, l’analyste écrivait qu’une poussée au-dessus du niveau de 39-40$ permettrait d’envisager des objectifs de prix d’abord de 44$ et ensuite de 49$.

 

Des résultats meilleurs que prévu 

Les affaires semblent aller de mieux en mieux chez SNC-Lavalin. Benoit Poirier, analyste chez Valeurs mobilières Desjardins, signale que les bénéfices avant intérêts, impôts et amortissement ajustés (BAIIA) des Services professionnels et de Gestion de projets de SNC-Lavalin ont été de 167 millions de dollars (M$) au 2e trimestre, ce qui excédait facilement sa prévision de 145M$. Les bénéfices par action pour cette période ont été de 0,41$, excédant là aussi sa prévision de 0,27$. Les revenus consolidés ont atteint 2,1 milliards de dollars (G$), là encore bien au-dessus de la prévision de l’analyste qui était de 1,82G$.

Les déboires de SNC-Lavalin au cours des dernières années ont été en partie causés par la présence de contrats clé en main à honoraires forfaitaires qui ont entraîné de lourdes pertes. Mais on voit maintenant la lumière au bout du tunnel. Benoit Poirier estime que le carnet de commandes de ces contrats ne sera plus que de 287M$ à la fin de l’année 2023 alors qu’il est actuellement de 422M$ et qu’il était de 518M$ à la fin du trimestre précédent.

L’analyste de Desjardins recommande l’achat du titre en vue d’un objectif pour les 12 prochains mois qu’il hausse de 42$ à 50$, objectif qui concorde avec celui de l’analyste technique.

Sur le même sujet

Bourse: vendre ou ne pas vendre, telle est la question!

Il y a 53 minutes | Pierre Théroux

SE LANCER EN BOURSE. Acheter des actions est relativement facile, mais les vendre c'est une autre paire de manches.

Bourse: «blue chip» et petite capitalisation

08/02/2024 | Pierre Théroux

SE LANCER EN BOURSE. Quelle est l’importance de s’intéresser à la capitalisation boursière des sociétés?

À la une

L'actif de la Caisse de dépôt et placement du Québec en hausse de 32 milliards de dollars

Mis à jour il y a 53 minutes | Dominique Talbot

Selon la direction, l’année 2023 a été marquée par une forte volatilité.

Charles Emond: «Si on investit uniquement dans les actifs verts, on ne pourra pas améliorer les actifs polluants.»

Édition du 24 Janvier 2024 | François Normand

Il partage sa vision et ses perspectives économiques en 2024, en incluant les occasions et les risques pour la CDPQ.

Le mandat de Charles Emond renouvelé pour cinq ans

07/02/2024 | Dominique Talbot

Le mandat prend effet aujourd’hui et se terminera le 6 février 2029.