Augmenter ses rendements ou économiser davantage?

Publié le 28/04/2023 à 09:35

Augmenter ses rendements ou économiser davantage?

Publié le 28/04/2023 à 09:35

Des graphiques de rendements boursiers

On ne peut pas augmenter ses rendements boursiers en criant ciseau! (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. Il y a plusieurs années, un ami de la famille est venu consulter mon père au sujet de son fonds de retraite. J’ai pu assister à cette rencontre et le conseil de mon père à cet ami de longue date m’a marqué à tel point que je m’en souviens très bien, une vingtaine d’années plus tard.

Travailleur autonome, l’ami de mon père avait environ cinq ans de travail actif devant lui avant de prendre une retraite graduelle. Il avait mis de côté un fonds de retraite, mais il s’inquiétait de savoir si ce fonds serait suffisant pour subvenir à ses besoins au moment de la retraite. Il était particulièrement intéressé de savoir quels rendements mon père croyait raisonnables pour les prochaines années. Dans son esprit, il était capital que les rendements de son portefeuille soient attrayants au cours des années à venir.

Après avoir analysé ses placements, le verdict de mon père a été direct. Les sommes investies étaient à peine suffisantes pour lui assurer une retraite confortable.

Deux options s’offraient donc à son ami: 1- augmenter ses rendements dans les années à venir ou 2- augmenter sensiblement les sommes économisées et investies au cours des prochaines années (ou plus: mon père lui a fait comprendre que ce serait une bonne idée de continuer à travailler plus longtemps, ce qui lui permettrait d’ajouter à son épargne).

À la place de notre ami, quelle solution auriez-vous choisie?

Personnellement, avoir à choisir entre une option hautement incertaine et hors de mon contrôle (augmenter les rendements de mes placements) et une option plutôt certaine (même si désagréable), je choisirai la deuxième à tout coup.

C’est d’ailleurs ce que mon père a recommandé à son ami: «Continue de travailler fort et force-toi à économiser et à investir une partie importante de tes revenus au cours des prochaines années.» C’était la manière la plus sûre de lui assurer une retraite confortable. C’est ce que son ami a fait et il s’en porte très bien aujourd’hui.

J’ai écrit dans le passé qu’en tant qu’investisseur à long terme, on devrait focaliser nos énergies sur les facteurs qu’on peut contrôler. Je citerais les facteurs suivants parmi ceux qu’on peut contrôler:

- Notre taux d’épargne;

- La construction de notre portefeuille, incluant l’allocation d’actif et le choix des véhicules de placement;

- Les frais occasionnés par la gestion de notre portefeuille.

 

Parmi ceux qu’on ne contrôle pas:

- Les rendements de notre portefeuille;

- L’état de l’économie, le niveau des taux d’intérêt, etc.;

- La situation géopolitique.

 

On ne peut pas augmenter ses rendements boursiers en criant ciseau! S’il est une chose, un tel objectif pourrait nous inciter à prendre des risques indus et nous faire perdre beaucoup d’argent.

En revanche, augmenter son taux d’épargne est un facteur qu’on peut contrôler. C’est souvent la meilleure stratégie pour s’assurer une retraite plus confortable. Même si ce n’est pas facile à faire!

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

Chef des placements chez COTE 100 et auteur du livre Avantage Bourse

À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100+. Il est également l’auteur du livre Avantage Bourse et coauteur de La Bourse ou la Vie.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Blogues similaires

Bourse: la Banque Royale fait trembler le marché des actions privilégiées

BALADO. La Banque Royale envoie un signal clair qu'elle pourrait racheter toutes ses actions privilégiées.

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

La baisse du PIB par habitant ne doit pas inquiéter, mais...

25/03/2024 | Pierre Cléroux

EXPERT. Depuis 2020, soit au début de la pandémie, le PIB par habitant a diminué de 1,3% par année au Canada.