Stratégie Global Macro: un outil pour réduire la volatilité des portefeuilles


Édition du 21 Septembre 2022

Stratégie Global Macro: un outil pour réduire la volatilité des portefeuilles


Édition du 21 Septembre 2022

(Photo 123RF)

GESTION ALTERNATIVE. L’ouverture du relevé mensuel d’investissement est beaucoup moins drôle depuis quelque temps pour plusieurs d’entre vous. Si vous êtes comme la majorité des investisseurs québécois, votre portefeuille se compose exclusivement d’actions et d’obligations, que ce soit directement ou par l’entremise de fonds communs et de fonds négociés en Bourse.

Pour la première fois depuis des décennies, en raison notamment des pressions inflationnistes, ces deux catégories d’actifs sont simultanément en tendance baissière assez sévère depuis plusieurs trimestres. Bien que mon opinion soit que ce type de portefeuille n’est certainement pas optimal pour la majorité des investisseurs, je suis conscient que cette réalité n’est pas près de changer.

Par contre, et vous me voyez certainement venir, il existe des stratégies différentes permettant de réduire cette volatilité et même de profiter des situations comme celle que l’on vit présentement. Outre la vente à découvert, les fonds de type Global Macro sont certainement ceux qui naviguent le mieux dans l’environnement volatil actuel. Ce qui est le plus impressionnant, c’est qu’ils le font en évitant les écarts importants de rendement. Pour vous donner une meilleure idée, voici le rendement mensuel en pourcentage de l’indice Eurekahedge Macro Hedge Fund depuis le début de la pandémie (voir le tableau).

Qu’est-ce que la stratégie Global Macro?

Mais qui sont ces gestionnaires et comment font-ils ? Le nom lui-même, Global Macro, nous en dit beaucoup sur leurs activités. En premier lieu, Global veut dire que l’ensemble de la planète est leur terrain de jeu. En effet, ils peuvent exprimer leurs idées et leurs stratégies partout sur la planète, et ne s’en gênent certainement pas. Le terme Macro, de son côté, exprime le type d’analyse macroéconomique qui est effectué. On peut y voir également une indication que toutes les catégories d’actifs peuvent être utilisées, comme les ressources naturelles, les devises, les actions, les obligations, etc.

Historiquement, l’une des stratégies les plus payantes pour ce type de fonds est le carry trade, qui se traduit, mais mal, par «opération spéculative sur écart de rendement». Cette stratégie peut s’exprimer de plusieurs façons, mais il s’agit habituellement d’emprunter des devises dans un pays où les taux d’intérêt sont faibles, comme le Japon, et de les investir dans le marché monétaire d’un pays où les taux sont plus élevés, comme les États-Unis. Il est évidemment possible d’utiliser l’effet de levier pour multiplier le gain potentiel. Le risque principal de cette stratégie est que les taux de conversion des devises entre les deux pays varient assez pour annuler le gain dans sa totalité.

Cependant, outre cette stratégie simpliste, les événements des derniers mois ont permis à certains fonds de cette catégorie de littéralement exploser en misant sur la hausse des prix de l’énergie et la baisse de l’euro par rapport au dollar américain. Par exemple, le fonds spéculatif américain Haidar Jupiter, avec 3,3 milliards de dollars américains (G $US) d’actifs sous gestion, a augmenté de 225 % depuis le début de l’année. Ailleurs, des géants comme le Brevan Howard Asset Management Master Fund (10 G $US sous gestion) et Rokos Capital Management (15 G $US sous gestion) ont aussi des rendements positifs depuis le 1er janvier dernier.

Étant donné la latitude donnée au gestionnaire de ce type de fonds, il n’est pas étonnant que les meilleurs sur la planète s’y retrouvent. Ainsi, les plus grands de la finance, les milliardaires tels que Georges Soros, Julian Robertson ou Stanley Druckenmiller ont tous travaillé pour ce type de fonds.

Vu la polarisation géopolitique actuelle à l’échelle planétaire, je ne serais pas surpris que ce type de produit continue de surperformer les catégories d’actifs traditionnelles, comme les actions et les obligations. Après un marché haussier qui dure depuis 2009, il est encore plus important de bien diversifier son portefeuille, non seulement en titres, mais également en catégories d’actifs.

À propos de ce blogue

Martin Lalonde MBA, CFA, est président fondateur des Investissements Rivemont, une firme spécialisée en gestion privée traditionnelle et alternative.

Martin Lalonde

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et les perdants du 23 février

Mis à jour à 18:47 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Bombardier ne perd pas sa cible des yeux

Édition du 21 Février 2024 | Denis Lalonde

LE TAUREAU CONTRE L'OURS. Que vous soyez optimiste ou pessimiste, retrouvez l’analyse d’un titre en deux parties.

OPINION À surveiller: Québecor, BRP et Nvidia
Bourse: les gagnants et les perdants du 22 février
Mis à jour le 22/02/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
Bourse: les gagnants et les perdants du 21 février
Mis à jour le 21/02/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Blogues similaires

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Bourse: Nvidia a pulvérisé les attentes, mais quelle sera la suite?

BALADO. Après un gain d'environ 240% sur un an, est-il trop tard pour investir dans le titre de Nvidia?

Un projet tangible d'investissement servant à développer sa pensée «long terme»

EXPERT INVITÉ. En investissement boursier, il est souvent bien moins payant d’aller vite que de prendre son temps.