Relève réussie... pour la seconde fois !

Publié le 28/05/2011 à 00:00

Relève réussie... pour la seconde fois !

Publié le 28/05/2011 à 00:00

Finaliste 2011

SUPERMÉTAL

Le défi

Transmettre une entreprise à des jeunes qui n'ont pas encore les moyens d'acheter leurs parts.

La solution

Les cédants se remboursent à même les profits de l'entreprise, mais exigent des repreneurs une mise de fonds. Les cédants doivent aussi accepter un manque à gagner temporaire et un rachat progressif.

Profil

Activités : fabrication et installation de structures métalliques

Année de fondation : 1959

Siège social : Lévis

Effectif : plus de 500

Marchés : Canada, États-Unis

Chiffre d'affaires : environ 100 millions de dollars

LE CONSEIL DE Jean-François Blouin

"Faire les choses graduellement pour qu'elles soient réalisées en harmonie avec les employés et que les membres de la relève apprennent à se connaître et à travailler ensemble."

Léonce Bouchard et son frère, Gérard, ont aujourd'hui respectivement 89 et 81 ans. Quand ils ont créé Supermétal en 1959, dans un garage loué et avec moins de cinq employés, jamais ils n'auraient imaginé pouvoir assister à son cinquantième anniversaire.

Supermétal, qui fabrique, fournit et installe des charpentes et des structures métalliques depuis 52 ans, en est à sa troisième génération de dirigeants. La relève a toujours été minutieusement préparée. La réussite a suivi.

Au crépuscule de leur vie, les deux fondateurs ont "l'immense fierté", selon les termes d'André Bouchard, le fils de Léonce et ex-PDG de l'entreprise, de voir ce qu'est devenue leur création. Supermétal compte plus de 500 employés, trois usines au Québec et en Alberta, et une antenne commerciale aux États-Unis ; elle exporte sur tout le continent américain.

Cette réussite doit beaucoup aux dirigeants, qui ont su négocier leur départ en pensant à l'avenir. Lorsque, après Léonce, Gérard Bouchard a voulu se retirer, André Bouchard, Jacques Blouin et deux autres cadres ont racheté l'entreprise.

Un plan sur dix ans

C'est donc tout naturellement que Jacques Blouin, à l'âge de cinquante ans, s'est à son tour préoccupé de la relève. "On ne voulait pas que l'entreprise stagne ou régresse après notre départ. Comme notre expérience de relève avait été une réussite, j'avais à coeur de préparer la suite, de passer le témoin comme dans une course de relais."

Mais Jacques Blouin, dans la société depuis 1978 et toujours vice-président, savait que le parcours serait long et semé d'embûches. C'est pour cela que ses collègues et lui se sont mis à préparer la transition dix ans à l'avance.

Pour ce faire, ils ont embauché un professeur à HEC afin de "gérer le côté humain, qui est le plus grand défi : faire accepter à chacun son rôle et son statut", et un avocat fiscaliste pour l'aspect financier.

"On s'adressait à des jeunes, poursuit-il, donc on savait qu'ils n'avaient pas les moyens de racheter les actions et qu'il faudrait utiliser les profits de l'entreprise pour financer ce processus." L'objectif des cédants, qui s'appuyaient déjà sur ce principe, était de former une équipe dirigeante pour pérenniser la conduite collégiale de la société.

Parmi les cadres prometteurs de l'entreprise, une quinzaine ont été sélectionnés. L'objectif : tester leur engagement dans la société et leurs aptitudes. Naturellement, cinq personnalités se sont distinguées. À une exception près, elles dirigent Supermétal aujourd'hui.

Pendant dix ans, tout en acquérant des parts, les membres de la relève ont appris à se connaître et à gérer les différents aspects de l'entreprise selon diverses méthodes (apprentissage en action, compagnonnage). Cela a permis de créer une "chimie", au dire du fils de Jacques Blouin, Jean-François, 32 ans, directeur général pendant trois ans et président depuis l'année dernière.

Puis, peu à peu, les anciens ont transféré leurs responsabilités aux jeunes. "Ce n'est pas évident, reconnaît Jean-François Blouin, car les cédants veulent partir à une date précise à la retraite sans savoir si les jeunes seront prêts et, du côté de la relève, si le processus s'étire trop, on se décourage."

Chez Supermétal, les anciens ont su partir au bon moment, comme André Bouchard à la retraite depuis un an, ou rester pour accompagner la relève encore, comme Jacques Blouin, 60 ans, qui s'en ira lorsque la reprise économique sera totale.

Il va déjà falloir penser à la succession, car, dans le groupe de dirigeants, si le plus jeune a 32 ans, le plus âgé approche de la cinquantaine. Dans ce futur processus, les cinq dirigeants sont bien déterminés à faire preuve des mêmes qualités que leurs prédécesseurs.

À la une

Les vendredis au bureau sont-ils morts?

Il y a 44 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «J'aimerais télétravailler les vendredis. Mais j'ai peur que les patrons prennent ça pour un caprice.»

Bourse: l'immobilier résidentiel américain reste attrayant

Il y a 44 minutes | Denis Lalonde

BALADO. L'immobilier résidentiel américain recèle un bon potentiel de croissance à long terme, dit François Rochon.

Immobilier: la correction historique aura-t-elle lieu?

17/08/2022 | Jean Sasseville

BLOGUE INVITÉ. En tant que courtier immobilier, j’observe de la surenchère, mais le nombre de cas est en diminution.