L'intelligence artificielle sera de plus en plus utilisée dans les ministères

Publié le 29/02/2024 à 14:27, mis à jour le 29/02/2024 à 16:55

L'intelligence artificielle sera de plus en plus utilisée dans les ministères

Publié le 29/02/2024 à 14:27, mis à jour le 29/02/2024 à 16:55

Par La Presse Canadienne

Avec l’arrivée de l’IA, moins de fonctionnaires seront nécessaires, a reconnu Éric Caire. (Photo: La Presse Canadienne)

Québec — L’intelligence artificielle (IA) sera de plus en plus utilisée dans les ministères, où plusieurs postes pourraient d’ailleurs disparaître.

C’est ce qu’a déclaré jeudi le ministre de la Cybersécurité et du Numérique, Éric Caire, en conférence de presse à Québec. Il donnait suite au rapport du Conseil de l’innovation déposé le 5 février dernier.

Le rapport «Prêt pour l’IA» recommande de lancer «sans tarder» les travaux qui mèneront à l’adoption d’une loi-cadre dédiée à encadrer le développement et le déploiement de l’IA dans la société.

Même si le gouvernement réfléchit toujours à la façon d’encadrer ce secteur, il déploiera d’ici la fin du printemps trois projets-pilotes d’intégration de l’IA, a annoncé M. Caire.

Il souhaite automatiser le traitement des formulaires d’assurances des fonctionnaires, ainsi que le processus de facturation, en plus de créer un agent conversationnel (chatbot) sur le portail de données ouvertes «Données Québec».

Si le projet pilote est concluant, ce chatbot pourrait faire son apparition sur d’autres sites gouvernementaux.

C’est que les processus «répétitifs, à faible valeur ajoutée» peuvent être automatisés pour «libérer les employés» qui se consacreront à des tâches «de plus grande valeur», a expliqué Sarah Gagnon-Turcotte, du Centre d’expertise en intelligence artificielle du gouvernement.

«Moi, j’appelle ça le grand chantier de l’efficience gouvernementale», a déclaré le ministre Caire, qui est intimement lié à ce qu’il qualifiait lui-même l’an dernier de «fiasco» du lancement de SAAQclic.

«Je comprends que SAAQclic a frappé l’imaginaire, s’est-il défendu, jeudi. Je suis tout à fait conscient du dommage réputationnel que cette histoire-là a causé au gouvernement du Québec.

«Mais, ce que je veux dire aux citoyens, c’est que le gouvernement du Québec, quand on regarde l’ensemble de ce qui s’y fait, a fait la démonstration qu’il est tout à fait capable de livrer des projets d’envergure», a-t-il ajouté.

5000 postes

Le recours à l’IA risque d’entraîner une «diminution des postes», reconnaît Éric Caire, qui y voit même une façon pour la Coalition avenir Québec (CAQ) de remplir sa promesse électorale de 2018 de couper 5000 postes dans la fonction publique.

Six ans plus tard, le gouvernement de la CAQ n’a toujours pas atteint cet objectif.

«C’est certain que l’intégration de l’IA, ça va bouleverser le portrait du travail au Québec et au gouvernement du Québec», a prévenu M. Caire, jeudi.

«Vous le savez, c’est une promesse de notre gouvernement de réduire la taille de l’État de 5000 postes. On pense que dans les prochaines années, c’est 20 000 départs à la retraite qu’il va y avoir.

«On est tout à fait capable de concilier l’intégration de l’IA, notre capacité à accompagner nos employés dans cette transition-là de façon respectueuse […] et, par l’attrition, diminuer le nombre de postes selon la promesse que nous avons faite», a-t-il soutenu.

Si la réduction du nombre de postes de fonctionnaires «peut faire partie des conséquences» du chantier de l’intelligence artificielle, «ce n’est pas l’objectif principal», a nuancé M. Caire.

Par ailleurs, selon lui, il est possible de réduire la taille de l’État grâce à l’IA sans nuire aux services publics. «L’idée, ce n’est pas de fermer des comptoirs de services», a-t-il dit.

Caroline Plante, La Presse Canadienne

 

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

À la une

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.