Sirois : le rendement ne doit plus obséder les fonds de retraite

Publié le 11/11/2009 à 07:33

Sirois : le rendement ne doit plus obséder les fonds de retraite

Publié le 11/11/2009 à 07:33

Par La Presse Canadienne

Les caisses de retraite doivent établir des cibles de rendement réalistes et adaptées à leurs propres besoins plutôt que d'être obnubilées par la performance de leurs pairs, a soutenu mardi l'entrepreneur Charles Sirois, président de la firme d'investissement Télésystème.

"Ce n'est pas vrai que lorsqu'on gère des sommes de capital gigantesques, on peut s'attendre à aller chercher des rendements de 10-12 pour cent alors que l'inflation est de deux pour cent à long terme. Je regrette, c'est impossible. L'économie réelle ne peut pas supporter ce type d'écart-là, sauf si on prend des risques énormes et qu'on accepte une variabilité énorme (des résultats)", a déclaré M. Sirois à la tribune de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

"Un fonds de pension devrait avoir des attentes d'un certain taux de rendement en haut de l'inflation, a-t-il ajouté. Je ne pense pas qu'un fonds de pension devrait dire 'je dois être premier quartile' ou quoi que ce soit."

Le président du conseil d'administration de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Robert Tessier, a assisté au discours de Charles Sirois et n'a rien dit pour le contredire.

"Je pense que comme tout le monde, l'obsession, maintenant, c'est de suivre de très près ce que ceux qui déposent veulent et ont besoin", a-t-il admis.

La Caisse s'est fixé un objectif de rendement à long terme "d'environ sept pour cent". Depuis sa création, en 1966, elle a enregistré un rendement annuel moyen de 8,3 pour cent, même en tenant compte de la chute de 25 pour cent de la valeur de ses investissements, en 2008, attribuable en partie à des placements risqués.

M. Sirois a souligné que les petits investisseurs devaient eux aussi modérer leurs attentes de rendement, puisque dans certains cas, elles sont devenues "disproportionnées". Il faut également allonger les horizons de placement, selon lui.

Crise financière

Faisant l'autopsie de la crise financière qui a éclaté l'an dernier, l'ancien président de Téléglobe et de Microcell (Fido) a par ailleurs formulé quelques suggestions pour repartir sur de meilleures bases.

Il prône notamment un encadrement plus serré de l'effet de levier (emprunter pour investir), l'imposition de limites sur la variation des cours de certains produits financiers afin d'en réduire la volatilité et l'adoption de nouvelles règles sur les ventes à découvert.

Le plus important, c'est que le secteur financier se remette au service de l'économie réelle, plutôt que l'inverse, a-t-il rappelé, en mettant toutefois en garde contre la "surréglementation".

Président du conseil d'administration de la Banque CIBC (TSX:CM) depuis février, Charles Sirois a assuré que le mouton noir de l'industrie avait "appris beaucoup" de ses mauvaises expériences, notamment son incursion coûteuse dans le secteur du courtage aux Etats-Unis.

La CIBC revient désormais "au métier de base des banques: amasser l'épargne et s'assurer qu'elle soit distribuée dans l'économie réelle à tous les niveaux", a expliqué M. Sirois.

Pour Télésystème, la crise financière aura eu du bon: libre de dette, l'entreprise a pu profiter de la récession pour multiplier ses investissements.

Bien sûr, dans le domaine du capital-risque, les attentes de rendement doivent être plus élevées que pour les caisses de retraite ou les particuliers afin de tenir compte de la difficulté de lancer de nouvelles entreprises, a fait remarquer Charles Sirois.

Interrogé à propos de son ancien terrain de jeu, les télécommunications, le dirigeant a dit voir d'un très bon oeil l'arrivée de nouveaux concurrents dans la téléphonie sans fil, dont Vidéotron. A ses yeux, les tarifs ne pourront que baisser.

"Il y a définitivement un manque de concurrence, a-t-il commenté. Comme consommateurs, on paie très cher."

À la une

Aidez votre personnel noir à prendre soin de sa santé mentale

Mis à jour il y a 38 minutes | Camille Robillard

LA BOÎTE À EDI. Saviez-vous que vos employés noirs n’utilisent probablement pas vos en santé mentale?

Les salaires des patrons américains grimpent, avec la bénédiction des actionnaires

Mis à jour il y a 30 minutes | AFP

Entre 2017 et 2023, la rémunération médiane d'un dirigeant du S&P 500 a progressé de près de 40%.

Adidas: enquête «approfondie» sur des allégations de corruption en Chine

Il y a 59 minutes | AFP

Une vaste affaire de corruption présumée en Chine est évaluée à plusieurs millions d'euros et implique des employés.