Développement durable: quels risques court votre PME en ne faisant rien?

Publié le 23/01/2024 à 11:00

Développement durable: quels risques court votre PME en ne faisant rien?

Publié le 23/01/2024 à 11:00

Par Magali Depras

Ne laissez pas d'excellents candidats vous fuir ou choisir votre concurrent parce que vous n'avez pas une bonne stratégie de l’entreprise en matière de diversité et d’engagement environnemental! (Photo: 123RF)

EXPERTE INVITÉE. Pas une semaine sans que l’on entende parler de changement climatique, d’économie circulaire, de diversité et d’inclusion, ou d’approvisionnement responsable. Les salariés s’attendent à ce que leur employeur s’engage sur ces sujets. Les grandes entreprises, clientes des PME, prennent des engagements ambitieux et sollicitent leurs fournisseurs pour les aider dans l’atteinte de leurs objectifs. Dans ce contexte, quels sont les risques de l’inaction pour une PME et quelles sont les occasions à saisir grâce à des pratiques d’affaires plus durables?

Bonne et heureuse année à toutes et à tous! C’est un plaisir de vous rejoindre grâce à ce premier texte et de traiter d’un sujet qui me tient à cœur: le développement durable et son intégration au cœur des stratégies d’affaires. Merci à toute l’équipe de Les Affaires pour cette invitation!

Durant plus de 25 années passées dans l’industrie manufacturière, j’ai vu les questions environnementales, sociales et de gouvernance, ce que l’on appelle communément l’ESG, prendre peu à peu leur place dans les discussions. Cependant, ces sujets sont souvent considérés comme secondaires. Il y a d’autres priorités urgentes et ces initiatives se retrouvent en bout de liste. En tant que dirigeant, on se demande quel sera le coût de ces projets et s’ils créeront de la valeur pour l’entreprise.

Alors, pourquoi parle-t-on autant d’ESG et de développement durable? Et pourquoi les dirigeants devraient s’y intéresser de plus près?

 

Au-delà du cadre règlementaire

Il y a bien entendu les lois que les entreprises sont tenues de respecter. On parle de permis d’opérer. C’est le cas avec la loi sur la qualité de l’environnement, la loi sur la parité salariale ou encore celle sur la lutte contre le travail forcé et le travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement. Les entreprises doivent s’y conformer et démontrer leurs bonnes pratiques pour poursuivre leurs activités et ne pas être pénalisées.

Mais au-delà du caractère règlementaire, pourquoi autant d’entreprises de toutes tailles s’engagent-elles dans des démarches volontaires et qu’ont-elles à y gagner?

La clé réside dans la gestion des relations de l’entreprise avec ses principales parties prenantes et la compréhension de leurs besoins. Parlons des employés et des clients à travers deux cas fictifs.

 

Attractivité et rétention

Martin, président d’une PME montréalaise du secteur agroalimentaire, recherche de la main-d’œuvre qualifiée et a plusieurs postes vacants depuis plusieurs mois. Lors d’une rencontre avec sa directrice des ressources humaines, il apprend que les candidats et les candidates posent des questions sur la stratégie de l’entreprise en matière de diversité et d’engagement environnemental. Il semblerait que certains candidats aient finalement choisi de travailler pour un concurrent qui communique davantage sur ces sujets et répondait mieux à leurs attentes.

Ces situations fréquentes amènent les équipes des ressources humaines à un constat: les questions sociales et environnementales jouent un rôle non négligeable dans l’attractivité et dans la marque employeur.

Les nouvelles générations ont des attentes plus élevées que leurs prédécesseurs par rapport à la mission et au positionnement de leur entreprise.

Selon l’Enquête auprès des entreprises familiales 2023 — Perspectives canadiennes | PwC Canada, 48% des employés déclarent que la transparence de leur entreprise sur les questions environnementales telles que le changement climatique est très ou extrêmement importante.

56% estiment que la transparence de leur employeur sur son bilan en matière de diversité et d'inclusion est très ou extrêmement importante. 

On connait le lien étroit entre la motivation des employés et la performance. Grâce à l’intégration des questions ESG dans sa stratégie, la PME de Martin bénéficiera d’une meilleure image et d’un taux de rétention supérieur. Ses employés se surpasseront davantage parce qu’ils se retrouveront dans les valeurs et les ambitions de leur entreprise!

 

Répondre aux attentes de ses clients

Lucie est directrice commerciale dans une PME manufacturière en Estrie. Un de ses principaux clients la contacte et lui demande si son entreprise a établi des cibles de réduction de gaz à effet de serre. Lucie est bien en peine de répondre à son client. Elle ne connaît pas les initiatives prises dans ce domaine et n’a aucune information pour répondre à ce type de questions.

Des situations comme celles-ci arrivent fréquemment! Les équipes commerciales reçoivent des questionnaires ESG de plus en plus détaillés de la part de leurs clients. La démarche est parfois sous-traitée à des plateformes d’évaluation des fournisseurs. Ignorer ces questions, c’est prendre le risque d’être mal positionné par rapport à un concurrent mieux préparé et à l’affût de nouvelles occasions d’affaires.

Il faut savoir que de nombreuses entreprises publiques se sont fixé des objectifs ambitieux en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Leurs achats de matières premières constituent une part non négligeable de leur empreinte carbone totale. C’est la raison pour laquelle elles se tournent vers leurs fournisseurs pour les aider dans l’atteinte de leurs objectifs.

Dans le cas de Lucie, il serait important de remonter l’information à sa direction générale. L’entreprise pourrait faire un premier état des lieux de ce qui est déjà existant ou non. Les usines prennent souvent des initiatives en matière d’efficacité manufacturière qui leur permettent de réduire leurs coûts opérationnels. Ce qu’on oublie souvent, c’est que ces initiatives peuvent participer aux objectifs environnementaux de leurs clients. Il s’agira donc de coordonner et d’aligner les équipes derrière une vision et des indicateurs de performance ESG clairs.

Le client de Lucie appréciera de savoir que son fournisseur a entendu sa demande et qu’il est passé à l’acte. Cela va renforcer sa confiance et pourrait aboutir à de nouvelles occasions d’affaires.

De nombreuses études démontrent d’ailleurs que les entreprises qui ont intégré le développement durable et l’ESG dans leurs stratégies performent mieux et obtiennent de meilleurs résultats que les autres.

Alors, lancez-vous! Profitez de ce début d’année pour entamer une réflexion avec vos équipes et vos clients. Vous avez tout à y gagner!

Sur le même sujet

À la une

L'Iran a lancé une attaque de drones contre Israël

18:07 | AFP

L’Iran a juré de «punir» Israël après une frappe le 1er avril contre son consulat à Damas.

Justin Trudeau sur l'Iran: «Nous soutenons le droit d'Israël de se défendre»

Il y a 35 minutes | La Presse Canadienne

Israël a fermé son espace aérien samedi en prévision des attaques iraniennes.

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.