La Caisse de dépôt et placement du Québec veut sortir du pétrole en 2022

Publié le 28/09/2021 à 10:21

La Caisse de dépôt et placement du Québec veut sortir du pétrole en 2022

Publié le 28/09/2021 à 10:21

Par La Presse Canadienne

L’institution a aussi bonifié certaines cibles fixées par sa première stratégie climatique en 2017. (Photo: La Presse Canadienne)

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) veut sortir de la production de pétrole d’ici la fin de l’année 2022 et consacrera une enveloppe de 10 milliards $ en vue de décarboner les secteurs industriels émetteurs de carbone. 

Le bas de laine des Québécois en a fait l’annonce mardi dans le cadre du dévoilement de sa stratégie climatique 2021. L’institution a aussi bonifié certaines cibles fixées par sa première stratégie climatique en 2017. 

En 2017, la Caisse voulait réduire l’intensité carbone du portefeuille de 25% par dollar investi, pour la période de 2017 à 2025. Elle a déjà dépassé son objectif avec une réduction de 38% en date de 2020. Elle se donne maintenant l’objectif de le réduire de 60% d’ici 2030 par rapport au seuil de 2017.

 

À (re)lire: La chute du prix du pétrole: un impact minime sur le Québec

 

Le portefeuille de la Caisse comprend 36 milliards $ en actifs sobres en carbone. Elle veut l’amener à une valeur de 54 milliards $ d’ici 2025, ce qui représenterait le triple de ce qu’elle détenait en 2017.  

«Avec cette nouvelle stratégie, nous démontrons notre leadership en tant qu’investisseurs et nous franchissons la prochaine étape de l’investissement climatique, dit Charles Emond, président et chef de la direction de la CDPQ, dans un communiqué. C’est dans l’intérêt de nos déposants, de nos entreprises en portefeuille et des communautés dans lesquelles nous investissons.»

Les pétrolières représentent encore 1% du portefeuille de la Caisse, a précisé l’institution dans un communiqué. Cela représenterait 3,9 milliards $, en prenant la taille de l’actif net en date du 30 juin dernier. 

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…