Impôts: fin de la méthode simplifiée pour le télétravail

Publié le 04/04/2024 à 17:30

Impôts: fin de la méthode simplifiée pour le télétravail

Publié le 04/04/2024 à 17:30

Par Charles Poulin

(Photo: 123RF)

IL ÉTAIT UNE FOIS... VOS FINANCES, la rubrique où ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'argent... ou presque! 


Il est terminé, le temps de la méthode simplifiée. Pour votre déclaration de revenus 2023, il faudra désormais vous en remettre à la méthode détaillée si vous voulez réclamer vos dépenses liées à votre bureau à la maison.

Les gouvernements ont en effet mis fin à la méthode simplifiée, qui avait été ajoutée pour déduire ses dépenses de télétravail pendant la pandémie. Si vous pouviez simplement appliquer la somme de 2$ pour un maximum de 180 jours (soit 360 $) pour l’année d’imposition 2022 sans calcul ou présentation de factures, c’est impossible de le faire pour l’année 2023.

C’est donc dire que pour qu’un salarié puisse bénéficier de déductions liées au télétravail, il faudra que l’employeur ait rempli les formulaires nécessaires, soit le T2200 (au fédéral) et le TP-64.3 (au provincial) sur les conditions générales d’emploi. Sans eux, pas de déductions possibles.

«Ce n’est pas une mauvaise chose, souligne Yannick Lemay, spécialiste en formation chez H&R Block. Certains préféraient la méthode détaillée même pendant la pandémie parce qu’ils pouvaient déduire plus de choses. Par contre, ça demande plus d’efforts. Il faut calculer les dépenses et accumuler les factures.»Attention, remarque toutefois la cheffe de pratique à la planification financière et à la fiscalité à la Financière des professionnels, Anik Bougie. Si les employeurs doivent avoir émis T4 et Relevé 1 pour la fin de février, il n’y a pas de délai prescrit pour émettre les deux formulaires de conditions générales d’emploi. Si l’employeur ne les lui remet pas ou encore s’il doit remplir sa déclaration de revenus rapidement, l’employé devra probablement faire des démarches pour l’obtenir.

 

Entente verbale

Il y a une différence majeure avec la méthode détaillée d’avant-COVID, indique Anik Bougie. «Auparavant, pour être admissible aux déductions, il fallait que le télétravail fasse partie du contrat de travail, précise-t-elle. Mais en 2023, si vous avez volontairement conclu une entente avec votre employeur, elle n’a pas besoin d’être détaillée par écrit. Si l’accord est verbal, il satisfait le critère d’admissibilité.»

 

Autres critères

Pour pouvoir récupérer certaines dépenses engagées au cours de l’année 2023, il ne faut pas seulement avoir une entente et les formulaires en main.

Il faut bien évidemment avoir travaillé de la maison. Il faut ainsi avoir passé au moins 50% de son temps en télétravail, ou encore avoir un espace désigné à la maison ET y recevoir des clients ou des fournisseurs de façon régulière, explique Yannick Lemay. «Les dépenses soumises dans votre déclaration de revenus devront aussi avoir été engagées pour le travail», ajoute Anik Bougie.

 

Ce qui est déductible

Reste ensuite à déterminer quelles dépenses vous pouvez réclamer et dans quelles proportions.

L’Agence du revenu du Canada (ARC) indique que l’électricité, le chauffage, l’eau, la partie des services publics contenue dans vos frais de copropriété, les frais d’accès Internet, l’entretien et les réparations mineures, certaines fournitures de bureau ainsi que le loyer payé sont déductibles.

Pour les employés à commission, on ajoute l’assurance habitation, les impôts fonciers ainsi que la location d’un téléphone cellulaire, d’un ordinateur, d’une tablette et d’un télécopieur (finalement, toute location qui est raisonnablement liée aux revenus de commission).

Yannick Lemay et Anik Bougie préviennent que ce n’est pas la facture entière qui sera déductible. Il faut calculer le pourcentage d’utilisation de vos outils (Internet ou téléphone cellulaire, par exemple) pour le travail et pour votre vie personnelle ainsi que le pourcentage d’aire de travail (votre bureau) par rapport à votre domicile en entier.

«Pour chacune des dépenses, mieux vaut être minutieux pour ce qu’on réclame, note Yannick Lemay. Il faut prendre une portion raisonnable et être en mesure de la justifier.»

 

Ce qui ne l’est pas

Parmi les dépenses qu’on ne peut réclamer, l’ARC mentionne les intérêts et les paiements hypothécaires, les frais de raccordement à Internet, le mobilier, les dépenses en capital ainsi que la décoration murale.

 

Couple qui travaille à distance

Si vous et votre conjoint(e) travaillez tous deux à domicile ? L’ARC affirme que si certaines dépenses sont comptabilisées personnellement (le cellulaire pour chaque membre du couple, par exemple), d’autres devront être partagées, comme le loyer.

 

Cet article a initialement été publié dans l'édition papier du journal Les Affaires du 20 mars.

 

 

Inscrivez-vous à notre infolettre thématique:

Finances personnelles — Tous les vendredis

Inspirez-vous des conseils de nos experts en planification financière et de toutes les nouvelles pouvant affecter la gestion de votre patrimoine.

Sur le même sujet

La taxe fédérale sur l'investissement

Mis à jour à 07:36 | Daniel Dufort

EXPERT INVITÉ. La ligne qui nous sépare de la confiscation pure et simple est parfois bien mince.

Les conservateurs votent contre la hausse d'impôt sur le gain en capital

Mis à jour le 11/06/2024 | La Presse Canadienne

Les conservateurs affirment qu'ils s'opposeront aux nouvelles mesures fiscales présentées dans le budget libéral.

À la une

Réglementation des logiciels utilisant l’IA

EXPERT INVITÉ. Quelles seront les conséquences sur l’innovation?

Ottawa ne veut pas dire si les entreprises d'IA paieront des redevances aux médias

Pascale St-Onge affirme qu'il appartiendra au CRTC de déterminer si les entreprises d'IA reprennent les informations.

L’IA peut rendre l’agriculture plus efficace, disent des experts

Il y a 42 minutes | La Presse Canadienne

Les agriculteurs ont déjà adopté des technologies telles que les drones et les capteurs pour les aider dans des tâches.