Rebond boursier : attention à la tentation

Publié le 01/12/2009 à 14:20

Rebond boursier : attention à la tentation

Publié le 01/12/2009 à 14:20

De nombreux titres prometteurs peuvent disparaître. Photo : Bloomberg

Chronique. Le rebond boursier des derniers mois a fait renaître la spéculation sur les marchés. Plusieurs titres peu recommandables attirent des investisseurs enthousiastes qui pourraient le regretter.

VIDÉO : Des titres à éviter sur les marchés

Si vous consultez la liste des titres canadiens qui atteignent présentement de nouveaux sommets, vous constaterez que plusieurs d'entre eux sont de petites sociétés. Nombre de ces titres ont triplé, voire quintuplé depuis leur creux. Il faut dire que le marché baissier a dévalué ces titres.

Leur rebond attire les spéculateurs, qui voient leur rendement boursier comme une preuve de leur potentiel. C'est un leurre. Bien des investisseurs ont de la difficulté à comprendre qu'une entreprise qui compte sur un produit prometteur ou une technologie révolutionnaire n'est pas nécessairement un bon placement boursier.

Depuis plus de 20 ans, j'ai vu de nombreux titres prometteurs disparaître.

Je ne nie pas le rôle joué par ces petites sociétés. Elles créent de l'emploi, sont des facteurs de changement et contribuent à l'avancement de la société. Mais ce sont des éléments secondaires pour l'investisseur sérieux, qui recherche des placements solides, rentables et peu risqués.

Attention aux belles histoires

Je sais qu'il est difficile de résister à une " belle histoire " comme la suivante. Votre voisin vous parle en bien d'ABC, une société qui a mis au point un produit révolutionnaire. " Je connais quelqu'un qui connaît le président et ce dernier lui a révélé qu'il était sur le point de décrocher un important contrat ", vous révèle votre voisin.

Par respect, vous l'écoutez; ensuite, par curiosité, vous consultez le site Internet de l'entreprise. Et vous êtes séduit...

Vous investissez 5 000 $ dans le titre qui s'échange alors à 0,55 $. Vous suivez chaque jour son rendement, voire d'heure en heure. Le titre atteint 3 $ et vous avez presque multiplié par six votre mise. Wow ! Vous êtes un génie du placement.

Vous êtes tenté de le vendre, mais vous consultez d'abord votre voisin. Il vous dit que la société ne fait que commencer à croître, que le potentiel de gain reste extraordinaire.

Puis se produit un déclic : vous sentez que vous pouvez faire fortune. Plutôt que de vendre vos actions, vous en achetez d'autres. Vous investissez donc une grande partie de votre épargne dans ce futur Google !

Le titre poursuit son ascension, et vous commencez à rêver d'une villa en Italie....

Sauf que le marché boursier commence à connaître des soubresauts. La Bourse baisse, et entraîne dans sa chute le titre d'ABC. Cependant, votre voisin vous rassure : " C'est une bonne occasion d'acheter d'autres actions de l'entreprise. "

Mais le titre continue à chuter, les contrats promis par les dirigeants d'ABC ne se matérialisent pas, et votre voisin semble vous éviter.

Vous vous promettez alors de vendre vos actions lorsqu'elles auront rebondi à un niveau raisonnable. Sauf que le marché boursier ne suit pas, et trois ans plus tard, le titre est à 0,10 $. Vous avez perdu une grande partie de votre épargne et vous concluez qu'investir à la Bourse est de la folie.

Fixez-vous des exigences de rendement

Vous croyez que je fabule ? Que non ! L'histoire boursière est remplie de cas semblables.

Comment éviter de tomber dans un tel piège ? En achetant uniquement les titres d'entreprises qui ont démontré que leur modèle est rentable. Donnez-vous des exigences minimales de placement. Par exemple, exigez que toutes les entreprises dans lesquelles vous investissez aient dégagé un bénéfice à au moins cinq reprises au cours des sept dernières années. De cette façon, vous éliminez une bonne partie des titres aux apparences faussement prometteuses.

À la une

Réglementation des logiciels utilisant l’IA

EXPERT INVITÉ. Quels seront les conséquences sur l’innovation?

Ottawa ne veut pas dire si les entreprises d'IA paieront des redevances aux médias

Il y a 18 minutes | La Presse Canadienne

Pascale St-Onge affirme qu'il appartiendra au CRTC de déterminer si les entreprises d'IA reprennent les informations.

Aidez votre personnel noir à prendre soin de sa santé mentale

Mis à jour à 11:58 | Camille Robillard

LA BOÎTE À EDI. Saviez-vous que vos employés noirs n’utilisent probablement pas vos en santé mentale?