Ottawa s'intéresse à l'idée d'utiliser le REER pour acheter une entreprise

Publié le 20/01/2011 à 16:03

Ottawa s'intéresse à l'idée d'utiliser le REER pour acheter une entreprise

Publié le 20/01/2011 à 16:03

Par lesaffaires.com

Ottawa s'intéresse à l'idée d'utiliser le REER pour l'achat d'une première entreprise. C’est du moins ce qu’a laissé entendre Michael Ignatieff, le chef du Parti libéral du Canada lors d’une allocution devant les membres du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec.

Selon le Regroupement, M. Ignatieff a manifesté de l’intérêt à mettre en place une politique qui permettrait d'utiliser les fonds détenus dans un REER pour financer l'acquisition d'une première entreprise.

Il s’agirait du Régime d'accession à l'entrepreneuriat (RAE), une mesure proposé par le Regroupement depuis février 2010.

Compte tenu de la situation préoccupante de l'entrepreneuriat et du faible accès au capital de risque, M. Ignatieff a souligné qu’il s’agissait d'une idée originale.

« D'ici dix ans, la relève du monde des affaires sera confrontée à d'importants défis, et les décisions et les actions des entrepreneurs auront des impacts importants sur l'économie canadienne, a déclaré dit M. Ignatieff. La relève d'affaires devra non seulement être prête, elle aura besoin d'outils comme le Régime d'accession à l'entrepreneuriat. »

Fondé en 1992, le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec représente 7000 professionnels québécois de 18 à 40 ans.

À la une

Bourse: Toronto clôture en hausse de plus de 150 points, Wall Street fermée

Mis à jour le 04/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. À Wall Street, les marchés étaient fermés en raison de la fête nationale des États-Unis.

À surveiller: Alimentation Couche-Tard, Shopify et Quincaillerie Richelieu

04/07/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Shopify et Quincaillerie Richelieu ? Voici quelques recommandations.

Les fondations doivent-elles planifier leur disparition?

Édition du 11 Mai 2022 | Maxime Bilodeau

PHILANTHROPIE. «Est-ce qu’on y gagnerait davantage collectivement si les fondations acceptaient de mourir?»