Optimiser ses pages Web pour alimenter sa croissance

Publié le 18/12/2015 à 15:27

Optimiser ses pages Web pour alimenter sa croissance

Publié le 18/12/2015 à 15:27

Avoir du trafic sur son site Web, c’est bien. Mais comment maximiser le pourcentage de ces visiteurs qui achètent nos produits ou services?

« C’est crucial de bien mesurer ses taux de conversion et de mettre en place les stratégies pour les augmenter, afin de rentabiliser le trafic sur un site Web. Pourtant, très peu de PME le font », note Julian Jimenez Grenon, stratège Web et cofondateur de l’agence Oolong Media, installée à Québec.

Retour à L'observatoire de la croissance

La fameuse conversion, c’est le pourcentage des visiteurs d’un site qui font un achat ou posent un geste en vue d’obtenir un service (soumission en ligne, demande d’informations, etc.). Pour Julian Grenon, il ne s’agit pas seulement de mesurer les conversions sur le site Web, mais aussi via les différents canaux générant le trafic. Quelles annonces, liens ou campagnes apportent des visiteurs sérieux, qui souhaitent acheter ?

« Chaque canal offre des taux de conversion différents, que ce soit une campagne sur Facebook, une annonce sur un site ou un référencement Google, note Julian Grenon. C’est une donnée importante pour calculer combien ça coûte à l’entreprise de générer une conversion. »

Des tests payants

Optimiser les pages de son site Web peut augmenter le taux de conversion et donc les ventes. Pour y arriver, il faut tester ces pages auprès des utilisateurs.

« Les tests A/B et les tests multivariés sont des outils efficaces pour développer une bonne page Web », note Simon Éthier, directeur stratégie numérique chez Adviso.

Dans un test A/B, on fait deux versions d’une page, que l’on teste ensuite à l’insu des visiteurs. On peut alors mesurer laquelle offre davantage de conversions.

« Dans un test multivarié, plutôt que de tester des versions différentes de pages, on testera plutôt des versions d’éléments dans une page, explique Simon Éthier. Par exemple, on pourrait développer cinq versions du bouton d’appel à l’action et de l’affichage du prix, en essayant différentes combinaisons. »

Cette formule procure des résultats plus raffinés que les tests A/B. « Il ne s’agit pas seulement de savoir quelle page fonctionne le mieux, poursuit-il, mais pourquoi elle fonctionne mieux. »

Des outils comme Optimizely ou Visual Website Optomizer peuvent être utilisés ; Google Analytics et Adobe Analytics comportent aussi des options de tests, quoiqu’un peu plus limitées. Le coût de l’opération variera de quelques centaines à quelques milliers de dollars, selon le nombre de pages et le degré de sophistication des tests.

Attention : il ne faut pas s’emballer à la moindre hausse du taux de conversion. Il vaut mieux plutôt tenir compte du coût global du changement dans la page. Si un entrepreneur a une boutique en ligne et qu’il doit changer plusieurs dizaines ou centaines de pages de produits, il doit calculer si le gain en conversion en vaudra la peine.

De même, il faut s’assurer que la hausse du taux de conversion ne se fait pas au détriment d’autres indicateurs de performance. Si les prix sont réduits sur une page Web, il y a de fortes chances que les ventes augmentent... mais que cela affecte, en bout de ligne, la marge de profit. À moins de miser sur de forts volumes, ce n’est généralement pas le but recherché !

À la une

La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 350 points

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine aussi dans le rouge, déprimée par les taux obligataires.

Bourse: les gagnants et les perdants du 29 mai

Mis à jour à 17:44 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard

Que faire avec les titres de Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard? Voici des recommandations d’analystes