Un taux de change très avantageux pour Montréal


Édition du 20 Septembre 2023

Un taux de change très avantageux pour Montréal


Édition du 20 Septembre 2023

Par Claudine Hébert

Montréal détient encore une aura de ville sécuritaire que plusieurs destinations américaines sont en voie de perdre. (Photo: courtoisie)

RÉUNIONS ET CONGRÈS.  Le taux de change a toujours joué en faveur de Montréal lorsqu’il s’agit d’attirer des événements associatifs américains. « C’est encore plus vrai dans le contexte économique actuel », signale Mylène Gagnon, vice-présidente aux ventes et au service aux congrès à Tourisme Montréal. Cela dit, la sécurité dans son centre-ville devient un défi de taille.

Il suffit que l’organisation américaine hésite entre une destination chez l’Oncle Sam et à Montréal pour que l’équipe de Mylène Gagnon glisse dans la discussion l’avantage non négligeable d’un taux de change à plus de 35 % entre les deux devises. « Cet argument de taille fonctionne assez bien ces temps-ci », ajoute la gestionnaire, chiffres à l’appui. Depuis la reprise des activités en tourisme d’affaires en avril 2022, Montréal a été l’hôte de 97 petits et grands événements de nature américaine. Et l’année 2024 s’annonce faste, soulève-t-elle.

Parmi ces rendez-vous américains, notons la visite de quelque 500 planificateurs membres du Professionnal Convention Management Association en juin dernier. La prestigieuse association nord-américaine, qui se consacre au tourisme d’affaires, a tenu, pour la toute première fois, son rassemblement annuel, EduCon, à Montréal. « Plus de 35 % des planificateurs ayant participé au rendez-vous nous ont indiqué qu’ils nous contacteraient au cours des prochaines semaines pour un éventuel congrès ou un autre événement d’affaires », indique Mylène Gagnon. Tourisme Montréal a déjà reçu trois occasions d’affaires pour des congrès comptant de 1500 à 3000 délégués, précise-t-elle.

Sans être un facteur à proprement dit financier, la présence d’hôtels de grandes marques américaines, telles que Marriott, Hilton, IHG, Hyatt, y compris Fairmont, qui appartient au groupe français Accor (ces grandes chaînes représentent près d’une trentaine d’établissements sur le territoire montréalais) constitue, elle aussi, un élément qui séduit les associations du pays voisin. « En fait, ces hôtels 4 et 5 étoiles ont pour effet de rassurer les organisations ayant l’impression de se retrouver en terrain connu », observe Mylène Gagnon.

 

Un centre-ville qui se dégrade?

Montréal détient encore une aura de ville sécuritaire que plusieurs destinations américaines sont en voie de perdre. Si ce n’est pas déjà fait. En juin dernier, les médias de la ville de San Francisco ont largement parlé des annulations de trois grands rendez-vous devant avoir lieu en 2024 et 2025, soit les congrès de Meta et deux rendez-vous de Red Hat, une filiale d’IBM. De vastes rassemblements qui devaient générer plus de 56 000 nuitées dans la ville californienne.

Selon Mylène Gagnon, le centre-ville de San Francisco ainsi que plusieurs autres métropoles de la côte ouest nord-américaine deviennent des destinations que veulent éviter les organisateurs d’événements. « Même de grandes villes européennes, telles que Paris et Bruxelles, doivent se faire rassurantes auprès des organisations », avise-t-elle.

Or, Montréal n’est pas à l’abri d’une situation qui pourrait éventuellement faire fuir la visite. Depuis le début de l’été, les manchettes des médias montréalais signalent des meurtres en plein centre-ville, la présence d’itinérants à proximité et dans les couloirs du Palais des congrès et des vols de nourriture sur les terrasses dans le Village. Des incidents qui portent à réflexion, nous ont fait part quelques hôteliers du centre-ville, inquiets. « Il est certain que ces situations sont préoccupantes, des solutions devront être apportées par la Ville et le gouvernement si l’on ne veut pas se retrouver dans la même condition que d’autres cités », estime Bertil Fabre, directeur général du Centre Sheraton.

 

En haut des palmarès

Autrement, Montréal demeure première de classe dans les palmarès. Pour une sixième année consécutive (une onzième en 12 ans), l’International Meetings Statistics Report, de l’Union des associations internationales, place Montréal en première place pour l’accueil d’événements associatifs internationaux pour l’ensemble du continent américain. En 2022, ce sont 90 rendez-vous du genre qui ont eu lieu à Montréal, au Palais des congrès, mais aussi dans les hôtels et centres universitaires en ville. À l’échelle mondiale, cette performance hisse Montréal au 12e rang du classement des villes les plus populaires du monde.

Notons que Montréal a également confirmé son statut de première destination pour l’accueil des événements associatifs internationaux en Amérique du Nord, selon le classement annuel établi par l’International Congress and Convention Association. Une position de tête que Montréal détient depuis l’année 2016, conclut Mylène Gagnon.

 

 

Abonnez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

Droits de douane et baisse d’impôts sous Trump: quels seraient les effets?

Mis à jour à 13:59 | AFP

Un programme économique qui n’est pas sans risque, alors que le pays est confronté à une inflation persistante.

IA: le Canada est un leader, mais loin derrière les États-Unis

Édition du 22 Mai 2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

La main-d'oeuvre reste un défi pour les détaillants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Plus d'un poste vacant sur dix au Québec se trouve dans le secteur du commerce de détail.

Des clients avides de rabais

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent s'ajuster aux nouvelles attentes des consommateurs.