Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 29 février

Publié le 29/02/2024 à 08:18, mis à jour le 29/02/2024 à 08:25

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 29 février

Publié le 29/02/2024 à 08:18, mis à jour le 29/02/2024 à 08:25

(Photo: 123RF)

REVUES DES MARCHÉS. Les Bourses européennes avancent timidement jeudi, tournées vers les États-Unis où sera publié un indicateur d'inflation (PCE) très suivi par la banque centrale américaine (Fed) pour déterminer l'orientation de sa politique monétaire.

 

 

Les indices boursiers à 7h30

Les contrats à terme du Dow Jones lâchaient -131,00 points (-0,34%) à 38 862,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 reculaient de -14,75 points (-0,29%) à 5 066,25 points. Les contrats à terme du Nasdaq descendaient de -46,75 points (-0,26%) à 17 868,50 points.

À Londres, le FTSE 100 progressait de +22,67 points (+0,30%) à 7 647,65 points. À Paris, le CAC 40 lâchait -8,39 points (-0,11%) à 7 946,00 points. À Francfort, le DAX avançait de +68,00 points (+0,39%) à 17 669,22 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a lâché -41,84 points (-0,11%) à 39 166,19 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a descendu de -25,41 points (-0,15%) à 16 511,44 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain haussait de +0,09 $US (+0,11%) à 78,63 $US. Le baril de Brent de la mer du Nord affichait un recul de -0,10 $US (-0,12%) à 83,58 $US.

 

Le contexte

L’indice PCE, réputé pour être la mesure d’inflation préférée de la Fed, devrait réserver une «petite détérioration de l’inflation» pour le mois de janvier aux États-Unis.

«Le marché devrait pas mal bouger sur ces données américaines qui sont très importantes», estime Samy Chaar, chef économiste chez Lombard Odier.

Pour cause, à partir de mars 2022, l’institution monétaire a progressivement porté ses taux directeurs dans la fourchette de 5,25 à 5,50%, au plus haut depuis vingt ans, et les maintient à ce niveau depuis juillet, dans le but de ramener l’inflation américaine à 2%.

Depuis plusieurs mois, les observateurs des marchés sont convaincus que la prochaine étape sera d’avoir des baisses de ces taux si la trajectoire de l’inflation reste sur une tendance à la baisse.

«La Fed réduira probablement ses taux cette année, mais une réduction avant l’été ne sera pas à l’ordre du jour si l’inflation ne continue pas à diminuer», explique Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank.

Sur le marché obligataire, le taux allemand à 10 ans, qui fait référence en Europe, s’établissait à 2,49%, contre 2,46% en clôture mercredi. Le taux américain à même échéance, scruté par les investisseurs, était à 4,30% contre 4,26%.

 

Les actionnaires privés de dividendes

À Paris, le premier promoteur immobilier français Nexity chutait de plus de 22% après des résultats moins bons qu’attendu et la suppression des dividendes à ses actionnaires alors qu’il souhaitait jusque-là leur proposer un versement d’au moins 2,50 euros par action.

À Francfort, le géant de la chimie Covestro évoluait dans le rouge en première partie de séance, sanctionné pour son chiffre d’affaires en baisse de 20% et la décision du groupe de ne pas verser de dividende pour l’exercice 2023.

Les analystes de Stifel saluent toutefois «des résultats meilleurs qu’attendu et des perspectives en ligne» avec les estimations des analystes, ainsi qu’une annonce sur les dividendes «largement anticipée». Le titre s’octroyait 0,78%.

 

Le bitcoin poursuit son ascension

Le bitcoin a passé largement la barre des 60 000 dollars mercredi et poursuivait son ascension jeudi, il gagnait 3,93% à 62 930 dollars, en hausse de 48% depuis le 1er janvier.

«Cette flambée des prix est logique: l’offre est limitée, la demande explose, les vendeurs ne sont pas disposés à vendre et l’arrivée des ETF Bitcoin a rendu cette classe d’actifs plus intéressante aux yeux des grands investisseurs», commente Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank.

«Les ETF Bitcoin ont accumulé 6 milliards de dollars depuis leur création» début janvier, poursuit l’analyste.

Côté pétrole, le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en avril, est en baisse de 0,22% à 83,50 $US et son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison le même mois, de 0,09% à 78,47 $US.

Sur le marché des changes, le billet vert était stable (-0,03%) face à l’euro à 1,0842 $US pour un euro et face à la livre (+0,02%), à 1,2664 $US.

 

 

 

 

 

Sur le même sujet

Wall Street termine en ordre dispersé, résiste aux vents contraires

Mis à jour le 16/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le TSX a perdu près de 100 points.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi 16 avril

Mis à jour le 16/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Repli des Bourses mondiales, face à des vents économiques et géopolitiques contraires.

À la une

Budget fédéral 2024: Ottawa pige 19,4G$ dans les poches des ultrariches et des entreprises

16/04/2024 | Denis Lalonde

BUDGET FÉDÉRAL 2024. La mesure devrait servir à éponger le déficit de 39,8 G$ prévu pour 2024-2025.

Budget fédéral 2024: Ottawa veut encourager les régimes de retraite à investir au Canada

16/04/2024 | Denis Lalonde

BUDGET FÉDÉRAL 2024. Ottawa veut inciter les régimes de retraite à investir au pays, mais sans y consacrer d’argent.

Ce budget écrit à l'encre rouge foncé ne fera pas que des heureux

16/04/2024 | Sandra Aubé

EXPERTE INVITÉE. Les contribuables les mieux nantis passent à la caisse.