5 conseils pour «pondérer» comme un bon investisseur


Édition du 24 Janvier 2024

5 conseils pour «pondérer» comme un bon investisseur


Édition du 24 Janvier 2024

(Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. J’affectionne le terme «pondéré», car il représente à lui seul plusieurs qualités qui font un bon investisseur. Lorsqu’on parle de l’adjectif, le dictionnaire Larousse le définit ainsi: «Être bien équilibré, calme et modéré dans ses opinions ou ses jugements.»

Quant au verbe «pondérer», Larousse le définit entre autres ainsi: «Procéder à la pondération des variables entrant dans le calcul d’un indice, d’une note.» Le terme combine donc les qualités essentielles au succès en investissement — le calme, la modération et l’équilibre — avec la capacité de soupeser plusieurs variables souvent contradictoires pour arriver à une conclusion rationnelle. Pour moi, un investisseur pondéré est un bon investisseur.

Dans notre gestion des investissements, le début d’année est typiquement une période de réflexion pendant laquelle on revient sur les événements majeurs de la dernière année, sur les décisions importantes qui ont été prises, sur nos bons et nos mauvais coups ainsi que sur les perspectives de l’année qui s’amorce. Dans ce contexte, il me semble que le qualificatif «déré» devrait faire partie intégrante de notre démarche quant aux marchés boursiers, à la gestion de nos portefeuilles et aux éventuelles acquisitions de nouveaux titres.

 

1. Pondérer les nouvelles

Je ne suis pas devin, loin de là, mais je vous avertis d’ores et déjà que l’année 2024 sera marquée par de nombreuses nouvelles négatives. Une telle prévision est facile à faire, car les nouvelles sont typiquement négatives. C’est comme si je faisais la prévision que, en 2024, les marchés boursiers seront volatils. Dans ce contexte, l’investisseur à long terme devrait se rappeler que les médias font leurs choux gras des mauvaises nouvelles. De plus, les bonnes nouvelles (et il y en a) se déroulent généralement de manière très graduelle, sans qu’on s’en rende compte, d’une année à l’autre. C’est le cas, par exemple, de la tendance à long terme de l’enrichissement général de la population.

 

2. Pondérer son portefeuille

Un des problèmes que nous observons souvent chez les investisseurs autonomes est qu’ils ont tendance à surpondérer certains titres de leur portefeuille. La bonne gestion d’un portefeuille de placements repose avant tout sur la diversification. Une pondération excessive dans quelques titres est souvent symptomatique d’un niveau de confiance excessif.

 

3. Pondérer ses décisions

En 2023, nous avons acquis deux nouveaux titres dans nos portefeuilles sous gestion, ce qui est pour nous une année assez typique. Je continue de croire qu’il vaut mieux être oisif qu’hyperactif en Bourse. Avant de prendre la décision d’acheter un nouveau titre, nous prenons typiquement quelques semaines pour faire le tour de l’entreprise, de ses perspectives à long terme, des risques qui guettent son modèle d’affaires, de l’évaluation de son titre, etc. En outre, avant de procéder à son achat, tout nouveau titre doit obligatoirement nous paraître sensiblement plus attrayant que le moins attrayant de nos titres existants.

 

4. Pondérer son enthousiasme

Dans mon esprit, être pondéré signifie qu’il faut être ni trop optimiste ni trop pessimiste quant aux marchés ou à des titres spécifiques. Même si c’est difficile, un investisseur devrait tenter d’éliminer toute émotion de son processus décisionnel et se fier aux chiffres et aux faits.

 

5. Pondérer ses attentes

À long terme, les actions ont procuré un rendement annuel composé de près de 10 %. Viser sensiblement plus que 10 % à long terme est illusoire et potentiellement dangereux. De plus, les rendements boursiers annuels sont particulièrement volatils, le rendement de près de 10 % est loin d’être linéaire; il faut donc être prêt à vivre des années de rendements négatifs à l’occasion. La volatilité est le prix à payer pour obtenir les rendements attrayants offerts par les marchés boursiers à long terme.

En espérant que ce texte pourra vous guider dans l’établissement de vos résolutions de la nouvelle année. Bonne année !

À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100+. Il est également l’auteur du livre Avantage Bourse et coauteur de La Bourse ou la Vie.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et les perdants du 12 avril

Mis à jour le 12/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Bombardier, Cascades et Apple

12/04/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres Bombardier, Cascades et Apple? Voici des recommandations d’analystes.

OPINION Bourse: les gagnants et les perdants du 11 avril
Mis à jour le 11/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
Bourse: les gagnants et les perdants du 10 avril
Mis à jour le 10/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
Urgence! Il faut investir dans les PME
Édition du 10 Avril 2024 | Philippe Jean Poirier

Blogues similaires

Bourse: Luc Girard analyse la situation chez Dollarama et BRP

12/04/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les titres de Dollarama et BRP on bien fait récemment, mais la situation peut-elle durer?

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

La baisse du PIB par habitant ne doit pas inquiéter, mais...

25/03/2024 | Pierre Cléroux

EXPERT. Depuis 2020, soit au début de la pandémie, le PIB par habitant a diminué de 1,3% par année au Canada.