À 40 ans, le Mac d'Apple se mettra à l'IA ou ne sera plus

Publié le 22/01/2024 à 08:54, mis à jour le 22/01/2024 à 08:55

À 40 ans, le Mac d'Apple se mettra à l'IA ou ne sera plus

Publié le 22/01/2024 à 08:54, mis à jour le 22/01/2024 à 08:55

Par AFP

(Photo: 123RF)

Quarante ans après avoir lancé la révolution des ordinateurs personnels, le Mac gagne en popularité au-delà des admirateurs d'Apple et pourrait connaître une nouvelle gloire grâce à l'intelligence artificielle (IA). Ou, à défaut, être délaissé.

Apple a lancé le Macintosh en 1984 avec une publicité télévisée historique, présentant la machine comme un outil de rébellion contre un système politique dystopique.

L'ordinateur, surnommé «Mac», a conquis ses admirateurs grâce à des caractéristiques faciles d'utilisation, comme son interface graphique, les icônes cliquables et une souris.

«L'influence du Mac est massive», souligne à l'AFP Olivier Blanchard, directeur de recherche au Futurum Group. «Tous les ordinateurs portables et tous les PC (ordinateurs personnels) ont essayé d'imiter le Mac et son succès».

Les Mac sont devenus l'ordinateur de prédilection non seulement des admirateurs d'Apple, mais aussi des artistes, des cinéastes et d'autres créatifs professionnels.

Les ordinateurs fonctionnant sous Windows (système d'exploitation de Microsoft) dominent toutefois les bureaux des entreprises grâce à des machines moins coûteuses et des outils de bureautique et de productivité largement adoptés.

Apple a fait des percées dans les entreprises, sous l'impulsion notamment des admirateurs de l'iPhone, qui se servent de leur téléphone intelligent pour le travail et préfèrent les Mac aux PC, plus compatibles avec l'écosystème de la marque à la pomme.

«Une grande partie de la publicité et du marketing vise à faire en sorte que les gens se sentent spéciaux lorsqu'ils achètent un Mac», explique à l'AFP Dag Spicer du Musée d'histoire informatique de la Silicon Valley, qui organise une exposition à l'occasion de cet anniversaire.

«Vous savez — soyez un rebelle, un outsider, combattez le système, et ce dès la première publicité de 1984».

 

«Évolution rare» 

Récemment, Apple a fait la promotion des utilisations professionnelles du Vision Pro, son casque qui permet d'intégrer les réalités augmentée et virtuelle dans son environnement réel, grâce à des caméras et capteurs.

À 3500 dollars américains, le casque commercialisé depuis vendredi vise davantage les entreprises plutôt que le grand public, selon les experts.

«Apple cherche à gagner des parts de marché dans les entreprises», estime Carolina Milanesi, de Creative Strategies. «Il est clair qu'avec Vision Pro, ils veulent entrer dans les sociétés, et ils établissent un lien entre le Vision Pro et le Mac».

Le marché mondial des ordinateurs personnels s'est affaibli avec l'essor des téléphones intelligents dans la vie quotidienne et l'absence d'évolution technologique majeure.

Mais il est un peu revigoré selon des analystes par le télétravail et aussi l'intérêt marqué pour les machines capables de gérer la nouvelle génération d'IA.

«L'IA est le genre d'évolution qui n'arrive que rarement sur le marché des PC», note Olivier Blanchard.

«Les PC sont sur le point de devenir beaucoup plus puissants et plus faciles à utiliser, mettant les capacités d'IA générative que nous avons vues dans le cloud (sur les serveurs) directement chez l'utilisateur».

Pour lui, les fonctionnalités IA générative vont donner l'impression d'avoir une équipe d'assistants professionnels sur l'ordinateur.

Les données utilisées pour l'IA resteront sur les machines, localement, ce qui permettra de les protéger et de réduire les coûts du cloud, précise-t-il.

 

«Ne peut y échapper»

Apple, toujours soucieux de préserver son image d'une entreprise qui définit les tendances technologiques plus qu'elle ne les suit, évoque très peu l'IA.

Mais selon l'analyste, le groupe californien a quand même commencé à concevoir ses propres puces informatiques spécialisées.

«Ce n'est pas parce qu'Apple ne parle pas d'IA générative qu'il faut croire qu'il n'investit pas dans cet espace», abonde Carolina Milanesi.

Apple utilise déjà l'IA dans ses objectifs, le traitement informatique des photos, son assistant numérique Siri et bien d'autres applications.

Et même si la marque semble être à la traîne dans la course à l'ordinateur "intelligent", lorsqu'un Mac gonflé à l'IA arrivera, il s'intègrera certainement sans heurt à l'«écosystème» d'Apple, cette galaxie d'appareils et de services qui lui permettent de garder ses utilisateurs dans son univers, et d'en tirer des profits conséquents.

«Si le Mac ne devient pas un Mac IA au cours de l'année prochaine, Apple sera confronté à des interrogations», souligne Olivier Blanchard. «L'IA est dans tout, Apple ne peut pas y échapper».

 

Sur le même sujet

L’AMF dit qu’Apple a accepté de payer une sanction de 175 000$

L’AMF a indiqué qu’Apple s’était engagée à ce que le régime AppleCare+ soit offert par un assureur autorisé au Québec.

Le téléphone Tesla peut-il concurrencer le iPhone?

12/06/2024 | John Plassard

EXPERT INVITÉ. Elon Musk pourrait de manière imminente lancer son propre téléphone Tesla.

À la une

Un gouvernement du RN menacerait nos entreprises en France

14/06/2024 | François Normand

ANALYSE. Les droites radicale et populiste minent l’économie et le niveau de vie des pays, selon des études empiriques.

Banque du Canada: jusqu'à cinq baisses de taux d'ici juin 2025

14/06/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les données américaines sur l’inflation pourraient conforter la Banque du Canada dans ses baisses de taux.

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, mais le Nasdaq enchaîne un 5ème record d'affilée

Mis à jour le 14/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé dans le rouge.