Joe Biden se rend dans le Michigan pour rejoindre le piquet de grève de l’UAW

Publié le 26/09/2023 à 10:43

Joe Biden se rend dans le Michigan pour rejoindre le piquet de grève de l’UAW

Publié le 26/09/2023 à 10:43

Par La Presse Canadienne

Les législateurs participent souvent à des grèves pour montrer leur solidarité avec les syndicats, et lors de sa campagne primaire démocrate de 2020, Joe Biden et d’autres candidats avaient rejoint une ligne de piquetage d’employés d'un casino de Las Vegas. (Photo: La Presse Canadienne)

La décision du président américain Joe Biden de se tenir aux côtés des manifestants des Travailleurs unis de l’automobile, mardi, au 12e jour de leur grève contre les principaux constructeurs automobiles, souligne une allégeance aux syndicats qui semble sans précédent dans l’histoire présidentielle. 

Les experts en histoire présidentielle et syndicale aux États−Unis affirment qu’ils ne se souviennent pas d’un cas où un président en exercice aurait rejoint une grève en cours, même pendant les mandats de présidents les plus ardents en faveur des syndicats tels que Franklin Delano Roosevelt et Harry Truman.

Theodore Roosevelt avait invité les dirigeants syndicaux aux côtés des exploitants de mines à la Maison−Blanche au milieu d’une grève historique du charbon en 1902, une décision qui était considérée à l’époque comme une rare adhésion aux syndicats, alors que M. Roosevelt tentait de résoudre le conflit. 

Les législateurs participent souvent à des grèves pour montrer leur solidarité avec les syndicats, et lors de sa campagne primaire démocrate de 2020, Joe Biden et d’autres candidats à la présidentielle avaient rejoint une ligne de piquetage de centaines d’employés du casino de Las Vegas qui faisaient pression pour un contrat avec The Palms Casino Resort.

Mais les présidents en exercice, qui doivent équilibrer les droits des travailleurs avec les perturbations de l’économie, des chaînes d’approvisionnement et d’autres facettes de la vie quotidienne, ont longtemps voulu rester en dehors de la mêlée des grèves — jusqu’à M. Biden.

«C’est absolument sans précédent. Aucun président n’a participé à un piquet de grève auparavant», a souligné Erik Loomis, professeur à l’Université du Rhode Island et expert de l’histoire du travail aux États−Unis. Historiquement, les présidents «évitaient de participer directement aux grèves. Ils se considéraient plutôt comme des médiateurs. Ils ne considéraient pas qu’il leur appartenait d’intervenir directement dans une grève ou dans une action syndicale.»

Le voyage de M. Biden pour rejoindre un piquet de grève dans la banlieue de Détroit est la démonstration la plus importante de sa bonne foi syndicale, un bilan qui comprend un soutien vocal aux efforts de syndicalisation dans les installations d’Amazon et des actions qui ont encouragé l’organisation des travailleurs. Il a également obtenu le soutien conjoint des principaux syndicats plus tôt cette année et a évité le sud de la Californie pour organiser des collectes de fonds coûteuses pendant les grèves des scénaristes et des acteurs à Hollywood.

Au cours de la grève en cours du syndicat de l’UAW (United Auto Workers), M. Biden a fait valoir que les constructeurs automobiles ne sont pas encore allés assez loin pour satisfaire le syndicat, bien que les responsables de la Maison−Blanche aient refusé à plusieurs reprises de dire si le président soutenait les revendications spécifiques de l’UAW, telles qu’une augmentation des salaires de 40% et une rémunération à temps plein pour une semaine de travail de 32 heures.

«Je pense que l’UAW a renoncé à des sommes incroyables lorsque l’industrie automobile était en faillite. Ils ont tout donné, à commencer par leurs retraites, et ils ont sauvé l’industrie automobile», a déclaré M. Biden lundi depuis la Maison−Blanche. Il a souligné que les travailleurs devraient bénéficier des richesses des constructeurs automobiles «maintenant que l’industrie revient en force».

M. Biden et d’autres démocrates vantent de manière plus agressive leurs convictions prosyndicales à un moment où l’ancien président Donald Trump tente de réduire le soutien des syndicats dans des États clés où ils restent influents, notamment le Michigan et la Pennsylvanie.

M. Biden mise également sur son soutien syndical à un moment où les syndicats jouissent d’un large appui de la part du public, 67% des Américains approuvant les syndicats selon un sondage Gallup réalisé en août.

Au lieu de participer au deuxième débat des primaires républicaines mercredi, Donald Trump se rendra dans le Michigan pour rencontrer les travailleurs de l’industrie de l’automobile en grève, cherchant à tirer profit du mécontentement face à l’état de l’économie ainsi qu’aux pressions de l’administration Biden en faveur de davantage de véhicules électriques — un élément clé de son programme en matière d’énergie propre.

La grève de l’UAW, qui s’est étendue à 20 États la semaine dernière, reste un dilemme pour l’administration Biden, car une partie des griefs des travailleurs inclut des inquiétudes concernant une transition plus large vers les véhicules électriques.

L’abandon des véhicules à essence a inquiété certains travailleurs de l’automobile, car la fabrication des versions électriques nécessite moins de personnel et rien ne garantit que les usines qui les produisent seront syndiquées.

Seung Min Kim, Tom Krisher et Chris Megerian, The Associated Press

 

 

À la une

Décès de Charlie Munger, le bras droit de Warren Buffett

17:24 | AFP

«Berkshire Hathaway n’aurait pu devenir ce qu’il est aujourd’hui sans l’inspiration, la sagesse de Charlie.»

Le fascinant Charlie Munger

12/03/2014 | Bernard Mooney

BLOGUE. Si vous voulez un modèle dans votre vie d’investisseur, je vous recommande de suivre l’exemple de Charlie Munger

Les enseignements de Charlie Munger

Édition du 14 Mai 2016 | Recherche et rédaction : Jean Gagnon

Nous poursuivons notre série sur les enseignements des grands investisseurs. La méthode pédagogique est celle de ...